John

1
2
3
4
5

Théâtre des Quartiers d'Ivry , Ivry-sur-Seine

Du 08 au 19 avril 2019
Durée : 1 heure environ

CONTEMPORAIN

Ce texte, un des tout premiers écrits par Wajdi Mouawad en 1997, est mis en scène par Stanislas Nordey dans une esthétique volontairement minimaliste et frontale. Il nous invite à pénétrer dans la tête et dans le corps de John, un être bien vivant qui exprime sa solitude, son désespoir, sa colère.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 19 avril 2019

 

John

De

Wajdi Mouawad

Mise en scène

Stanislas Nordey

Avec

Damien Gabriac

,

Julie Moreau

,

Margot Segreto

  • Le mal de vivre d'un adolescent

Ce texte, un des tout premiers écrits par Wajdi Mouawad en 1997, est mis en scène par Stanislas Nordey dans une esthétique volontairement minimaliste et frontale. Il nous invite à pénétrer dans la tête et dans le corps de John, un être bien vivant qui exprime sa solitude, son désespoir, sa colère.

A l’origine de ce texte, il y a une commande dont le thème était l’intolérance. Wajdi Mouawad a choisi de « retourner » cette question pour défricher un terrain peu exploré  : l’intolérance envers soi-même. Qu’est-ce qui fait que tant de jeunes gens ne supportent plus « la vie »  ?

Pour moi, le suicide n’est pas le sujet de la pièce. Il est la conséquence d’un état général qu’on peut appeler le « mal-être », mais ce qui est surprenant chez John, c’est qu’il l’exprime avec une vitalité immense. Au point qu’on pourrait se demander  : est-ce qu’il a de vraies raisons de mettre fin à ses jours  ? Cette question nous renvoie à une autre tout aussi essentielle  : comment mesurer la douleur de quelqu’un  ? Comment mesurer l’impact de ce qu’on pourrait qualifier de petites phrases, de petits faits  ? Qu’est ce qui donne envie de dire « stop » à tout  ?

Damien Gabriac

  • La presse

« John est un spectacle d’une délicatesse extrême et d’une audace rare, dont le sujet rude – le suicide des adolescents – n’accepte ni inconséquence ni désinvolture. (...) Sur la scène, le conte noir d’une histoire de vie et de mort – tension en éveil et souffle retenu – grâce à l’art d’un acteur qui invente une partition tirée au cordeau, avant d’arrêter net le temps en marche qui aurait pu seul apporter sa consolation. » Véronique Hotte, Hotello, 19 mars 2019

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : John

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment