L'École des femmes

1
2
3
4
5

Quartiers d'Ivry au Théâtre Antoine Vitez , Ivry-sur-Seine

Du 07 janvier au 02 février 2014
Durée : 2 heures environ

CLASSIQUE

Agnès est séquestrée par Arnolphe, un homme riche qui l’a prise et élevée, afin de l’épouser vierge et innocente. Arnolphe redoute d’être ridiculisé par une épouse infidèle. Il le sera sans même se marier : débordé par le désir et l’amour d’Agnès pour Horace. Arnolphe va vivre un cauchemar. Car Horace lui raconte les tours joués au vieux jaloux qui enferme Agnès, sans soupçonner Arnolphe d’être ce jaloux…
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 02 février 2014

 

L'École des femmes

De

 Molière

Mise en scène

Catherine Anne

Avec

Morgane Arbez

,

Léna Bréban

,

Marie-Armelle Deguy

,

Océane Desroses

,

Caroline Espargilière

,

Evelyne Istria

,

Lucile Paysant

,

Stéphanie Rongeot

,

Mathilde Souchaud

  • Agnès hier et aujourd'hui, dyptique

En 1993, l’écriture d’Agnès avait été déclenchée par la lecture d’un témoignage d’une jeune femme victime d’inceste durant son enfance, suivie d’une représentation de L’École des femmes de Molière. J’avais été frappée par la proximité des situations et par la différence des éclairages. L’écriture de ma pièce dévoile cette friction avec la comédie de Molière, par le titre et prénom de celle qui est au centre de la pièce (Agnès). Un autre indice est le nom de Monsieur Delassouche, l’homme de la « bonne société » client du cabinet d’avocats où travaille Agnès adulte. Delassouche est accusé d’abus incestueux par sa fille, Agnès ne peut pas le défendre ; c’est son blocage professionnel qui provoque l’aveu amoureux de Pierre, lequel déclenche le récit d’Agnès sur son passé.

Agnès (1994), aborde franchement la question du viol incestueux et la nécessité pour Agnès de reconstruire sa vie par la parole pour se libérer de l’emprise. L’École des femmes (1662), éclaire tout autrement la question du désir incestueux et des souffrances qu’il peut générer. Écrites l’une «au nom de la fille », et l’autre « au nom du père », elles peuvent se répondre, ouvrir un chemin de compréhension et de réflexion. Dans ces deux textes, il est question d’amour, de désir, d’affection, de passion, de pouvoir et de face à face masculin/féminin.

Un enjeu essentiel est la parole d’Agnès. Parole empêchée, parole prise, parole reconquise. La parole, au coeur de la liberté. À la fin, il y a une résolution positive pour le personnage d’Agnès ; résolution amenée très différemment dans les deux pièces, ce qui souligne les différences fortes entre les deux sociétés et formes d’écriture dramatique.

Ce qui m’importe le plus en montant ces deux pièces est de poser la question du droit dans la relation homme/femme. Le droit que peut s’octroyer le masculin en voulant imposer au féminin - en particulier à la jeune fille vierge - son chemin de vie (chemin de croix parfois…). Et comment le féminin peut se libérer de la loi d’un masculin « tout puissant ».

L’École des femmes - réelle comédie avec des piques tragiques - et Agnès - pièce plus grave avec des piques comiques – proposent la même issue : la libération de celle qui était enfermée dans la loi d’un homme dont elle dépendait depuis l’enfance. Mettre en tension ces deux pièces permet de réfléchir à beaucoup de situations contemporaines ou historiques. Les deux pièces seront montées intégralement et sans entremêlement. Il s’agit de mettre en scène ces deux oeuvres, avec une troupe de comédiennes et dans une seule scénographie.

