Samia

1
2
3
4
5

La Scène Libre , Paris

Du 10 octobre au 30 décembre 2019

CONTEMPORAIN

,

Biopic

Courir, courir, courir... Samia, c'est l'histoire d'une jeune athlète somalienne. Sa passion : l'athlétisme. Son rêve : représenter son pays, la Somalie, aux Jeux Olympiques de Londres en 2012. Après une première participation aux JO de Pékin, Samia décide de gagner l'Europe pour préparer les JO de Londres. Elle n'atteindra jamais les côtes italiennes.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 19,25 € au lieu de 27,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Photos & vidéos

Samia

De

Gilbert Ponté

Mise en scène

Steve Suissa

Avec

Malyka R. Johany

  • Une histoire bouleversante

De Pékin à Lampedusa. Une odyssée contrariée.

Courir, courir, courir… Samia, c'est l'histoire d'une jeune athlète somalienne morte de son rêve à 21 ans.

Sa passion : l'athlétisme. Son rêve : représenter son pays, la Somalie, aux Jeux Olympiques de Londres en 2012. C'est de cette passion que Samia tirait sa flamboyance et sa force pour survivre dans un pays déchiré par la guerre.

Après une première participation aux JO de Pékin, au prix d’énormes sacrifices, et malgré le mépris des autorités de son pays qui l’empêchent de s’entraîner, Samia décide, avec un courage et une détermination sublimes, de gagner l’Europe pour préparer les JO de Londres.

Samia n’atteindra jamais les côtes italiennes. Comme des milliers de migrants, elle meurt dans un canot pneumatique en Méditerranée.

Raconter ce destin brisé au printemps d'une vie, c'est espérer que le monde change.

  • La presse

« Un seul-en-scène émouvant et poignant » France 3

« Malyka R.Johany, d'une grâce et d'une fraîcheur saisissantes » Le Monde

« Le ton est juste, la parole est pudique. Le tout est épuré et si fort, si puissant, si ardent. » Coup de Théâtre

« Un conte poignant » L’Humanité

« Universel » L’Equipe

« Sublime » La Revue du Spectacle

  • Note d'intention

L’idée d’écriture est née à la suite de la lecture d’un article consacré à Samia, de la journaliste Igiaba Scego, italienne d’origine somalienne. Il ne s’agissait pas pour moi de seulement raconter un destin épique et tragique, mais surtout de retranscrire l’énergie de la jeunesse, la flamboyance de la passion du sport qui jaillissait de sa courte vie et qui lui permettait de survivre dans son pays déchiré par la guerre.

Je suis toujours attiré, fasciné par les personnages qui portent en eux une passion, de Saint-François d’Assise à Georges Méliès, en passant par mes parents immigrés. Tous ces passionnés portent au fond d’eux-mêmes des forces de vie leur permettant d’aller de l’avant. Malgré la misère, la faim, les déboires, ils avancent debout, bien droit face à la vie qui leur est offerte. Ils sont durs à la tache, durs à la souffrance, et sont des exemples pour l’humanité.

L’histoire de Samia, il me semblait que je la connaissais depuis toujours, que je l’avais déjà vécue. On ne peut pas comprendre l’histoire de l’immigration, ni en parler, si on ne l’a pas vécue. Impossible de comprendre ce besoin de fuir un pays pour survivre, au risque de mourir.

Il me fallait écrire vite, certains sujets ne supportent pas l’attente. Le théâtre est l’art qui permet de répondre à cette exigence. Il s’agissait de trouver une forme qui supprimerait le pathos de la situation. La forme narrative, dite brechtienne, m’est apparue la plus adéquate pour ce genre de récit. Le personnage de Samia parle à la première personne, parfois à la seconde. Elle s’adresse également au public, le prend à témoin, forme directe qui permet d’interrompre le récit, de le commenter, d’émouvoir.

Il a fallu également inventer, imaginer certains moments de sa vie. On ne sait rien de ce qu’elle a vécu, souffert, éprouvé pendant son long périple.

Raconter l’histoire de Samia Yuzuf Omar, c’est raconter l’histoire de tous ceux qui tentent de rejoindre l’Europe, tout simplement pour vivre. C’est s’ouvrir à l’universel…

C’est dire la cruauté de l’homme…

C’est dire le mépris du monde occidental face à l’afflux des migrants…

C’est dire la souffrance des femmes dans certains pays…

C’est dire la volonté des femmes dans ces pays…

C’est dire à la jeunesse dorée de nos pays que le monde appartient aux hommes et aux femmes passionnées…

C’est dire que le monde peut être changé !

Gilbert Ponté

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Samia

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment