La Fanciulla del West

1
2
3
4
5

Opéra Bastille , Paris

Du 01 au 28 février 2014
Durée : 1h50

MUSIQUE & DANSE

,

Opéra

« À cette curieuse époque, des gens venus de Dieu sait où groupèrent leurs forces dans ces lointaines terres de l’Ouest » : à travers les aventures de Minnie, tombée amoureuse d’un bandit au grand cœur, Puccini offre à l’opéra son premier western, un théâtre des âmes au bout du monde. En langue italienne.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 28 février 2014

 

La Fanciulla del West

De

Giacomo Puccini

Mise en scène

Nikolaus Lehnhoff

Direction musicale

Carlo Rizzi

Avec

Roberto Accurso

,

Marco Berti

,

Rodolphe Briand

,

Alexandre Duhamel

,

Emanuele Giannino

,

Igor Gnidii

,

André Heyboer

,

Eric Huchet

,

Enrico Marabelli

,

Andrea Mastroni

,

Matteo Peirone

,

Anna Pennisi

,

Ugo Rabec

,

Roman Sadnik

,

Claudio Sgura

,

Nina Stemme

,

Wenwei Zhang

En langue italienne.

  • Opéra en trois actes (1910)

« À cette curieuse époque, des gens venus de Dieu sait où groupèrent leurs forces dans ces lointaines terres de l’Ouest » : à travers les aventures de Minnie, tombée amoureuse d’un bandit au grand cœur, Puccini offre à l’opéra son premier western, un théâtre des âmes au bout du monde.

Musique de Giacomo Puccini (1858-1924)
Livret de Guelfo Civinini et Carlo Zangarini d'après la pièce The girl of the Golden West de David Belasco
Direction musicale : Carlo Rizzi
Mise en scène : Nikolaus Lehnhoff
Décors : Raimund Bauer
Costumes : Andrea Schmidt-Futterer
Lumières : Duane Schuler
Vidéo : Jonas Gerberding
Chorégraphie : Denni Sayers
Chef du choeur : Patrick Marie Aubert

Avec l'Orchestre et Choeur de l’Opéra national de Paris.

  • La presse en parle

« Une distribution effectivement impeccable. » Philippe Venturini, Les Echos, le 6 février 2014

  • Une entrée au répertoire

« À cette curieuse époque, des gens venus de Dieu sait où groupèrent leurs forces dans ces lointaines terres de l’Ouest et, selon la rude loi du camp, oublièrent vite leur véritable nom, combattirent, rirent, jurèrent, aimèrent et accomplirent leur étonnante destinée d’une façon qui paraîtrait aujourd’hui incroyable. Nous sommes sûrs d’une seule chose, ils vécurent. » Telle est la citation que Puccini a placé au début de sa partition. En effet, comme dans le Paris de La Bohème ou le Japon de « Butterfly », c’est d’abord la vie qu’il va traquer jusqu’au Far West : les passions certes, mais surtout l’humanité, la fraternité, la compassion.

Dans le saloon Polka, les chercheurs d’or pensent à leur mère restée en Italie et Minnie, derrière le bar, leur lit la Bible. L’amour va se présenter à elle sous l’apparence d’un criminel mais Minnie, au-delà de l’apparence justement, va voir son bon coeur et la possibilité du bonheur. Après la littérature et en même temps que le cinéma, Puccini donne à l’opéra son premier western, un théâtre des âmes au bout du monde, entre rires et larmes, à la fois exotique et bouleversant. Créé au Metropolitan Opera de New York en 1910, cet authentique chef-d’oeuvre fait enfin son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : La Fanciulla del West

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment