Les Trois mousquetaires, saisons 1, 2, 3 (Hors les murs)

1
2
3
4
5

Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines , Montigny-le-Bretonneux

Du 29 au 30 juin 2019
Durée : 6 heures avec entractes

CLASSIQUE

,

Coups de coeur

,

Festival Paris l'été

Entraînés par la folle énergie du Collectif 49701, redécouvrez le grand roman de Dumas sous la forme d'une série théâtrale, insolente, populaire et drôle. Un grand récit exaltant dans une intégrale. Lieu du spectacle en juin 2019 : Port Royal des Champs.
Continuer la lecture


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Les Trois mousquetaires, saisons 1, 2, 3 (Hors les murs)

De

Alexandre Dumas

Adaptation

Romain de Becdelièvre

,

Clara Hédouin

,

Jade Herbulot

Mise en scène

Clara Hédouin

,

Jade Herbulot

Avec

Eleonore Arnaud

,

Robin Causse

,

Kristina Chaumont

,

Antonin Fadinard

,

Maxime Le Gac-Olanié

,

Guillaume Pottier

,

Antoine Reinartz

,

Charles Van de Vyver

  • Série théâtrale

Entraînés par la folle énergie du Collectif 49701, nous vous proposons de redécouvrir le grand roman de Dumas, Les trois mousquetaires, sous la forme d'une série théâtrale, insolente, populaire et drôle.

Inventer une forme libre et épique, investir les lieux publics et déplacer le patrimoine - littéraire et urbain - telles sont les taches que s’est donné le Collectif 49 701 avec un désir commun : sortir des théâtres pour occuper l’espace public. L’histoire ne se déroule pas seulement devant les spectateurs, mais partout autour, au dessus, au dessous, derrière eux, dans un dispositif immersif qui mélange les codes du théâtre à ceux de la série TV. Avec joie et beaucoup d’humour, les acteurs poursuivent ainsi d’épisodes en épisodes, un grand récit exaltant.

Venez découvrir les Saisons 1, 2 et 3 des Trois Mousquetaires au Port Royal des Champs ! L’intégrale est composée de trois saisons qui durent entre 1h30 et 2 heures. Chaque saison correspond à trois épisodes d'environ 30 minutes.

Par le Collectif 49701.

  • Note d'intention

« Il faut accepter de voir le passé plus mouvant que le présent et plus incertain que l’avenir. » Pascal Quignard

Qui peut aujourd’hui, en France et ailleurs, ignorer les noms d’Athos, de Porthos, d’Aramis et de d’Artagnan ? La gloire qui les précède occulte les réalités du texte de Dumas. Car en vérité, les mousquetaires imposent dans le roman et sur la scène de l’histoire une singulière figure de héros. Débraillés, avinés, écorchés, violents, amoraux et coureurs, non seulement ils ne sont pas les grands chevaliers que l’on croit, mais surtout ils occupent dans le royaume une place politique unique. Armés et légitimés par le roi, leur liberté d’action semble illimitée et pourtant, presque aucun de leurs faits d’armes ne se fait dans la légalité. Ils sont des héros en zone grise ; ils se tiennent au milieu, entre César et Mandrin, entre le souverain et le hors-la-loi.

Ce qui nous intéresse, obscurément, passionnément, dans ce block-buster de la littérature, bien rangé aux premiers rayons de l’enfance, c’est la généalogie de cette violence d’état, éruptive, comique, chaotique et sanglante.

Les mousquetaires, au moment où la France féodale meurt doucement pour être remodelée entre les mains d’un seul ministre, le Cardinal de Richelieu – qui la pare d’édits nouveaux et élimine en elle tous ceux qui l’affaiblissent ou la divisent, nobles et protestants – incarnent un désordre qui perdure, qui insiste, qui résiste, comme une fureur puérile que l’on ne parvient pas à faire taire. D’ailleurs, à Paris, en 1625, « il y avait les seigneurs qui guerroyaient entre eux ; il y avait le roi qui faisait la guerre au cardinal ; il y avait l’Espagnol qui faisait la guerre au roi. Puis, outre ces guerres sourdes ou publiques, secrètes ou patentes, il y avait encore les voleurs, les mendiants, les huguenots, les loups et les laquais, qui faisaient la guerre à tout le monde » : la guerre civile règne sur le royaume et prolifère à un point tel qu’elle en devient comique. Et de même, « les mousquetaires sont des barbares ! ! ! » crie une femme du peuple dans l’adaptation. De fait, le roman ne saurait exister sans cette haine tenace qui est le véritable moteur de l’histoire : mousquetaires contre gardes du cardinal. À travers ces soldats des deux bords, ce sont deux têtes de la royauté, deux visages du pouvoir qui se toisent, se croisent, reculent parfois et s’affrontent souvent.

Dans ce chantier de ce qu’on appellera plus tard « la monarchie absolue », dans ce royaume de l’entre-deux politique, nous réarmons donc les mousquetaires, sans ranger les formes, et en tachant de rendre hommage à l’énergie brutale et bordélique de ces jeunes hommes qui – tous pour un et un pour tous – mourraient sur place plutôt que de rendre leur épée.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Les Trois mousquetaires, saisons 1, 2, 3 (Hors les murs)

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment