Le diable à Paris

1
2
3
4
5

Athénée Théâtre Louis-Jouvet , Paris

Du 18 décembre 2020 au 09 janvier 2021
Durée : 2 heures avec entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Comédie musicale

Dans cette comédie musicale de 1927, porté par la manière élégante du compositeur Marcel Lattès et les lyrics malicieux d’Albert Willemetz, Faust prend des allures bien mesquines… Et il trouve un diable à sa mesure. « Satan, l’homme qui damnait les âmes humaines, deviendra l’idiot utile, le clown pathétique d’une diabolique humanité prête à tout pour obtenir ce qu’elle désire, écrit le metteur en scène Édouard Signolet.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 29,50 €,24,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires. Merci de respecter les gestes barrières, de vous munir d'un masque et de le porter lorsqu'il est exigé.
 

Le diable à Paris

De

Francis de Croisset

,

Robert de Flers

,

Marcel Lattès

,

Albert Willemetz

Direction musicale

Dylan Corlay

,

Édouard Signolet

Avec

Paul-Alexandre Dubois

,

Mathieu Dubroca

,

Céline Groussard

,

Sarah Laulan

,

Denis Mignien

,

Julie Mossay

,

Marion Tassou

D’un calme Pays Basque trop idyllique pour être honnête au tourbillon de la vie parisienne, il n’y a peut-être qu’un pas, pourvu qu’on se donne la peine d’appeler Satan à la rescousse. C’est ce que fera André, chef de gare amoureux et piètre aiguilleur, rêvant sans relâche à des folies capitales. Mais le pire est peut-être de voir ses vœux exaucés…

Dans cette comédie musicale de 1927, porté par la manière élégante du compositeur Marcel Lattès et les lyrics malicieux d’Albert Willemetz, Faust prend des allures bien mesquines… Et il trouve un diable à sa mesure. « Satan, l’homme qui damnait les âmes humaines, deviendra l’idiot utile, le clown pathétique d’une diabolique humanité prête à tout pour obtenir ce qu’elle désire, écrit le metteur en scène Édouard Signolet. Le diable devient malgré lui un meneur de revue dépassé par les événements, mais les événements ne sont pas la seule chose qui le dépasse. La ville, la technologie et cette humanité, tout va trop vite pour lui. » Un tourbillon ravivé par l’orchestre des Frivolités Parisiennes, avec six chanteurs, et last but not least, treize « girls and boys ».

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le diable à Paris

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment