L'assommoir

1
2
3
4
5

Théâtre de Châtillon , Châtillon

Le 11 octobre 2019
Durée : 2 h 10

CLASSIQUE

David Czesienski a choisi d’adapter ce chef d’oeuvre et de le mettre en scène avec une génération née, comme lui, dans les années 80, et qui regarde avec inquiétude ce monde reçu en héritage. Les six jeunes comédiens du collectif Os’O, en la contant ou en la jouant, nous font vivre cette tragicomédie capable de bouleverser nos pratiques sociales.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 14,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

L'assommoir

De

Emile Zola

Mise en scène

David Czesienski

Avec

Lucie Boissonneau

,

Bess Davies

,

Mathieu Ehrard

,

Baptiste Girard

,

Charlotte Krenz

,

Tom Linton

  • La déchéance fatale d'une famille ouvrière

Dans son adaptation de L’assommoir, célèbre roman « noir » d’Émile Zola, le collectif Os’o puise dans les grands thèmes de cette histoire : la réussite et l’échec, l’amour et le mépris, la richesse et la pauvreté, l’alcool et la déchéance, la vie et la mort. A « L’assommoir », le bar qui donne son nom au roman, six jeunes gens boivent et racontent une histoire qui a déjà eu lieu, celle de quelques êtres au destin tragiquement contrarié.

Grandeur et décadence de Gervaise Macquart, honnête blanchisseuse dans le quartier de la Goutte-d’Or à Paris. Mère de deux enfants, abandonnée par son mari, Gervaise travaille dur pour ouvrir sa propre blanchisserie. Malheureusement, suite à un accident, son nouvel époux sombre dans l’alcool. Gervaise revoit le père de ses enfants et se laisse aller jusqu’à devenir elle-même alcoolique. Elle perd sa blanchisserie et, sans revenus, se retrouve à la rue et meurt l’hiver venu. Dans son adaptation David Czesienski, jeune metteur en scène berlinois, cherche avant tout à créer du jeu pour ses six acteurs. Parmi les grands thèmes de cette histoire, la réussite et l’échec, l’amour et le mépris, la richesse et la pauvreté, l’alcool et la déchéance, la vie et la mort.

  • Note d'intention

L’objectif de ce projet a été d’improviser avec les comédiens, pendant les répétitions autour des treize chapitres de L’Assommoir d’Emile Zola. Ce travail nourrit aussi bien la force épique que la force dramatique du roman. Chaque chapitre se concentre en général sur une situation singulière, le lieu et le temps forment une unité et l’utilisation dramatique du texte en découle presque naturellement. Ces chapitres sont liés par les différentes introductions dont Zola se sert pour informer le lecteur des événements passés. À travers une forme fermée, la mise en scène raconte une histoire qui, loin de s’arrêter au Paris historique, trouve toute sa pertinence de nos jours. Les thèmes centraux de L’Assommoir que ce soit la notion de valeur liée au travail et l’addiction telle que l’alcoolisme sont plus que jamais d’actualité.

Il n’existe aucune adaptation dramatique du roman, pourtant ce texte appelle pour moi à la théâtralisation. Elle s’opère par un focus sur le personnage de Gervaise et ses tribulations. Je veux rendre visible sur scène les décisions qu’elle prend - ou ne prend pas justement - tout au long de sa vie, pour donner une pertinence actuelle à la lutte qu’elle mène pour gagner sa place dans la société. Mon désir n’est pas de faire une adaptation psychologique, illusoire de l’intrigue, mais de rechercher des situations de jeu pour les six comédiens, qui leur permettent de raconter l’histoire sans interpréter constamment les personnages du roman. Je cherche plutôt à créer des personnages qui, par le biais de cette histoire, entrent en discussion, et par le biais de la discussion, entrent en jeu.

À côté des grands thèmes comme la vie et la mort, la réussite et l’échec, l’amour et le mépris, la richesse et la pauvreté, le roman traite également du thème de l’alcool et de ses conséquences sur les personnages de l’histoire. Je cherche à associer le thème de l’alcool avec la situation théâtrale de base, et à créer un espace (comme le bar d’où le roman tire son nom) : «  l’assommoir » dans lequel six personnes boivent ensemble et racontent une histoire qui a déjà eu lieu. Je veux aborder avec les comédiens les effets qu’exerce l’alcool sur les personnages ; mettre en avant son influence progressive sur la narration de l’histoire et créer ainsi un lien avec la déchéance alcoolique des personnages de Zola.

David Czesienki

  • La presse en parle

« L’histoire de Zola est rondement menée. Une histoire pathétique dite sans pathos mais avec une belle empathie tragicomique (ou tellement tragique qu’il vaut mieux en rire, en boire), cruelle et inéluctable, comme le destin de Gervaise : griserie, ivresse, ébriété, excitation, débauche, gueule de bois, addiction, delirium tremens, noir. » Serge Latap, Sud Ouest

Faire passer sur scène la prose de Zola relevait assurément de la gageure. Défi relevé par David Csezienski, qui installa les anciens élèves de l’éstba dans le bar L’Assommoir (…). Une atmosphère dionysiaque s’empare joyeusement de la brutalité du texte de Zola et place au cœur de son récit les thématiques de l’alcool, de l’amour et de la mort, mais surtout de l’importance de la solidarité en cette période de capitalisme florissant. » Éric Demey, La Terrasse

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : L'assommoir

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment