Certaines n'avaient jamais vu la mer

Ivry-sur-Seine (94)
du 14 au 25 janvier 2019
2 heures

Certaines n'avaient jamais vu la mer

Désillusion, désespoir, résignation, loin de leur pays, loin de leur langue.
Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu. Elles découvrent, en arrivant, le mensonge, l’imposture, le viol, le dur labeur dans les champs ou chez de riches Américaines. Désillusion, désespoir, résignation, loin de leur pays, loin de leur langue.
  • Japonaises aux Etats-Unis

Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu. Elles découvrent, en arrivant, le mensonge, l’imposture, le viol, le dur labeur dans les champs ou chez de riches Américaines. Désillusion, désespoir, résignation, loin de leur pays, loin de leur langue. Elles tentent de survivre et de s’adapter, mettant au monde des enfants qui contrairement à elles sont américains, se comportent comme tels, étrangers à leur culture d’origine.

Et puis survient Pearl Harbour. Chœur vibrant, leurs voix s’élèvent pour raconter l’exil  : la nuit de noce, les journées aux champs, la langue revêche, l’humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l’oubli. Derrière le nous collectif, derrière le chœur apparent, c’est en réalité une choralité qui se déploie, celle de multiples individus dotés de noms, de micro-histoires, toutes différentes, toutes passionnantes. C’est cela qui m’intéresse, cette parole donnée aux invisibles et aux oubliés.

Richard Brunel

  • La presse

« Richard Brunel restitue magnifiquement le roman de Julie Otsuka (...) L’histoire en elle-même est d’une force inouïe, mais ce qui est beau, c’est la forme que prend le livre : une forme chorale, qui fait entendre une multiplicité de voix de femmes, en une mélopée lancinante. Richard Brunel a conçu sa mise en scène de manière très cinématographique, jouant des temps et des lieux avec une grande fluidité. C’est par l’intime que se dit l’Histoire, un intime multiple et féminin, en une polyphonie subtilement orchestrée. » Fabienne Darge, Le Monde

« Des ténèbres, un chœur s’élève. (...) Derrière l’identité floue du mot " certaines " qui scande leur récit, ces femmes ne cessent d’apparaître et de s’effacer. Comme elles, les actrices, japonaises, coréennes, chinoises ou françaises, toutes remarquables, offrent leur singularité et se fondent en même temps. » Béatrice Bouniol, La Croix

Sélection d’avis du public

Très beau spectacle Le 28 janvier 2019 à 12h46

Une mise en scène magnifique et élégante d'un très beau texte, bien adapté et mis en valeur. Théâtre choral, avec la seule limite que l'on ne peut donc pas particulièrement s'attacher à un personnage, une histoire...

Synthèse des avis du public

5,0 / 5

Pour 1 Notes

100%
0%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 1 5
Très beau spectacle Le 28 janvier 2019 à 12h46

Une mise en scène magnifique et élégante d'un très beau texte, bien adapté et mis en valeur. Théâtre choral, avec la seule limite que l'on ne peut donc pas particulièrement s'attacher à un personnage, une histoire...

Informations pratiques

Théâtre des Quartiers d'Ivry

Manufacture des Oeillets 1 place Pierre Gosnat 94200 Ivry-sur-Seine

Accès handicapé (sous conditions) Bar Grand Paris Librairie/boutique Val-de-Marne
  • Métro : Mairie d'Ivry à 596 m
  • RER : Ivry-sur-Seine à 502 m
  • Bus : Saint-Just à 141 m, Gymnase Auguste Delaune à 372 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre des Quartiers d'Ivry
Manufacture des Oeillets 1 place Pierre Gosnat 94200 Ivry-sur-Seine
Spectacle terminé depuis le vendredi 25 janvier 2019

Pourraient aussi vous intéresser

- 28%
Smile

Théâtre de l'Œuvre

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

- 38%
Lady Agatha

Michodière

Inconnu à cette adresse

Théâtre Antoine - Simone Berriau

Edmond

Théâtre du Palais Royal

La Machine de Turing

Théâtre Michel

Spectacle terminé depuis le vendredi 25 janvier 2019