  • L'École des femmes

Agnès est séquestrée par Arnolphe, un homme riche qui l’a prise et élevée, afin de l’épouser vierge et innocente. Arnolphe redoute d’être ridiculisé par une épouse infidèle. Il le sera sans même se marier : débordé par le désir et l’amour d’Agnès pour Horace. Arnolphe va vivre un cauchemar. Car Horace lui raconte les tours joués au vieux jaloux qui enferme Agnès, sans soupçonner Arnolphe d’être ce jaloux…

  • Extrait

Arnolph : Je te pardonne tout, et te rends ma tendresse ; Considère par là l’amour que j’ai pour toi, et me voyant si bon, en revanche aime-moi.
Agnès : Du meilleur de mon coeur, je voudrais vous complaire, Que me coûterait-il, si je le pouvais faire ?
Arnolphe : Mon pauvre petit bec, tu le peux si tu veux. Ecoute seulement ce soupir amoureux, Vois ce regard mourant, contemple ma personne, Et quitte ce morveux, et l’amour qu’il te donne ; C’est quelque sort qu’il faut qu’il ait jeté sur toi, Et tu seras cent fois plus heureuse avec moi.

  • Une troupe féminine

Cette distribution est exclusivement féminine car mon projet est de creuser, avec l’interprétation de tous les rôles par des comédiennes, la question homme/femme, dans le rapport aux corps, au jeu du pouvoir et de la séduction.

Impliquer une troupe de neuf comédiennes dans l’interprétation de ces pièces portant sur des sujets douloureux (le viol, l’inceste, l’adultère, le « cocuage »), c’est aussi une façon de proposer un regard et une distance ; s’éloigner du naturalisme afin de donner une lumière forte sur les textes. Chacune des neuf comédiennes sera l’interprète des deux pièces. Les rôles masculins et féminins seront tous joués par des femmes, en respectant les sexes des personnages.

  • Scénographie

L’option de la mise en scène étant de jouer le diptyque dans le même espace, le dispositif scénique propose un traitement de l’enfermement permettant de contenir deux pièces se situant dans un contexte et une temporalité différente.

Le dispositif consiste en une architecture qui évoque une arche, un castelet, une place forte. Sa perspective expressionniste renforce le regard de l’enfant sur le monde et donne un caractère dominateur à l’édifice comme l’autorité d’un père sur sa progéniture. Le traitement s’attache à jouer d’opacité et de transparence, cherchant un aspect épidermique, une carnation marbrée organique. La sensation d’enfermement est accentuée par l’espace vide du plateau.

Ce castelet permet une variation de point de vue : que ce soit le surplomb du toit terrasse ou les surgissements par la porte à tambour, les apparitions derrière la guillotine, il s’agit d’une scénographie dynamique qui propose du mouvement, des entrées et des sorties, où le dedans et le dehors sont imbriqués. Tout est à vue et pourtant tout est caché : le poids du secret ?

  • Costumes

Pour les costumes, le travail de conception se fait sur plusieurs axes : la notion de diptyque et le masculin/féminin.
Tout d’abord il s’agit de traiter les deux pièces, en respectant l’époque et son costume, tout en faisant apparaître les liens qui existent entre elles.
Pour Agnès, le traitement du costume se ferait de manière naturaliste, en ayant à l’esprit que l’histoire racontée est le souvenir qu’Agnès adulte en a. Il s’agirait de faire sentir les années 70 à travers la coupe des vêtement, la matière ou encore la gamme colorée, sur lesquels on aurait passé un filtre, celui du souvenir. L’enjeu serait dans le traitement d’une époque, d’un milieu social, d’un cocon familial et des personnes qui y vivent. Quelle image cherchent-ils à donner de leur famille à l’extérieur, comment sont-ils dans leur intérieur ?

En ce qui concerne L’École des femmes, l’idée serait de suivre la silhouette 17ème de manière formelle, de s’amuser avec cette silhouette, tout en s’éloignant d’une reproduction classique, par exemple à travers l’utilisation d’un tissu plus moderne. L’utilisation d’un tissu à motif contemporain sur une silhouette purement 17ème permettrait de créer un décalage d’époque ainsi qu’un lien entre
les deux pièces.

Le traitement du masculin/féminin est aussi un axe important. Les comédiennes vont jouer des hommes et ainsi se travestir. Il s’agit de traiter ce travestissement et l’appliquer de manière concrète sans tomber dans les clichés de la représentation des sexes.
Le costume aiderait à révéler le masculin qui habite chaque femme, à moduler les apparences, en partant de chaque comédienne, et trouver l’homme qui sommeille en elle.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : L'École des femmes

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment