Nul si découvert

C’est un drôle de type qui passe ses journées au centre commercial. Devant nous, il raconte sa vie, ses pérégrinations au milieu des enseignes. Et la présence implacable de son démon, qui le pousse à s’empiffrer encore et toujours.

C’est un drôle de type qui passe ses journées au centre commercial. Devant nous, il raconte sa vie, ses pérégrinations au milieu des enseignes. Et la présence implacable de son démon, qui le pousse à s’empiffrer encore et toujours. Dès 14 ans.

Dès 14 ans.

  • Un monstre ? Ou bien seulement le Consommateur mis à nu ?

C’est un drôle de type qui passe ses journées au centre commercial. Il y vit ses aventures minuscules. Il y trouve ses petites jouissances, sa dose de sensations, de quoi mettre un peu de plein dans ses vides. Il salive devant les produits alignés sur les rayons. Il se jette sur les distributeurs de friandises, les buffets en libre-service, les stands de dégustation. Il aimerait tout avaler, absorber toutes ces marchandises qui miroitent sous ses yeux.

Devant nous, il se libère de son trop-plein. Parle, parle, parle. Raconte sa vie, ses pérégrinations au milieu des enseignes, l’insipidité et l’enchantement de l’hyper. Il dit aussi la présence implacable de son « démon goulu », qui le pousse à s’empiffrer encore et toujours. Le portrait d’un monstre ? Peut-être. Ou bien seulement le Consommateur mis à nu.

  • La presse

« C'est une longue phrase sans point ni virgule. Le monologue d’un homme qui vit seul avec les cendres de sa mère et promène ses tristesses dans la Grande Galerie, un immense centre commercial. (...) Cette vie au pays des merveilles de la consommation serait belle si le garçon sans nom n’était habité par un démon insatiable qui le pousse à tout dévorer, jusqu’à la nausée. « Mon démon s’est mis à faire carnage de tout et j’ai morvé bleu j’ai fait des prières et j’ai pleuré des étoiles en regardant par la fenêtre », écrit Valérian Guillaume, jeune auteur venu du théâtre. Porté par une langue originale, son premier roman se lit d’un seul souffle. » L'Humanité

« Olivier Martin-Salvan s'empare avec gourmandise de la langue à l'envoûtante poésie du roman de Valérian Guillaume et donne de l'épaisseur au personnage. » Laurence Péan, La Croix

« C'est lourd, c'est grave et cruel, mais cela parvient pourtantà être poétique. Miracle du théâtre, miracle des mots et du souffle de ce formidable acteur qu'est Olivier Martin-Salvan. » Evelyne Selles-Fischer, Le Manteau d'Arlequin, Fréquence Protestante

« Un road-movie péri-urbain pour héros lambda et banal d'une Odyssée chaotique intérieure. » Véronique Hotte, Hotellotheatre

Sélection d’avis du public

Incompréhensible Par Philippe K. - 19 avril 2023 à 11h50

On aurait préféré passer la soirée au Crazy Horse!!!

Synthèse des avis du public

1,0 / 5

Pour 1 Notes

0%
0%
0%
0%
100%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

1 1 5
Incompréhensible Par Philippe K. (1 avis) - 19 avril 2023 à 11h50

On aurait préféré passer la soirée au Crazy Horse!!!

Informations pratiques

Théâtre de la Cité Internationale

17, boulevard Jourdan 75014 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Librairie/boutique Restaurant
  • RER : Cité Universitaire à 157 m
  • Tram : Cité Universitaire à 32 m
  • Bus : Cité Universitaire à 223 m, Stade Charléty - Porte de Gentilly à 320 m, Jourdan - Montsouris à 358 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de la Cité Internationale
17, boulevard Jourdan 75014 Paris
Spectacle terminé depuis le mardi 18 avril 2023

Pourraient aussi vous intéresser

- 27%
Eva Rami - Va aimer !

Pépinière Théâtre

37 heures

Théâtre La Flèche

- 20%
De la morue - Cartographie 6

Théâtre de l'Atelier

- 25%
À la ligne

Théâtre de la Huchette

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

Spectacle terminé depuis le mardi 18 avril 2023