La Jet Set

Aubervilliers (93)
du 17 au 30 mars 2017
1h30

La Jet Set

Dans La Jet Set, nul besoin d’être riche pour devenir président. L’audace, la flambe et l’invention rythment les boîtes de la diaspora ivoirienne, où se produisent les rois flamboyants du « coupé-décalé ». De Paris à Abidjan, cette danse ravive le culte de la sape et l’esprit du « boucan »  : il s’agit d’exister, de faire « parler son nom » par et contre les apparences.

Dans La Jet Set, nul besoin d’être riche pour devenir président. L’audace, la flambe et l’invention rythment les boîtes de la diaspora ivoirienne, où se produisent les rois flamboyants du « coupé-décalé ». De Paris à Abidjan, cette danse ravive le culte de la sape et l’esprit du « boucan »  : il s’agit d’exister, de faire « parler son nom » par et contre les apparences.

Exhiber des accessoires de mode jusqu’à leur extension maximale ou boire du champagne dans un réceptacle extravagant  : voici de quoi décaler le fétichisme de la marchandise. Car l’outrance sert ici une nouvelle économie, où se confronte le rapport qu’ont les européens à l’argent à celui cultivé par La Jet Set. Un rapport où la générosité et la dépense feront peut-être rougir ceux qui restent assis sur leurs épargnes.

Monika Gintersdorfer et Knut Klaßen travaillent ensemble depuis 2005. Elle a étudié la germanistique et a suivi le cursus théâtre, cinéma et médias à l’université de Cologne, ainsi que la mise en scène à Hambourg. Lui, vient de l’univers du design et travaille en tant que plasticien à Berlin. Très vite, leur duo se transforme en collectif germano-ivoirien, dont est issue la série de cinq pièces chorégraphiques Logobi . Leurs projets de théâtre, de vidéo et d’exposition confrontent les formes de vie et d’expression de leurs interprètes avec leurs propres stratégies et esthétiques.

À la croisée de la danse, du théâtre et de la performance, les stars de la vie nocturne d’Abidjan côtoient, sur scène, performeurs, chorégraphes et danseurs venus d’Allemagne. Fort de ses interrogations concrètes, qui touchent aussi bien au statut des réfugiés en Europe qu’aux bouleversements politiques de la Côte d’Ivoire, ce collectif se situe aux antipodes de l’exotisme. Une collaboration qui met au travail les différences pour mieux toucher à l’infini.

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre de la Commune

2, rue Edouard Poisson 93304 Aubervilliers

Bar Grand Paris Librairie/boutique Restaurant Seine-Saint-Denis Vestiaire
  • Métro : Mairie d'Aubervilliers à 395 m
  • Bus : André Karman à 73 m, Mairie d'Aubervilliers à 297 m, Paul Bert à 357 m
  • Voiture : par la Porte d'Aubervilliers ou de La Villette - puis direction Aubervilliers centre

    Navette retour : le Théâtre de la Commune met à votre disposition une navette retour gratuite du mardi au samedi - dans la limite des places disponibles. Elle dessert les stations Porte de la Villette, Stalingrad, Gare de l'Est et Châtelet.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Théâtre de la Commune
2, rue Edouard Poisson 93304 Aubervilliers
Spectacle terminé depuis le jeudi 30 mars 2017

Pourraient aussi vous intéresser

Un état de nos vies

Ferme du Buisson

Dämon (El Funeral de Bergman)

Odéon - Théâtre de l'Europe

Tatiana

Théâtre du Rond-Point

L'oiseau-lignes

Théâtre du Rond-Point

Ex Machina

Théâtre de la Bastille

Plutôt vomir que faillir

Malakoff scène nationale – Théâtre 71

Spectacle terminé depuis le jeudi 30 mars 2017