La seconde surprise de l’amour

1
2
3
4
5

Gyptis Théâtre , Marseille

Du 04 au 08 décembre 2012

CLASSIQUE

Veuve et inconsolable, la Marquise se lie d’amitié avec son voisin le Chevalier, malheureux comme elle, et décidé à pleurer indéfiniment un amour perdu. Pourtant, au cœur de ces deux douleurs renaît le désir, inattendu, insoupçonné même par les principaux intéressés ! Ce nouvel amour, c’est la manifestation irrépressible de la nécessité de vivre… Profondément actuel, Marivaux nous invite à une poursuite acharnée, corps à cœur, dans la fougue et l’instinct.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 08 décembre 2012

 

Photos & vidéos

La seconde surprise de l’amour

De

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Mise en scène

Alexandra Tobelaim

Avec

Fabrice Cals

,

Marie Dompnier

,

Éric Feldman

,

Thierry Otin

,

Agathe Rouillier

,

Olivier Veillon

  • L'histoire

Veuve et inconsolable, la Marquise se lie d’amitié avec son voisin le Chevalier, malheureux comme elle, et décidé à pleurer indéfiniment un amour perdu. Pourtant, au cœur de ces deux douleurs renaît le désir, inattendu, insoupçonné même par les principaux intéressés ! Ce nouvel amour, c’est la manifestation irrépressible de la nécessité de vivre… Profondément actuel, Marivaux nous invite à une poursuite acharnée, corps à cœur, dans la fougue et l’instinct.

  • Une douleur exquise

 " La seconde surprise de l'amour fait partie des pièces de Marivaux qui tentent de percer le mystère du sentiment amoureux : comment il naît, comment il se manifeste et avec quel aveuglement les amants tentent-ils de le nier ?

Ce sentiment, cette disposition d'esprit, fait partie des états (psychiques et corporels) qui sont insoupçonnables (voire incompréhensibles) pour qui ne les a pas vécus.Et lorsque nous les traversons, la douleur est si grande et si violente qu'elle en devient indicible.

C'est au cœur de cette douleur que commence La seconde surprise de l'amour. Douleur exquise comme la nommeSophie Calle. Douleur à l'intérieur de laquelle on se plaît,on se complaît parfois.

Douleur exquise de Sophie Calle fait écho, presque trois cents ans plus tard, à l’œuvre de Marivaux. C’est la lecture de Douleur exquise qui m’a fait désirer cette pièce de Marivaux. Il s’agit de la même problématique immuable, du même cheminement, mais à travers une expression contemporaine. C’est la confrontation de ces deux œuvres, ce thème identique qui traverse les époques, celle de Marivaux et la nôtre, que je souhaite monter.

L’œuvre de Sophie Calle est percutante, visuelle, plastique, fulgurante. Étonnamment, le temps y est palpable. Celle de Marivaux, tout en nuance dans la langue, est insidieuse.

Il est stupéfiant de voir à quel point les deux œuvres décrivent précisément le même sentiment : la douleur amoureuse et... son effacement. Les sentiments humains n’auraient-ils pas évolué ? Seule la forme (le langage, l’environnement social) semble avoir changé. Le sentiment amoureux, lui, reste constant.

Comment rendre palpable et visible ce mouvement physiologique ? À travers leurs deux propositions, Marivaux et Sophie Calle nous amènent chacun une réponse. Douleur exquise nous plonge dans l’intime, au creux d’une douleur personnelle. La seconde surprise nous décrit la relation amoureuse à travers le filtre des rapports sociaux.

Ce projet, ce sont les mots de Marivaux, l’introspection de Sophie Calle et nous, vivants. Je veux que ce spectacle soit un spectacle physique. L'amour est aussi une histoire de corps. Comment représenter physiquement la douleur engendrée par le chagrin ? Comment se parlent, comment se touchent deux corps en souffrance ? Comment ces corps jouent-ils lorsqu'ils sont amoureux ? Comment se déplacent-ils ? Et comment se comportent-ils lorsqu'ils sont seuls, débarrassés de toute contrainte sociale ?

J'aimerais que le public puisse voir ce spectacle sans le son, sans parole, et le comprenne, uniquement en regardant les acteurs se déplacer sur le plateau, simplement être ensemble. " 

Alexandra Tobelaim

  • Presse

« En confondant la Douleur exquise de Sophie Calle à la pièce de Marivaux, le décryptage du culte de la souffrance amoureuse devient une entreprise rafraîchissante. Vif, tordant et limpide. Les délires sont ici à la fête et les fous-rires nombreux : ne vous privez pas de cette Seconde surprise fort réjouissante. www.toutelaculture.com

« La grâce d’une mise en scène inspirée et d’une interprétation impressionnante de finesse et de justesse dans sa versatilité. Tout simplement délicieux. » Le clou dans la planche

« Mise en scène pétillante, direction d’acteurs remarquable, distribution impeccable. Ce Marivaux est frais et léger comme du champagne rosé,à consommer exceptionnellement sans aucunemodération ! » Vaucluse matin

« Plein d’humour et de malice. Un moment magique. Coup de coeur ! » Le Midi Libre

« Un merveilleux pont entre Marivaux et notre époque. » LCM

« Ne la ratez pas ! Alexandra Tobelaim fait partie de ces metteurs en scène de talent que notre région recèle. » Zibeline

« Un résultat efficace, une pièce convaincante et résolument contemporaine. Les jeunes acteurs incarnent des personnages entiers et fougueux. » Ventilo

« Un petit bijou, subtil, drôle, profond, admirablement joué… Une petite perle. » France Bleu Vaucluse

« Un excellent moment à ne pas rater ! » La Provence

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La seconde surprise de l’amour

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment