Les souffrances de Job

1
2
3
4
5

Théâtre de l'Odéon - Ateliers Berthier , Paris

Du 19 au 28 janvier 2012

CONTEMPORAIN

Laurent Brethome, récompensé lors du festival Impatience 2010, s’attaque aux excès de l’existence et à l’outrance théâtrale. Il faut un grand artiste pour cela, c’est un peu comme si Blaise Pascal, ayant perdu la foi revisitait le Père Ubu !
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 28 janvier 2012

 

Les souffrances de Job

De

Hanokh Levin

Mise en scène

Laurent Brethome

Avec

Fabien Albanese

,

Antoine Herniotte

,

Pauline Huruguen

,

François Jaulin

,

Denis Lejeune

,

Hélène Marchand

,

Geoffroy Pouchot-Rouge-blanc

,

Anne Rauturier

,

Yaacov Salah

,

Philippe Sire

  • Le jour des catastrophes et le jour dernier

Tout semble en ordre. La hiérarchie sociale fonctionne, l’organisme digère, tous les jours peuvent se suivre et se ressembler. Mais ce jour-ci n’est pas comme les autres : celui-ci sera le jour des catastrophes- et ce sera le dernier.

Ce spectacle a été distingué lors du festival Impatience 2010 et le premier de ses mérites est de nous confronter à l’une des pièces les plus réussies et les plus impitoyables d’Hanok Levin, dont la stature ne cesse de croître depuis sa disparition prématurée en 1999. Le deuxième, consiste à plonger avec truculence et réalisme au cœur des plus vieux mythes.

La condition humaine y est présentée comme une exposition à une horreur qui peut être sans fond ; même la mort ne semble pas fournir d’issue. Il faut un grand artiste pour faire tenir en même temps sous notre regard les excès de l’existence et l’outrance théâtrale : c’est un peu comme si Blaise Pascal, ayant perdu la foi revisitait le Père Ubu.

  • La presse

« Heureusement, il y a encore des créateurs à léger grain, suffisamment irrespectueux pour bousculer les classiques et les faire sortir de leurs gonds. Ce qu’ont fait le grand dramaturge israélien Hanokh Levin (1943-1999) en écrivant sa pièce Les Souffrances de Job, et le jeune metteur en scène français Laurent Brethome en la portant sur les planches. Qu’ont-ils fait de ce mythe universel du Juste souffrant en proie à l’énigme du Mal ? Une tragédie de notre temps. Radicale, violente, burlesque, dérangeante. On ressort sonné, pensif et heureux […]. Si le théâtre n’a pas pour seule fonction de distraire mais aussi de perturber par une prise de conscience, c’est réussi. » Pierre Assouline, Le Monde, 24 janvier 2010

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Les souffrances de Job

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment