On a fort mal dormi

Guillaume Barbot dresse les portraits parfois tendres d’un monde sans tendresse.
Le jeune metteur en scène Guillaume Barbot a construit un spectacle très fort sur les sans-abri, à partir de deux ouvrages de Patrick Declercq, psychanalyste engagé à leurs côtés pendant 15 ans. Jean-Christophe Quenon est prodigieux : on sort chamboulé de cette plongée brutale mais sensible dans l'humanité meurtrie.

« Ne pas sombrer. Être, tout de même. »

  • Le quotidien des SDF

Tour Saint-Jacques, à Paris, un homme attend le bus de ramassage. Il fait froid. Il vient du Nord, pas de boulot. C’est ce qu’il prétend. En réalité, Patrick Declerck est un infiltré. Il est ethnologue, il deviendra plus tard psychanalyste à la mission France de Médecins du Monde ainsi qu’à l’hôpital de Nanterre. Mais ce soir d’hiver, pour savoir ce qu’il se passe réellement dans les centres d’accueil de SDF, il s’habille en clochard et se fait ramasser. Il plonge dans le vaste océan de la misère humaine pour approcher ces êtres déclassés, délaissés qui tentent de survivre dans un monde qui les méprise.

Plus tard, Declerck écrira Les Naufragés, avec les clochards de Paris, puis Le sang nouveau est arrivé, sous-titré L’Horreur SDF. Ces deux textes de l’écrivain constituent le matériau de base du spectacle-manifeste de la compagnie Coup de Poker.

Après L’Évasion de Kamo ; Club 27 ; Trenet par là ou Nuit, lauréat du prix des lycéens du Festival Impatience 2015, le metteur en scène Guillaume Barbot adapte et dirige le récit.

Il engage un travail nécessaire ; partager un témoignage édifiant et lucide. Représenter un bout d’humanité, sa maladie et sa folie. Ne pas construire un spectacle militant, mais dresser les portraits parfois tendres d’un monde sans tendresse. Avec ses puanteurs et ses guerres, avec ses trêves et ses dégoûts, ses solitudes et ses deuils. Le scandale, aussi, d’une humanité oubliée.

« … On a fort mal dormi est un spectacle sur cet homme Patrick Declerck… Qui invoque ces hommes et ces femmes que nous ne savons jamais comment aider, aborder ou ignorer. C’est un spectacle sur notre humanisme et notre lâcheté, sur nos remords et nos aveuglements, sur nos combats et nos révoltes, sur nos puissances et nos impuissances ». Guillaume Barbot

  • La presse

« Patrick Declerck a raconté son expérience dans deux bouquins passionnants, percutants et dérangeants. Guillaume Barbot les a adaptés et mis en scène dans un spectacle très réussi. » Mathieu Perez, Le Canard Enchaîné, 1 mars 2017

« Lumière sur un bout d’humanité égaré, à travers un monologue cathartique qui ouvre les yeux et adoucit le cœur. » Clémence F. Dupuch, Radio classique, 24 février 2017

« Sur une simple structure en bois ou il s'affaire à des simulacres de tâches quotidiennes,le comédien met le jaillissement de cette langue singulière au centre de sa performance. » Anaïs Heluin, Politis, 16 février 2017

« Généreux, fraternel, Jean-Christophe Quenon en est l’interprète. Parfois l’on rit. C’est pour ne pas plus en pleurer. » Didier Mereuze, La Croix, 16 juillet 2016

« Sur une simple structure en bois ou il s'affaire à des simulacres de tâches quotidiennes,le comédien met le jaillissement de cette langue singulière au centre de sa performance. » Elsa Perreira, 18 juillet 2016

« On a fort mal dormi est un spectacle aussi subversif que nécessaire, une vraie et belle forme de théâtre politique, de celles qui agissent sur le monde. » Julien Avril, I/O Gazette, 11 mars 2016

Sélection d’avis du public

Hyperréaliste et poignant Par CFB - 16 mars 2017 à 18h42

Ce n'est pas un spectacle, c'est une véritable performance, poignante, qui a le pouvoir de nous faire passer de l'autre côté de la barrière virtuelle dressée entre nous et les sans-abri. Interprétation magistrale de Jean-Christophe Quenon

nos frères les clochards Le 23 février 2017 à 09h58

Un très beau spectacle en coup de poing, pas moralisteur pour un sou, ni larmoyant. Le comédien qui incarne Patrick Declerck fait des allers-retours entre la première nuit dans le bus pour Nanterre, son expérience de terrain comme psy et l'actualité, ses questionnements. Il y a de la crudité et de la poésie, de la fragilité, et beaucoup d'humanité.

Synthèse des avis du public

5,0 / 5

Pour 2 Notes

100%
0%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 2 5
Hyperréaliste et poignant Par CFB (1 avis) - 16 mars 2017 à 18h42

Ce n'est pas un spectacle, c'est une véritable performance, poignante, qui a le pouvoir de nous faire passer de l'autre côté de la barrière virtuelle dressée entre nous et les sans-abri. Interprétation magistrale de Jean-Christophe Quenon

nos frères les clochards Le 23 février 2017 à 09h58

Un très beau spectacle en coup de poing, pas moralisteur pour un sou, ni larmoyant. Le comédien qui incarne Patrick Declerck fait des allers-retours entre la première nuit dans le bus pour Nanterre, son expérience de terrain comme psy et l'actualité, ses questionnements. Il y a de la crudité et de la poésie, de la fragilité, et beaucoup d'humanité.

Informations pratiques

Théâtre Victor Hugo à Bagneux

14, avenue Victor Hugo 92220 Bagneux

Accès handicapé (sous conditions) Bar Grand Paris Hauts-de-Seine Restaurant
  • Métro : Bagneux - Lucie Aubrac à 328 m
  • RER : Arcueil - Cachan à 753 m
  • Bus : Gustave Courbet à 71 m, Jean-Marin Naudin à 157 m, Croix d'Arcueil à 308 m, Grange Ory à 317 m, Martyrs de Chateaubriant - Métro à 336 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre Victor Hugo à Bagneux
14, avenue Victor Hugo 92220 Bagneux
Spectacle terminé depuis le samedi 6 février 2016

Pourraient aussi vous intéresser

Partenaire
- 44%
Un Tramway nommé Désir

Théâtre des Bouffes Parisiens

Le Montespan

Théâtre Actuel La Bruyère

- 31%
- 10%
Big Mother

Théâtre des Béliers Parisiens

Spectacle terminé depuis le samedi 6 février 2016