Le chant de la terre

1
2
3
4
5

Théâtre de Sartrouville , Sartrouville

Le 29 avril 2003

MUSIQUE & DANSE

Porter à la scène sous forme d’opéra de chambre, la symphonie lyrique composée par Mahler à la fin de sa vie, tel est le défi que se sont lancé le jeune chef d’orchestre David Stern, fils d’Isaac, et Yoshi Oïda acteur-metteur en scène, complice de toujours de Peter Brook. Entre spiritualité et éternité de l’âme, le chef-d’œuvre de Mahler a le parfum poignant d’une cérémonie bouddhiste.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 29 avril 2003

 

Le chant de la terre

De

Gustav Mahler

Mise en scène

Yoshi Oïda

Avec

Julien Flematti

,

Michael Hayes

,

Ning Liang

,

Jean Maillard

,

Julien Rousseau

,

Tapa Sudana

Porter à la scène sous forme d’opéra de chambre, la symphonie lyrique composée par Mahler à la fin de sa vie, tel est le défi que se sont lancé le jeune chef d’orchestre David Stern, fils d’Isaac, et Yoshi Oïda acteur-metteur en scène, complice de toujours de Peter Brook. Inspiré d’un recueil de poèmes chinois, Mahler écrit cet ouvrage après la mort de sa fille, il compose là un chef d’œuvre au parfum d’éternité qui le consacrera auprès du grand public tout au fil des ans. Profondément émouvants, raffinés, intimistes, ces chants aux légères senteurs exotiques, sont d’une beauté déchirante où voix et instruments s’entremêlent à merveille. 

L’orchestration de Schoenberg, ici choisie, permet l’utilisation d’une formation orchestrale moins importante qui, par sa sobriété et sa finesse, restitue l’intimité voulue par Mahler. Yoshi Oïda réussit un subtil équilibre qui mélange Orient et Occident et fait de cette cérémonie funèbre une ode à la pureté. Au cœur d’une forêt enneigée en Allemagne, s’élève un temple bouddhiste, un homme arrive pour assister aux funérailles de sa fille. Étranger, il revient après dix-huit ans de disparition. La mère pleure sa fille et pense à ce jeune homme qui fut son amant. C’est un hymne à l’éveil du printemps, aux séductions de la jeunesse, à la douleur et à l’inéluctable adieu au monde. Dans ce spectacle poignant, voix, musique, images nous pénètrent. Yoshi Oïda met en valeur la fascination de Mahler pour la spiritualité orientale et la recherche de la paix de l’âme dans l’éternité acceptée.

  • La presse

« La beauté du zen pour Mahler. Loin de Wagner et de Schopenhauer, de Vienne et de Hollywood, cette version du « Chant de la terre » est une révélation et touche au cœur de la vérité mahlérienne. » Libération

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Le chant de la terre

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment