Le sourire au pied de l'échelle

1
2
3
4
5

Théâtre de l'Œuvre , Paris

Du 16 janvier au 17 février 2019
Durée : 1h10

CONTEMPORAIN

,

Tête d'affiche

Le Sourire au pied de l’échelle est l’un des textes préférés d’Henry Miller. Œuvre atypique, loin du style connu de Tropique du Cancer, l’auteur y brosse le portrait d’un clown à la recherche de lui-même, pris dans ses propres contradictions. Au-delà de l’émotion liée à l’imaginaire du cirque, c’est la recherche du sens de la vie qui nous est proposée. Avec Denis Lavant.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 22,50 € au lieu de 30,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Le sourire au pied de l'échelle

De

Henry Miller

Adaptation

Ivan Morane

Mise en scène

Bénédicte Necaille

Avec

Denis Lavant

  • Atypique

Le Sourire au pied de l’échelle est l’un des textes préférés d’Henry Miller. Œuvre atypique, loin du style connu de Tropique du Cancer, l’auteur y brosse le portrait d’un clown à la recherche de lui-même, pris dans ses propres contradictions. Au-delà de l’émotion liée à l’imaginaire du cirque, c’est la recherche du sens de la vie qui nous est proposée.

Auguste, être solaire, nous raconte ses aventures en piste mais aussi ses errances entre deux cirques. C’est au pied d’une échelle menant vers l’infini qu’il nous offre son sourire, petit manuel de la joie, avec ce qu’elle suppose de renoncements.

  • Note d'intention

Le clown a toujours représenté pour moi la quintessence du Théâtre. Le souffle de l’acteur dissimulé derrière un masque ou un maquillage a, dès le début de mes études théâtrales, stimulé ma motivation à m’engager dans ce métier. Je sentais combien la vie brute et mystérieuse nous parvenait alors sans artifices ; cette sacralité a ancré mon amour de la scène.

Ce sont deux rencontres fondatrices de ma vie professionnelle, Klaus Michael Grüber et le metteur en scène d’opéra Gilbert Deflo – tous deux anciens du Piccolo Theatro de Giorgio Strehler – qui ont conforté par leur conception du travail de l’interprète cette certitude que l’indicible pouvait nous parvenir.

Avec sa valise, le clown essaie de correspondre à ce que la société attend de nous, posséder a minima quelques affaires. C’est dans cette essentialité que j’ai demandé à Ivan Morane, au-delà de l’adaptation théâtrale du roman, de concevoir scénographie et éclairages pour le spectacle. Il cherche la radicalité de cette quintessence, une poursuite, un morceau de bord de piste, une échelle, une chaise…

Ce spectacle ne pouvait se réaliser que par l’évidence de l’interprète qui m’a saisie lorsque j’ai vu Denis Lavant à la fois dans Faire danser les alligators sur la flûte de pan mis en scène par Ivan Morane, et peu de temps après dans le film L’étoile du jour de Sophie Blondy, sorti en salle en 2016. Dans un cas, il jouait Céline ; dans l’autre, il interprétait le clown d’une troupe de cirque qui s’arrête sur une plage du nord de la France. Je vis alors l’ombre d’Auguste.

Bénédicte Nécaille, juillet 2018

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le sourire au pied de l'échelle

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment