Iliade + Odyssée (intégrale)

La Scala Paris , Paris

Du 21 mai au 02 juin 2019
Durée : 4 heures (entracte 1 heure)

CLASSIQUE

,

Coups de coeur

,

Mythologie

C’est en langage du théâtre que l’ambitieuse Pauline Bayle réécrit l'œuvre d'Homère : un langage constitué de mots mais aussi de sensations et d'images. On apprécie donc une forme innovante, hybride et ludique dans un théâtre surprenant et généreux. À voir en intégrale ou indépendemment.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,50 €,23,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Iliade + Odyssée (intégrale)

De

 Homère

Mise en scène

Pauline Bayle

Avec

Najda Bourgeois

,

Manon Chircen

,

Soufian Khalil

,

Viktoria Kozlova

,

Mathilde Méry

,

Loïc Renard

  • Iliade

D’un côté les Grecs, de l’autre les Troyens. 24 chants et 15 337 vers pour raconter six jours et six nuits d’une guerre qui dure depuis neuf ans et ne se terminera qu’un an plus tard. Des destins multiples qui s’entremêlent dans un mouvement allant de la colère teintée de fer à la compassion trempée de larmes.

Pour voir le spectacle seul, cliquez ici.

  • Odyssée

Après dix années de guerre à forger sa valeur dans le fer et la douleur, Ulysse veut rentrer chez lui. En quittant les rives de Troie, il espère, et comment ne pas le comprendre, que le retour sera aussi prompt que la guerre a été longue. Mais aujourd’hui il s’interroge : voilà neuf ans qu’il erre en vain sur la mer et que sa terre natale se dérobe sans cesse sous les plis des eaux tortueuses. Alors Ulysse s’inquiète : et s’il avait traversé une guerre dont on ne revient pas ? Et si, malgré sa valeur, il n’avait pas de quoi payer le prix du retour ?

Pour voir le spectacle seul, cliquez ici.

  • La presse

« L'Iliade et l’Odyssée revisitées avec une audace radicale. Un passionnant diptyque servi par une jeune troupe inventive. » Patrick Sourd, Lesinrocks.com, 20 mars 2019

« Pauline Bayle se révèle aussi virtuose dans la mise en scène de poèmes antiques que dans l'adaptation de fables modernes. Son éblouissant diptyque homérique L'Iliade et l’Odyssée lui a valu le prix de la révélation du Syndicat de la critique. » Philippe Chevilley, Les Echos, 22 mars 2019

« Avec un dispositif scénique minimal et astucieux, Pauline Bayle met en scène ces deux grands poèmes épiques, faisant le récit drôle et tragique de ces femmes et ces hommes tentant d’échapper à leurs souffrances. » La Nouvelle République, 25 avril 2019

  • Note d'intention

Ulysse veut rentrer chez lui.

Après dix années de guerre à forger sa valeur dans le fer et la douleur, Ulysse veut rentrer chez lui. En quittant les rives de Troie, il espère, et comment ne pas le comprendre, que le retour sera aussi prompt que la guerre a été longue.

Mais aujourd’hui il s’interroge : voilà neuf ans qu’il erre en vain sur la mer et que sa terre natale se dérobe sans cesse sous les plis des eaux tortueuses. Alors Ulysse s’inquiète : et s’il avait traversé une guerre dont on ne revient pas ? Et si, malgré sa valeur, il n’avait pas de quoi payer le prix du retour ?

De ces questions, Homère tire L’Odyssée, une épopée unique et paradoxale puisqu’elle ne raconte pas l’histoire d’un héros qui se bat mais au contraire celle d’un héros qui tente de revenir du combat. Ainsi, tandis que L’Iliade racontait comment faire la guerre, L’Odyssée raconte comment s’en remettre. Bien qu’écrites par le même poète, les deux oeuvres n’ont rien à voir : tandis que L’Iliade met en scène les différents aspects de la force à travers la figure d’Achille, cette « machine de guerre, avec ses mains de feu et son courage de fer », L’Odyssée déploie les mille-et-un visages de la ruse à travers Ulysse, un héros qui ne brillera jamais tant par sa gloire que par sa capacité à s’en sortir.

Détachée du contexte exceptionnel de la guerre, L’Odyssée donne ainsi à voir un homme en temps de paix qui évolue dans son environnement naturel, questionnant la place de l’homme mortel sur Terre. En cela, les aventures d’Ulysse n’ont rien d’un périple hasardeux qui le bringuebalerait aux quatre coins du monde. Au milieu du foisonnement de ses péripéties se tisse en effet le portrait d’un homme fait de creux et de contradictions qui, soumis aux vents contraires du destin, est prêt à tout pour sauver sa vie et retrouver les siens. Et toujours cette interrogation lancinante qui le guette : et si les épreuves et l’absence avaient creusé entre lui et le monde un fossé trop profond pour être comblé ?

Poursuivre un processus commencé avec L’Iliade en novembre 2015 en s’attelant cette fois-ci à l’adaptation de L’Odyssée me semble évident. Cette deuxième étape de travail permet à la fois d’approfondir la proposition d’Iliade et à la fois de l’amener sur des territoires de création encore vierges, propres à cette deuxième épopée. In fine, Odyssée est le moyen de représenter ces deux oeuvres fondamentales dans la continuité l’une de l’autre sous la forme d’un diptyque.

Je souhaite rendre compte, grâce aux différents langages et conventions qu’il existe dans le théâtre, de la multiplicité de tons et de registres que renferment L’Iliade et L’Odyssée. Dans le texte original s’entremêlent récits prosaïques et sanglants de combat, dialogues déchirants et tragiques entres humains et des scènes plus vaudevillesques entre les dieux. Dès le début de l’écriture, j’ai voulu restituer ce très grand éclectisme dans le texte, tantôt dit dans sa version originale, tantôt dans une version contemporaine, et jouer avec les conventions théâtrales pour le mettre en valeur.

Le théâtre peut, selon moi, jouer un rôle dans le questionnement de constructions culturelles telles que la notion de virilité ou de féminité. Dans le fond, que veut dire être virile ? Est-ce que cela veut dire être fort, courageux ? La féminité, implique-t-elle d’être douce et adorable ? Je pense que c’est la culture qui a assigné aux genres leurs rôles dans la société et je refuse fermement le fondement biologique de ces caractéristiques. Il me semble que le théâtre permet de mettre en pratique cette conviction.

Rien n’est théorique au théâtre, tout est concret, sensible. En faisant jouer un rôle d’homme par une femme, on peut concrètement voir qu’une femme peut avoir en elle de la rage, de la colère et qu’elle a les épaules pour mener une armée. À l’inverse, on est témoin de la douceur et de la compassion dont peut témoigner un homme à l’égard de quelqu’un d’autre. Finalement, j’attends du théâtre qu’il vient questionner et faire évoluer des conceptions toutes faites afin de se familiariser avec une nouvelle vision du monde, neuve et surprenante. Par ailleurs, nous avons travaillé autour de l’imagerie qui présente les héros comme des grands garçons très beaux, très grands et très musclés.

Pauline Bayle, avril 2016

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Iliade + Odyssée (intégrale)

2 Notes

2 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(2)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Patrick H. (2 avis) 23 mai 2019

A voir absolument Troupe jeune excellente et mise en scène très originale et bien adaptée au sujet
0
0
1
2
3
4
5
Par

Françoise P. (1 avis) 22 mai 2019

Iliade + Odyssée (intégrale) L'Iliade est très vivante, l'Odyssée plus statique. Bravo pour chacun.
0
0

Spectacles consultés récemment