Le legs / Les acteurs de bonne foi

1
2
3
4
5

Théâtre de l'Ouest Parisien , Boulogne Billancourt

Du 09 au 21 février 2010
Durée : 2 heures

CLASSIQUE

Ces deux pièces en un acte de Marivaux concentrent à elles seules l’art de cet immense auteur.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 21 février 2010

 

Le legs / Les acteurs de bonne foi

De

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Mise en scène

David Géry

Avec

Geoffrey Carey

,

Philippe Fretun

,

Donatien Guillot

,

Kevin Lelannier

,

Daniel Martin

,

Marie Matheron

,

Julie-Anne Roth

,

Eléonore Simon

,

Pierre-Benoist Varoclier

  • Deux pièces en un acte ou tout l’art de Marivaux

Ces deux pièces en un acte de Marivaux concentrent à elles seules l’art de cet immense auteur : Le Legs est la fortune dont le Marquis doit hériter d’un parent défunt. Il devra la partager avec Hortense sa cousine s’il ne l’épouse pas; et Hortense renonce à sa part si elle n’épouse pas le Marquis. Ils ne s’aiment pas, mais il ne faut pas laisser filer l’argent. Qui cèdera le premier ?

Dans Les Acteurs de bonne foi, les domestiques jouent une comédie le jour des noces d’Angélique et d’Eraste. Ils se prennent vite au sérieux et la répétition tourne au psychodrame... David Géry, met en scène une troupe de neuf comédiens qui nous emportent dans des situations des plus burlesques.

  • Un legs complexe

Le Legs est l’histoire d’un huis clos, à la campagne. Chez une Comtesse sont réunis un Marquis, Hortense, un Chevalier ainsi que le valet du Marquis, Lépine et la suivante de la Comtesse, Lisette.

Le Marquis doit hériter de la fortune d’un parent défunt : 600 000 frs qu'il devra partager avec sa cousine Hortense s'il ne l'épouse pas; si elle choisit de ne pas se marier avec lui, c'est elle qui devra renoncer à sa part. L'un et l'autre ne s'aiment pas: lui est amoureux d'une Comtesse, elle aime un chevalier. Hortense décide alors de lancer les hostilités et de provoquer le Marquis pour que ce soit lui qui renonce à l’épouser.

C’est sans compter de l’influence et des intrigues de leurs domestiques, Lisette et Lépine…

Ce point de départ va engendrer une situation complexe parmi les trois couples.

  • La répétition qui tourne au psychodrame

Dans Les Acteurs de Bonne Foi, la dernière que l’auteur ait fait jouer sur un grand théâtre, où la scène de comédie est rapidement détournée et donne lieu à une confusion entre la situation réelle et la scène jouée, la mise en abyme révèle l’importance de l’illusion théâtrale. Oeuvre testamentaire, elle concentre par sa brièveté toutes les interrogations théâtrales de Marivaux et ouvre des portes par lesquelles, plus tard, Pirandello ou Feydeau auront plaisir à s’y engouffrer.

Le mariage entre Angélique, fille de Mme Argante et Eraste se prépare. Pour remercier sa tante, Mme Amelin, des soins qu’elle lui procure, Eraste demande à son valet Merlin de donner une comédie pour divertir ces dames. Merlin qui n’ayant pour seuls acteurs que les autres domestiques, Blaise, Lisette et Colette, il imagine un canevas qui s’inspire des relations amoureuses qu’ils ont entre eux mais en les inversant .

Peu enclins à jouer la comédie, ces acteurs de bonne foi, prenant au sérieux ce chassé-croisé amoureux, s’y perdent vite… et la répétition tourne vite au psychodrame. Alertées par le bruit, les invitées surgissent, Mme Argante tente d’interdire la comédie, mais bientôt une autre comédie se jouera d’elle…

  • Deux traitements différents

Un seul et même espace épuré et tendant vers l’abstraction sera notre décor pour les deux pièces, mais deux traitements différents s’imposent pour ces deux comédies...

Dans Le legs, Marivaux place un groupe de personnes dans un lieu clos. Au centre, il met en jeu un testament avec une grosse somme d’argent; puis il regarde comment ce groupe va se comporter. La vie amoureuse se mêle aux questions d’intérêt. Avec cette comédie âpre, l’auteur jette un regard objectif et sans complaisance sur ses personnages et sur leurs machinations, et sur un monde nouveau naissant, un univers de marchands, où le sens du verbe rêver se superpose à celui de calculer.

Mon intention est de peindre ces relations un peu comme l’on observe un tableau à la loupe. Je veux pour cela m’inspirer des techniques cinématographiques, des gros plans, des travellings, faire un travail sur le son avec des micros et une bande son, un travail sur la lumière en hommage à l’éclairage à la bougie qui sera transposée, décalé par une lumière à base de néons.

Dans Les acteurs de bonne foi, Marivaux met le théâtre dans le théâtre, une comédie dans la comédie. Les personnages se prennent au jeu et s’y perdent.... Chef d’oeuvre de la mise en abyme, de la confusion entre la situation réelle et la scène jouée elle sera menée tambour battant et dans un jeu burlesque. Un savoureux mélange de Pirandello et de Feydeau. Mme Argante, Mme Amelin et Araminte seront jouées par trois comédiens hommes mettant en abyme davantage le théâtre dans le théâtre de cette folle comédie.

David Géry

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le legs / Les acteurs de bonne foi

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment