Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)

Théâtre de Gennevilliers (T2G) , Gennevilliers

Du 08 au 17 mars 2018
Durée : 2h35 avec un entracte

CONTEMPORAIN

Voss, penseur infirme, neurasthénique et puéril, sort de sa maison de repos pour s’enfermer dans la maison de ses parents et y jouer les tyrans domestiques aux dépens de ses deux sœurs actrices, condamnées à un étouffement de la chair « à perpétuité ». Ostracisme familial sur fond de vaisselle brisée... Séverine Chavrier met en scène Thomas Bernhard.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 26,50 €,20 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)

De

Thomas Bernhard

Mise en scène

Séverine Chavrier

Avec

Marie Bos

,

Séverine Chavrier

,

Laurent Papot

  • Repas à coups de marteau

Voss, penseur infirme, neurasthénique et puéril, sort de sa maison de repos pour s’enfermer dans la maison de ses parents et y jouer les tyrans domestiques aux dépens de ses deux sœurs actrices, Ritter et Dene, condamnées à un étouffement de la chair « à perpétuité ». Ostracisme familial sur fond de vaisselle brisée... Ritter, Dene, Voss, sont aussi les véritables noms des trois comédiens qui créèrent l’œuvre traduite sous le titre de Déjeuner chez Wittgenstein – un trio d’« acteurs intelligent s» que Thomas Bernhard admirait suffisamment pour leur dédier sa pièce en la baptisant de leurs noms. Alors, pourquoi « Wittgenstein » ? Parce que Bernhard a non seulement nommé le philosophe dans une note liminaire, mais parsemé les répliques d’allusions précises et ironiques à son célèbre compatriote, rejeton d’une illustre famille viennoise, qui enseigna à Cambridge avant de partir vivre en Norvège, loin de tous, dans une cabane en rondins. Cela étant, dans le corps du texte proprement dit, l’auteur du Tractatus Logico-Philosophicus est devenu Ludwig Worringer, patient distingué du docteur Frege... Alors, Voss incarne-t-il l’un des fondateurs de l’empirisme logique, ou un maniaque qui ne supporte de porter que des caleçons de coton grossier et de fabrication suisse ? Est-il génial, sénile, l’un et l’autre, l’un par l’autre ? Ou un totem de plus qu’il faut saisir à deux mains pour fracasser toutes les autres idoles culturelles à la ronde, comme autant de porcelaines fines dans ce « repas à coups de marteau » ?

Metteure en scène, pianiste et comédienne, Séverine Chavrier pratique un théâtre nourri des multiples facettes de sa personnalité : le corps, la musique, la vidéo, la parole. Toutes sont convoquées à ce Déjeuner chez Wittgenstein, ici librement agrémenté d’extraits d’autres œuvres : Le Naufragé, Maîtres anciens, Un Souffle, Mes Prix littéraires ou encore Des Arbres à abattre, dont elle a tiré ce qu’elle appelle plaisamment « des monologues d’ontologie ». Elle s’est mise à l’écoute de la voix si singulière de Bernhard, obstinée, insistante, exagérant toujours pour mieux dénoncer, sur fond d’horreur à l’autrichienne, la persistance plus ou moins camouflée des tentations fascisantes de la vieille Europe. Pratiquant une « culture en acte qui s’affirme et s’infirme », travaillant pour et contre sa propre tradition, au creux de « l’écart entre Schubert et Hitler », l’imprécateur viennois ne s’est jamais lassé de gratter la plaie, voire de « mettre les doigts dedans » pour la remettre à vif, afin que jamais les traces de l’Histoire ne cicatrisent, sans laisser le moindre répit ni à lui-même ni à son public. Aucune catharsis n’est à espérer dans ce jeu de massacre « où il ne s’agit pas de recoller les morceaux mais bien de les briser encore », entre mise en scène de soi et mise à l’épreuve de l’autre, avec une véhémence noire qui n’exclut pas l’humour.

Séverine Chavrier s’est passionnée pour cette rage d’artiste « terriblement vivante » qui prend le risque de l’autodestruction. De cette rencontre avec Bernhard, elle espère voir surgir ce qu’il appelait « Un théâtre du corps et de la peur de l’esprit », se nourrissant de l’énergie du saccage et de la provocation pour parvenir à la grande santé : des éclats d’un théâtre dans tous ses états, « Dans le théâtre, sur le théâtre, contre le théâtre, sous le théâtre ».

Avis du public : Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)

1 Avis

1 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Patrice C. 23 mai 2016

    nous sommes repus mais pas .. certainement la mises en scène la plus originale et la plus intéréssante de la saison,( le nom de la metteure en scène Séverine Chevrier qui joue d'ailleurs dans la pièce est à garder en mémoire) avec une utilisation intelligente de la vidéo et de la musique, tout en respectant l'œuvre de Th Bernhardt ,des comédiens époustouflant »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • Spectacles consultés récemment