Jusqu'ici tout va bien

du 18 au 22 décembre 2018
2h15

Jusqu'ici tout va bien

C’est l’éternelle fête de Noël dans la maison parentale. La soirée doit être parfaite et l’amour familial visible voire surjoué. Problème : les rôles au sein d’une famille ne correspondent pas tout à fait à la personnalité des uns et des autres, les désaccords couvent et on se découvre étranger au contact de ses proches. Jusqu’ici tout va bien, seconde création du Grand Cerf Bleu, frise la crise diplomatique, côté salon puis côté cuisine, dans l’attente d’un dîner sans cesse retardé. Ça sent le sapin, la bûche et les rancœurs. C’est musical, drôle et cruel.
  • Noël dans l'arène

C’est le soir de Noël dans une maison de famille de classe moyenne : décorations rococos, vêtements à paillettes de rigueur et sapin illuminé. Les parents, la grand-mère maternelle et les trois enfants - l’aîné de retour après deux ans d’absence, le cadet qui n’arrive pas à gérer tout à fait l’indépendance et l’éternelle petite dernière (20 ans déjà) - se réunissent pour célébrer… célébrer quoi exactement ? Qu’est-ce donc que ce rituel inévitable où l’on se présente sous son meilleur profil pour chanter à l’unisson le sacrosaint amour familial et celui du prochain ?

Avec cette seconde création à trois mains, le collectif du Grand Cerf Bleu met (encore) les pieds dans le plat et déboulonne les conventions. À chercher à tout prix la perfection, à accepter d’endosser les rôles imposés par la cellule familiale, à balayer les conflits sous le tapis, on empile les préjugés jusqu’à frôler l’explosion. Jusqu’ici tout va bien évolue sur une corde sensible faite d’une succession de crises latentes et de ratés, dans l’attente d’un dîner toujours reporté et d’une « magie » à jamais disparue avec l’enfance. Dans un dispositif en diptyque, où l’on passe du salon à la cuisine, de l’espace de réception aux coulisses, Noël se confond avec les arènes théâtrale mais aussi sociale et politique.

  • La presse

« Le Collectif Le grand Cerf Bleu poursuit sa recherche d’une « théâtralité zéro » susceptible de dire les angoisses et le sentiment de vide de leur génération. S’affranchissant des classiques, ils y explorent la cellule familiale à travers la mise en scène d’une fête de Noël. Cadeaux et frissons garantis ! » Anaïs Heluin, La Terrasse

Sélection d’avis du public

Par Bernard T. - 21 décembre 2018 à 11h21

du theatre qui nous donne toutes les emotions que l'on recherche au theatre

Synthèse des avis du public

4,0 / 5

Pour 1 Notes

0%
100%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

4 1 5
Par Bernard T. (2 avis) - 21 décembre 2018 à 11h21

du theatre qui nous donne toutes les emotions que l'on recherche au theatre

Informations pratiques

Le Centquatre (104)

5 rue Curial 75019 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Librairie/boutique Restaurant Villette
  • Bus : Riquet à 77 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Le Centquatre (104)
5 rue Curial 75019 Paris
Spectacle terminé depuis le samedi 22 décembre 2018

Pourraient aussi vous intéresser

- 33%
Les Poupées persanes

Pépinière Théâtre

Oublie-moi

Théâtre Actuel La Bruyère

Un état de nos vies

Ferme du Buisson

- 25%
La Leçon

Théâtre de la Huchette

- 23%
Passeport

Théâtre de la Renaissance

Spectacle terminé depuis le samedi 22 décembre 2018