Eyolf - Quelque chose en moi me ronge

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium , Paris

Du 12 février au 03 mars 2013
Durée : 2 heures

CLASSIQUE

Tout juste rentré de voyage, Alfred annonce à sa femme qu’il renonce à écrire l’œuvre de sa vie, pour se consacrer entièrement à son fils. Mais Rita n’entend pas partager son mari avec qui que ce soit, fût-ce avec son propre enfant... Ibsen sonde l’abîme de la vie et interroge la possibilité d’un autre bonheur, au-delà de toute norme sociale ou morale... Avec Hélène Soulié, un théâtre profond, humain, intensément urgent et contemporain se joue. A conseiller à partir de 16 ans.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 03 mars 2013

 

Photos & vidéos

Eyolf - Quelque chose en moi me ronge

De

Henrik Ibsen

Mise en scène

Hélène Soulié

Avec

Elsa Agnès

,

Elodie Buisson

,

Claire Engel

,

Dominique Frot

,

Diego Guerra

,

Régis Lux

,

Emmanuel Matte

,

Arthur Rouesnel

Age conseillé : 16 ans.

  • Faire face à la responsabilité humaine

De retour de voyage, Alfred annonce à son épouse qu’il renonce à écrire son grand œuvre sur la responsabilité humaine, pour se consacrer désormais à l’éducation de leur jeune fils, Eyolf, qu’il réalise avoir jusque-là négligé. Cette « transformation » trouble Rita, qui sent depuis quelque temps son mari lui échapper : décidément, leur enfant devient un obstacle entre eux… Entre alors la « Demoiselle aux rats », qui offre ses services à la maisonnée : cette vieille étrange aurait le pouvoir d’attirer « tout ce qui ronge » jusque dans le fjord pour l’y noyer...

C’est ainsi que tout commence, et que l’irruption du conte fantastique fait basculer le quotidien de ce couple ordinaire dans la tragédie. Soudain au bord de l’abîme, les personnages d’Ibsen vacillent et n’ont d’autre choix que de réinventer à zéro la possibilité d’un bonheur, par-delà toute norme sociale. C’est ce qui a fasciné Hélène Soulié, en quête d’un théâtre où le pur présent retrouve son pouvoir de surgissement, la parole nue sa capacité de dévoilement. Un théâtre profond, profondément humain. Qui suspend le temps effréné de nos vies pour en retrouver l’intense urgence.

Les enfants jouent en alternance.
Traduction en français de Terdje Sinding, adaptation Hélène Soulié et Renaud Dilignet - éditions Le spectateur Français).

  • Extrait

EYOLF. Si, papa, — ce que tu écris, ça vaut quelque chose.
ALLMERS. Oui, oui, puisque tu le dis —. Mais crois-moi, — plus tard viendra quelqu'un qui fera mieux.
EYOLF. Qui ? Oh, dis-le-moi !
ALLMERS. Un peu de patience. Il s’annoncera.
EYOLF. Et qu'est-ce que tu feras, alors ?
ALLMERS. Je partirai de nouveau pour la montagne — vers les hauts plateaux et les vastes espaces.
EYOLF. Papa, tu ne crois pas que je serai bientôt assez fort pour t’accompagner ?
ALLMERS. Si, mon garçon ; peut-être.
EYOLF. Car ce serait amusant si je pouvais escalader les montagnes, moi aussi.
ALLMERS . —
EYOLF. Et puis tu sais, papa, — Borgheim m’a acheté un arc. Et il m'a appris à tirer, aussi.
ALLMERS. Oui, ça, c'est une chose pour toi, Eyolf.
EYOLF. Et quand il reviendra, je lui demanderai de m’apprendre à nager.
ALLMERS. À nager ! Mais pourquoi veux-tu apprendre à nager ?
EYOLF. Parce que tous les garçons sur la plage, ils savent nager. Il n'y a que moi qui ne sais pas.
ALLMERS. Tu pourras apprendre tout ce que tu voudras. Tout ce qui te fera plaisir.
EYOLF. Alors, tu sais ce qui me fera le plus plaisir ?
ALLMERS. Eh bien ? Dis-le-moi.
EYOLF. J’aimerais bien apprendre à être soldat.
ALLMERS. Oh, Eyolf, il y a tant de choses qui sont plus intéressantes que ça.
EYOLF. Mais quand je serai grand, je serai soldat. Tu le sais bien.
ALLMERS . Oui, oui, oui ; nous verrons —

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Eyolf - Quelque chose en moi me ronge

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment