Le cri d'Antigone

du 13 au 22 octobre 2010
1 heure

Le cri d'Antigone

Géraldine Bénichou propose un théâtre épique et intime qui raconte avec simplicité l’histoire d’Antigone, dans un dialogue entre le récit de Magali Bonat et les chants de Salah Gaoua.
  • À la croisée d’un mythe et d’une écriture contemporaine

Le Cri d’Antigone est un spectacle conçu par Géraldine Bénichou d’après Antigone, le roman de Henry Bauchau. L’auteur écrit sur les traces des tragédies de Sophocle tout en proposant une relecture actuelle. L’adaptation proposée par Géraldine Bénichou permet d’entrer dans le récit mythologique avec une grande évidence, tout en faisant découvrir l’écriture contemporaine de l’auteur.

En scène, dans une forme à la fois épique et intime, une actrice et un chanteur portent les cris d’Antigone, dans un dialogue entre récit mythique et chants traditionnels d’Algérie.

  • Transmettre un parole essentielle

« En découvrant Antigone de Henry Bauchau, j’ai eu le sentiment de rencontrer une oeuvre essentielle qui nous grandit par sa simplicité, sa générosité et son exigence. Tout en étant très fidèle au mythe, Henry Bauchau nous livre une Antigone dont l’engagement contre la guerre, la misère et le pouvoir est stupéfiant d’actualité.

Antigone est encore aujourd’hui la grande figure mythologique qui incarne la résistance politique. A chaque épreuve, Antigone trouve en elle la force d’affirmer sa dignité. Elle sait que pour dire totalement oui à la vie il faut parfois être capable de dire non. Non jusqu’à la mort. Le cri qui lui échappe lorsqu’elle est confrontée à la brutalité des hommes, est un cri d’urgence plein d’obscurités et de lumières.

C’est d’abord pour transmettre quelque chose de l’espérance aveugle et lucide de cette écriture que j’ai souhaité adapter et mettre en scène Le Cri d’Antigone. »

Géraldine Bénichou, metteuse en scène

  • Le mythe

« Antigone a suivi pendant dix ans Oedipe dans son errance aveugle. Sans maison, sans homme et sans enfant, elle a mendié pour lui, elle a été présente toujours à ses côtés. Après la mort d’Oedipe, Antigone repart pour Thèbes. Là, le crime est en marche vers Polynice et Etéocle, les frères jumeaux, les frères ennemis, ses frères.

Etéocle est roi. Polynice, chassé de Thèbes, est bien décidé à reprendre la couronne. Créon, l’oncle, prévoit l’issue malheureuse de la guerre qui oppose les jumeaux, et attend son heure. Antigone revient à Thèbes pour tenter de réconcilier ses frères. A-t-elle vraiment l’espoir de réconcilier ses frères ? Peu importe, Antigone n’avait pas plus d’espoir quand elle a suivi Oedipe dans son errance.

Elle n’a pas pu supporter qu’il s’en aille, aveugle et seul, mendier sur la route. Antigone demeure fidèle à ce premier mouvement, celui du coeur qui bat, qui s’élance et a décidé de sa vie. Antigone va essayer de réconcilier ses frères non parce que c’est possible, mais parce que c’est la chose à faire. C’est tout. »

Henry Bauchau, dans Les vallées du bonheur profond, Actes Sud.

  • La presse

 " Suggérer, rendre sensible, transmettre l’émotion et la beauté d’un texte le porter à la scène et lui donner la théâtralité qui convient, dans cette tâche délicate, Géraldine Bénichou a pleinement réussi. " Lyon Figaro

 " Ce portrait sans concession devient, grâce au doigté de Géraldine Bénichou, un vrai moment d’humanité. " Marie Claire Rhône-Alpes

 " Un spectacle profond et généreux. " Le Dauphiné libéré

 " Magali Bonat, impressionnante d’émotion et de rage. " Le Progrès

 " Les chants de Salah Gaoua sont un formidable contrepoint au drame intérieur d’Antigone. " La Marseillaise

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Maison des métallos

94, rue Jean-Pierre Timbaud 75011 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Ménilmontant
  • Métro : Couronnes à 242 m, Parmentier à 359 m
  • Bus : Maison des Métallos à 21 m, Couronnes à 213 m, Parmentier - République à 315 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Maison des métallos
94, rue Jean-Pierre Timbaud 75011 Paris
Spectacle terminé depuis le vendredi 22 octobre 2010

Pourraient aussi vous intéresser

- 20%
Courgette

Tristan Bernard

- 25%
Fin de partie

Théâtre de l'Atelier

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

- 32%
Une histoire d'amour

Splendid Saint Martin

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

- 20%
Lady Agatha

Michodière

Spectacle terminé depuis le vendredi 22 octobre 2010