Huis clos

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre de l'Epée de Bois , Paris

Du 29 janvier au 09 février 2020
Durée : 1h20

CONTEMPORAIN

Jean-Louis Benoit met en scène Marianne Basler et Maxime d'Aboville dans l'Enfer de Sartre.

Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 09 février 2020

 

Photos & vidéos

Huis clos

De

Jean-Paul Sartre

Mise en scène

Jean-Louis Benoit

Avec

Marianne Basler

,

 Brock

,

Mathilde Charbonneaux

,

Antony Cochin

,

Maxime d'Aboville

,

Guillaume Marquet

  • Huis Clos en Enfer

Sartre situe l’action de Huis Clos en Enfer.

Un garçon d’étage introduit sur la scène : un journaliste-publiciste nommé Garcin, don Juan cynique, une ancienne employée des Postes, Inès, homosexuelle et une jeune mondaine, Estelle.

Questionnant leur présence dans ce lieu, ces trois morts qui sont trois salauds vont devoir s’interroger sur leur damnation et sur leurs actes dissimulés sous les masques du mensonge et de la lâcheté.

Le supplice de ce trio où toute alliance s’avère vite impossible est que chacun devient inéluctablement le bourreau de l’autre. Et cela éternellement.

Distribution masculine en alternance.

  • La presse

« Corps à corps endiablé » Les Échos

« Interprétation lumineuse ! » Toute la Culture

« État de grâce » De cour à jardin

« Une version marquante de la pièce de Sartre » Théâtral Magazine

  • À propos

Mettre aujourd’hui en scène Huis Clos de Jean-Paul Sartre, c’est simplement rappeler à l’homme comment il peut atteindre à la liberté. La tâche n’est pas de tout repos, car cela nécessite une analyse clairvoyante et impitoyable de la situation dans laquelle il se trouve. « Éplucher » sa vie passée vécue dans la mauvaise foi comme vont devoir le faire les trois personnages de Huis Clos, va devenir un enfer, chacun devant supporter le poids des autres. Mais ce n’est que lucide et conscient de ce qu’il est seul responsable de ses actes, que ses choix sont un choix absolu de lui-même, que le déterminisme est un leurre, que l’homme sera un homme libre, mais une liberté indissociable de la situation, donc une liberté toujours engagée.

Si cette pièce écrite en 1943 est encore représentée et étudiée aujourd’hui, c’est parce qu’elle parle avec force de nous, face à nous-mêmes et au monde.

Jean-Louis Benoit

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Huis clos

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment