Anarchie en Bavière / Liberté à Brême

1
2
3
4
5

Théâtre de la Bastille , Paris

Du 18 septembre au 11 octobre 2013
Durée : 3 heures

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Pour Gwenaël Morin, l'œuvre de Fassbinder peut former une anthologie et une archéologie de la violence. Il s’empare de quatre pièces dont le style pousse loin l’artifice pour mieux faire claquer la vérité : celle de l’exploitation effrénée des sentiments par le fascisme ordinaire.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 11 octobre 2013

 

Anarchie en Bavière / Liberté à Brême

De

Rainer-Werner Fassbinder

Mise en scène

Gwénaël Morin

Avec

Renaud Béchet

,

Mélanie Bourgeois

,

Virginie Colemyn

,

Kathleen Dol

,

Julian Eggerickx

,

Pierre Germain

,

François Gorrissen

,

Barbara Jung

,

Ulysse Pujo

,

Natalie Royer

,

Brahim Tekfa

  • Le projet

Quand Gwenaël Morin se lance dans le projet Fassbinder, c’est avec un appétit à la démesure de cet auteur prolixe et météorite. Convaincu que cette œuvre peut former une anthologie et une archéologie de la violence, il veut monter tout le répertoire du « Balzac allemand » puis se ravise. Il s’empare alors de quatre pièces dont le style pousse loin l’artifice pour mieux faire claquer la vérité : celle de l’exploitation effrénée des sentiments par le fascisme ordinaire.

  • Anarchie en Bavière et Liberté à Brême

Dans un décor bavarois typique, des anarchistes de folklore tentent de libérer les citoyens contre leur volonté. Une classe voulant toujours en éduquer une autre, c’est l’éternelle histoire des rapports dominants-dominés qui recommence.

Un fait divers de 1831 donne naissance à une tragédie agressive, faussement naïve, dénonçant la cruauté soigneusement dissimulée dans la mesquinerie de la vie bourgeoise. La violence de l’héroïne libérera finalement les oppresseurs comme les opprimés.

  • La presse

« Que nous disent-elles aujourd'hui, ces pièces ? Que la révolution commence dans la chambre à coucher, mais que ce n'est pas avec des révolutionnaires de salon qu'on la fera. Mais c'est surtout par les processus qu'il met en place, par ces étranges rituels, profondément théâtraux, où victimes et bourreaux s'échangent leurs rôles, que le théâtre de Fassbinder trouble, fascine et agit. C'est cette carte-là, celle des jeux de rôle à l'infini, que jouent à fond Gwenaël Morin et ses excellents comédiens, dans une exultation théâtrale jamais démentie – et communicative. » Fabienne Darge, Le Monde, 23 septembre 2013

« Une écriture lucide et féroce pointe la cruauté sociale, l’attachement aux conservatismes, le poids de la religion qui dicte la conduite morale à suivre, les rapports malsains de domination et manipulation aussi bien dans la sphère publique qu’affective, les ravages du patriarcat (...) une troupe explosive d’acteurs toujours remarquables qui sont pour beaucoup des habitués. Ils se donnent dans le jeu, se fatiguent (...) et enthousiasment par leur engagement, leur frénésie et leur profonde justesse.  » Christophe Candoni, toute la culture, 23 septembre 2013

« Par ce quadryptique dont les types de lieux s'agencent en chiasme, Gwenaël Morin met en évidence le propos qui sous-tend toute l'œuvre de Fassbinder, montrant les liens inextricables entre politique et privé. (...) Par sa manière de travailler dans l'urgence avec sa compagnie, Gwenaël Morin propose à ses comédiens un véritable challenge qui crée un état fructueux d'excitation, de panique et d'émulation. (...) N'ayant recours qu'à un minimum d'artifices de mise en scène (...), son art théâtral cherche sa quintessence par le corps et la parole. En parfaite connivence, les comédiens font preuve d'une solidarité qui forge la cohérence de l'ensemble, tout en brillant par leurs personnalités respectives. » Sophie Lespiaux, Une chambre à soi, 25 septembre 2013

« De cette réflexion désespérée sur la barbarie qui sommeille en l’homme, sur l’intime et le politique qui jouent un tango de mort, Morin et ses antiacteurs font un brûlot qui rend le public heureux et tonique. Avec l’envie, en sortant, d’en découdre avec le mauvais théâtre du monde. » Philippe Chevilley, Les Echos, 26 septembre 2013

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Anarchie en Bavière / Liberté à Brême

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment