Le prochain train

du 7 octobre au 28 novembre 2015

Le prochain train

Une comédie romantique, une fable moderne sur la rencontre de deux solitudes.
Une comédie romantique, une fable moderne sur la rencontre de deux solitudes. Au travers de la pièce, le théâtre, lieu du charnel et du palpable, devient un espace de réflexion sur le numérique, en plaçant l’humain au centre du propos.
  • La transformation de nos liens

Karine et Vincent se croisent dans un bourdonnement technologique incessant. Vincent est un toxicomane du travail, tandis que Karine gère la vie de ceux qui n’ont plus le temps de le faire.

Dès lors, tous deux se mettent en affaire : quoi de plus logique dans une société où chacun se débat pour maintenir son employabilité et sa rentabilité ? C’est sur cette base étrange que ces deux solitaires vont se découvrir et s’apprivoiser.

Le Prochain Train a été l’une des premières pièces à aborder le numérique en tant que sujet de réflexion, sans gadgets ni lieux communs, en plaçant l’humain au centre du propos.

L’objet de la pièce est de parler de problématiques très actuelles : l’abandon de notre intimité à la sphère publique du web, la marchandisation des vies privées dans l’univers du tout gratuit, la permanence d’information qui change notre rapport au temps, la mutation de la notion d’identité. La pièce s’adresse aussi bien aux technophiles qu’aux néophytes des outils de communication. La scène est l’occasion d’échanges inattendus. On s’interroge sur les relations humaines, une manette de jeu à la main, tout en discutant de la Singularité, de Snapchat et de Spinoza. Surtout, on s’intéresse moins à l’écran qu’à celui qui le regarde.

Un huis clos envoûtant mis en musique par Cédric le Guillerm (Demain il Fera Jour, Madame K, Vivre) et mis en lumière par Caroline Gicquel (nominée aux Molières 2014 pour Mangez-le si vous voulez).

  • Note de mise en scène

« Si la technologie est le thème de la pièce, le propos est avant tout une ode à la rencontre. C'est pourquoi j'ai choisi de construire un spectacle sans effet numérique. Ce qui m'intéresse est moins l’écran que celui qui le regarde. J'ai donc entrepris de créer un huis clos intime, tout en manuvrant autour d'une évidente difficulté : comment faire ressentir l'enfermement quand le virtuel offre aux personnages la magie de l'ubiquité ? C'est le défi que j'ai soumis à la création lumière de Caroline Gicquel (Nominée aux Molières 2014 pour « Mangez-le si vous voulez »). Caroline à su peindre un univers tout en nuances, qui passe lentement du numérique au charnel. La pièce joue dès lors sur la progression de l'engagement physique, sortant les personnages petit à petit de leur torpeur. Chaque échange, chaque connivence se charge de sens jusqu'à l'instant où face à soi, incrédule de l'heure tardive et des souvenirs hésitants, on se risque vers l'autre. »

Orah de Mortcie, metteur en scène

  • La presse

« Un vrai plaisir ! La pièce questionne des sujets d'actualité. Le traitement est fin et intéressant. Le personnage de Karine est fascinant et mériterait presque une série télé à elle ! :) La fin est très belle. » Libération, ecrans

« A ne pas manquer ! Les comédiens jouent avec maîtrise et habileté l'histoire à la fois drôle et touchante de cette fable moderne. Belle leçon de simplicité qui ne tombe pas dans un moralisme creux, la pièce est surtout l'occasion d'un voyage poétique et attendrissant. » Vaucluse Matin

« 5 étoiles ! - Par une mise en scène brillante, où la lumière et la musique (une vraie musique, pas du bruit numérique) occupent une place centrale, Orah de Mortcie met en avant l'omniprésence de la technologie dans notre société (...) L'interprétation extrêmement juste des deux comédiens vient parfaire cette réflexion posée sur scène entre rire et émotion. » La Provence

« Les deux comédiens investissent leurs personnages respectifs avec beaucoup de réalisme. Du beau travail. La musique de Cédric le Guillerm ponctue le texte avec sobriété, dans une écriture classique qui souligne l'intemporalité du sujet. » Reg’Arts

« Une pièce on ne peut plus dans l'air du temps, très bien vue, drôle et touchante à la fois ! » La Revue du Spectacle

« La musique fait partie intégrante de ce spectacle harmonieux, émouvant. C’est un excellent spectacle à mettre entre toutes les mains, jeunes et moins jeunes. » Avignews

« La pièce est drôle, touchante et pleine de beaux symboles. Les dialogues traduisent remarquablement le désarroi de l'humain. » Quatre Cent Quatre

Sélection d’avis du public

Un très joli spectacle Par Laure R. - 12 novembre 2015 à 17h56

Les acteurs sympathiques et talentueux ont une belle présence. C'est fin, parfois drôle et ce n'est pas trop démonstratif. Je n'avais pas très envie de sortir hier soir mais ce fut une excellente surprise et je n'ai vraiment pas regretté ! N'hésitez pas !!!!

Bravo Par Pauline P. - 12 novembre 2015 à 14h27

Une pièce finement jouée. Des comédiens touchants. Une comédienne bourrée de talent. La pièce est un joli conte qui nous permet de nous interroger sur la place du lien dans une société surnumerisée. Bravo!

Quelle vie rêver ? Par Spectatif - 12 novembre 2015 à 13h20

C’est un spectacle attachant et attractif, tout à fait réussi. Une petite perle de la saison théâtrale à ne pas rater. Fable, conte ou histoire proche, c’est un très joli spectacle que voilà, faisant appel à notre intelligence comme à notre émotion en parsemant le temps passé de petites touches de plaisirs et de plusieurs sujets de réflexion. La direction d’acteurs de Laetitia Grimaldi ne laisse rien au hasard, simple et fluide, adroite et mesurée, servant efficacement le texte articulé avec la musique de Cédric Le Guillerm, bienvenue et limite envoutante par moments. Les comédiens Bruno Hausler et Elsa de Belilovsky, savent nous offrir toute la complexité de leurs personnages. Un « Vincent » sincère, perdu, seul et meurtri et une « Karine » piquante, piquée, attirante et seule aussi. Deux comédiens pêchus, agréables et justes. Un spectacle à voir sans hésiter !

A voir! Par Emeline E. - 11 octobre 2015 à 15h10

Pièce touchante et moderne dont les personnages ne sont finalement que notre propre reflet, et qui nous pousse à réfléchir sur ce que deviennent nos rapport sociaux dans cet "ère du numérique". Un texte et une mise en scène sans pudeur pour plus de vérité; bref, à voir!

Synthèse des avis du public

5,0 / 5

Pour 5 Notes

100%
0%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 5 5
Un très joli spectacle Par Laure R. (3 avis) - 12 novembre 2015 à 17h56

Les acteurs sympathiques et talentueux ont une belle présence. C'est fin, parfois drôle et ce n'est pas trop démonstratif. Je n'avais pas très envie de sortir hier soir mais ce fut une excellente surprise et je n'ai vraiment pas regretté ! N'hésitez pas !!!!

Bravo Par Pauline P. (1 avis) - 12 novembre 2015 à 14h27

Une pièce finement jouée. Des comédiens touchants. Une comédienne bourrée de talent. La pièce est un joli conte qui nous permet de nous interroger sur la place du lien dans une société surnumerisée. Bravo!

Quelle vie rêver ? Par Spectatif (104 avis) - 12 novembre 2015 à 13h20

C’est un spectacle attachant et attractif, tout à fait réussi. Une petite perle de la saison théâtrale à ne pas rater. Fable, conte ou histoire proche, c’est un très joli spectacle que voilà, faisant appel à notre intelligence comme à notre émotion en parsemant le temps passé de petites touches de plaisirs et de plusieurs sujets de réflexion. La direction d’acteurs de Laetitia Grimaldi ne laisse rien au hasard, simple et fluide, adroite et mesurée, servant efficacement le texte articulé avec la musique de Cédric Le Guillerm, bienvenue et limite envoutante par moments. Les comédiens Bruno Hausler et Elsa de Belilovsky, savent nous offrir toute la complexité de leurs personnages. Un « Vincent » sincère, perdu, seul et meurtri et une « Karine » piquante, piquée, attirante et seule aussi. Deux comédiens pêchus, agréables et justes. Un spectacle à voir sans hésiter !

A voir! Par Emeline E. (1 avis) - 11 octobre 2015 à 15h10

Pièce touchante et moderne dont les personnages ne sont finalement que notre propre reflet, et qui nous pousse à réfléchir sur ce que deviennent nos rapport sociaux dans cet "ère du numérique". Un texte et une mise en scène sans pudeur pour plus de vérité; bref, à voir!

Intelligent et touchant Par Regard theatre (1 avis) - 11 octobre 2015 à 14h57

Je suis sortie enchantée. J'ai passé un tres beau moment à bord de ce Prochain Train. Le texte est brillant et la mise en scene nous montre les excès de notre monde connecté. Petit remarque toute spéciale pour le compositeur dont je connais d'autres musiques: c'est un vrai regal.

Informations pratiques

Manufacture des Abbesses

7 rue Véron 75018 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Montmartre Salle climatisée
  • Métro : Abbesses à 121 m, Pigalle à 263 m
  • Bus : Abbesses à 89 m, Pigalle à 214 m, Blanche à 281 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Manufacture des Abbesses
7 rue Véron 75018 Paris
Spectacle terminé depuis le samedi 28 novembre 2015

Pourraient aussi vous intéresser

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

Oublie-moi

Théâtre Actuel La Bruyère

- 23%
La réunification des deux Corées

Théâtre Suresnes - Jean Vilar

Une histoire d'amour

Splendid Saint Martin

Un état de nos vies

Ferme du Buisson

Spectacle terminé depuis le samedi 28 novembre 2015