Cap au pire

Athénée Théâtre Louis-Jouvet , Paris

Du 02 décembre 2017 au 14 janvier 2018
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

,

Absurde

,

Absurde

,

Coups de coeur

,

Tête d'affiche

Dans l’un de ses ultimes romans, livre de mots inscrits comme dans la chair, Beckett s’emploie à « Dire désormais pour soit mal dit. » Un texte devenu depuis matériau de théâtre, et dont s’empare Denis Lavant (mis en scène par Jacques Osinski) pour, à coup sûr, dire aussi mal que c’est écrit.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 14 janvier 2018

 

Photos & vidéos

Cap au pire

De

Samuel Beckett

Mise en scène

Jacques Osinski

Avec

Denis Lavant

  • Denis Lavant et les mots de Beckett

Puisque le pire est sans doute toujours devant nous, autant se diriger droit sur lui. Dans l’un de ses ultimes romans, livre de mots inscrits comme dans la chair, Beckett s’emploie à « Dire désormais pour soit mal dit. » Vaste programme…

Un texte devenu depuis matériau de théâtre, et dont s’empare Denis Lavant pour, à coup sûr, dire aussi mal que c’est écrit. « Denis Lavant est un comédien-lecteur, écrit le metteur en scène Jacques Osinski. Quand vous faites une lecture de Cap au pire avec lui, comme ça à la maison, de manière informelle, pour voir ce que ça donne, il vous parle de Maurice Pons et de Raymond Cousse. Denis est un lecteur rare. Il a besoin des mots. Ce sont eux qui nourrissent sa vie d’acteur. Sa vie tout court. »

Dans l’intimité de la salle Christian-Bérard, on pourra donc assister à la rencontre d’un texte épuisé autant qu’inépuisable et d’un comédien de même nature – ou, pour dire encore moins bien avec une phrase puisée ailleurs dans Beckett : « Je sentais l’âme qui s’ennuie vite et n’achève jamais rien, qui est peut-être de toutes la moins emmerdante. »

  • La presse

« Il faut courir voir Cap au pire, pour vivre, grâce au théâtre, une expérience de vadrouille métaphysique. » Télérama sortir

« Une performance sensorielle sculptée par les mots, dans une pénombre traversée de constellations. [...] L'aventure singulière est à tenter. » La Terrasse

« Denis Lavant va incarner littéralement, habiter les mots de Beckett, ses bouts de phrases éparses, ses adverbes litaniques et ses silences. [...] On l’écoute captivés par la puissance magique de cette incarnation toute personnelle. » Artistik Rezo

« Denis Lavant trace son sillon, imprime sa marque, grâce à son imperturbable présence et à la tension qu'il impose. Tout se passe dans son regard, mobile, et dans ses intonations, fluctuantes. Il révèle alors l'immense musicalité du texte de Beckett, fait sonner les mots et résonner les sens. » Les Echos

« L’exercice est radical, hypnotique, de haut vol. » Le JDD

« La mise en scène vertigineuse de Jacques Osinski pour Cap au pire met Denis Lavant devant la responsabilité physique de donner corps à ce roman-testament d'un Samuel Beckett flamboyant dans le désespoir. » L'Humanité

Avis du public : Cap au pire

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(1)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Lise G. (2 avis) 08 janvier 2018

Austère et admirable
0
0

Spectacles consultés récemment