Il Barbiere di Siviglia (Le barbier de Séville)

Opéra Bastille , Paris

Du 02 février au 04 mars 2016
Durée : 3 heures avec un entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

En langue étrangère

,

Opéra

Il Barbiere di Siviglia n’a plus quitté l’affiche depuis sa création mouvementée, le 16 février 1816. Le spectacle tourbillonnant de Damiano Michieletto épouse ce mouvement perpétuel et emporte dans son sillon le couple en or formé par Lawrence Brownlee et Pretty Yende.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 04 mars 2016

 

Photos & vidéos

Il Barbiere di Siviglia (Le barbier de Séville)

De

Gioacchino Rossini

,

Cesare Sterbini

Mise en scène

Damiano Michieletto

Direction musicale

Giacomo Sagripanti

Avec

Ildar Abdrazakov

,

Nicola Alaimo

,

Alessio Arduini

,

Lawrence Brownlee

,

Anaïs Constans

,

Pietro di Bianco

,

Laurent Laberdesque

,

Pretty Yende

En langue italienne. Surtitrage en français et en anglais.

  • Opera Buffa en deux actes (1816)

« Le Barbier est un des chefs-d’oeuvre du siècle. » Sous la plume de Berlioz, qui dans sa jeunesse fustigeait non seulement Rossini, mais surtout le « fanatisme qu’il excitait dans le monde fashionable de Paris », ce compliment « répété à satiété » – c’est lui-même qui l’écrit – n’en est que plus grand. « Étincelant », et de surcroît « si finement instrumenté » que les « dilettanti de Rome », mis en fureur par la « moindre innovation imprévue dans le style mélodique, dans l’harmonie, le rythme ou l’instrumentation voulurent assommer le jeune maestro », Il Barbiere di Siviglia n’a plus quitté l’affiche depuis sa création mouvementée, le 16 février 1816. C’est que, transcendant l’esprit de la comédie de Beaumarchais comme le genre buffa, le compositeur y réalise la rencontre entre l’absurde et un certain réalisme satirique, grâce à une musique dont le rythme et la virtuosité inscrivent les effets comiques dans une dramaturgie continue. Les personnages, et Rosina en premier lieu, y gagnent une vérité inédite, rompant avec les archétypes alors de mise.

Le spectacle tourbillonnant de Damiano Michieletto épouse ce mouvement perpétuel et emporte dans son sillon le couple en or formé par Lawrence Brownlee et Pretty Yende.

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris
Musique : Gioacchino Rossini (1792-1868)
Livret : Cesare Sterbini d'après Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
Décors : Paolo Fantin
Costumes : Silvia Aymonino
Lumières : Fabio Barettin
Chef des Choeurs : José Luis Basso

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Il Barbiere di Siviglia (Le barbier de Séville)

1 Note

1 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(1)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Muryel L. (1 avis) 26 février 2016

Barbieri Époustouflant ! A couper le souffle...
0
0

Spectacles consultés récemment