Edmond

Théâtre du Palais Royal , Paris

Du 15 septembre 2016 au 31 décembre 2017
Durée : 2 heures environ

CONTEMPORAIN

,

A ne pas manquer

,

Biopic

,

Coups de coeur

,

Molières 2017

,

Pièce historique

,

Sélection Spectacle à partager

Triomphe, nombreux Molières pour la pièce d'Alexis Michalik, racontant la première mythique de Cyrano de Bergerac. Précipitez-vous !
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 19 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Edmond

De

Alexis Michalik

Mise en scène

Alexis Michalik

Avec

Valérie Baurens

,

Pierre Bénézit

,

Christine Bonnard

,

Jacques Bourgaux

,

Stéphanie Caillol

,

Christophe Canard

,

Benoit Cauden

,

Pierre Forest

,

Fabienne Galula

,

Kevin Garnichat

,

Nicolas Lumbreras

,

Eric Mariotto

,

Jean-Michel Martial

,

Adrien Melin

,

Anna Mihalcea

,

Christian Mulot

,

Clément Naslin

,

Fannie Outeiro

,

Eric Pucheu

,

Augustin Ruhabura

,

Guillaume Sentou

,

Régis Vallée

,

Valérie Vogt

,

Raphaële Volkoff

,

Benjamin Wangermée

Molières 2017 : Meilleur spectacle du théâtre privé / Meilleur auteur francophone vivant / Meilleur metteur en scène d'un spectacle de théâtre privé / Révélation masculine : Guillaume Sentou / Meilleur comédien dans un seconde rôle : Pierre Forest.

Tout public à partir de 10 ans.

  • Un théâtre de troupe

Après Le Porteur d’Histoire et Le Cercle des Illusionnistes, l’auteur-metteur en scène aux trois Molières revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac.

Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, sera « un vrai théâtre de troupe » rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle.

Le texte est publié aux Editions Albin Michel.

Distribution en alternance.

  • La genèse

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de coeur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

  • Edmond ou la revanche du théâtre

J'ai, depuis plusieurs années, un rêve un peu fou : raconter au cinéma la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac, en décembre 1897, à Paris. J'avais consigné par écrit une ébauche de récit, qui gonflait d'années en années.

En février 2013, je raconte mon rêve à Alain Goldman - producteur, entre autres, de La Môme ou 1492, Christophe Colomb. Je lui raconte que cette année 1897 est une jonction. C'est à la fois l'âge d'or du théâtre parisien et son chant du cygne, car c'est à la même époque qu'apparaît le cinéma. Au siècle suivant, les superproductions hollywoodiennes supplanteront inéluctablement les spectacles titanesque de la fin du XIXe siècle. Pensez-donc, pour Cyrano, il n'y avait pas moins de 100 personnes sur scène ! Impensable aujourd'hui.

Voilà ce que je veux raconter : le triomphe de cette pièce, le plus grand triomphe théâtral français, le dernier, aussi, en quelque sorte. Un triomphe que personne ne voyait venir. Je développe pendant deux ans le scénario de cette grande fresque historique et parisienne. Mon Edmond devient un personnage, il rencontre Coquelin, Volny, Sarah Bernhardt et bien d'autres… et soudain, tout devient clair : Edmond doit d'abord être créé là où Cyrano a été créé, il y a près de 120 ans : dans une salle de théâtre.

J'en parle à Sebastien Azzopardi, autre fouleur de scène et chef de troupe. Il m'ouvre les portes du théâtre du Palais-Royal de Francis Nani. Je leur annonce 12 acteurs, ils ne cillent pas. Benjamin Bellecour, producteur du Porteur et du Cercle, est de la partie, lui aussi.

Un vrai théâtre de troupe, à l'ancienne. Une entreprise périlleuse, une folie financière. Mais à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

On a beaucoup parlé de Cyrano. Cette fois-ci, le héros, c'est Rostand. Ou, pour les intimes, Edmond.

Avis du public : Edmond

205 Avis

208 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(176)

Très bon


(22)

Bon


(2)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(5)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Bernard N. 21 août 2017

    Edmond Spectacle alerte, haletant, inspiré et tonique! Une troupe qui prend plaisir à jouer un texte aérien. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Luc B. 19 août 2017

    Brillant ! »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Jean O. 19 août 2017

    époustouflant de rythme et de brio »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Serge B. 18 août 2017

    un magnifique hommage au théâtre Tout est réuni pour un intense moment de théâtre. Alexis Mechalik saisit sur le vif l'instant précis de la création dramatique avec ses tâtonnements, ses trouvailles accidentelles, ses repentirs. Le texte est beau, la mise en scène alerte, les acteurs excellents. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Denis M. 17 août 2017

    Une très belle soirée théâtrale à la gloire de Rostand, des acteurs et des actrices autant que cellles et ceux qui oeuvrent en coulisse . Une salle magnifique dans laquelle il est important de bien choisir ses places apprécier l'ensemble de la scène . »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Brigitte B. 13 août 2017

    très bonne soirée! dans ce très vieux théâtre… autour d'une pièce qui n'a pas d'âge »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Jean-marie C. 12 août 2017

    Quel plaisir 120 ans après la création de Cyrano on comprend pourquoi nous aimons autant voir, écouter, lire, la pièce de Rostand qui dans n'importe lieu du monde ne quitte pas le plaisir du théatre. Sacredios dios Alexis Michalik a donné le moyen de l'aimer encore longtemps. Sabre de bois. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Daphné G. 10 août 2017

    Le meilleur moyen de découvrir encore et encore la magie du théâtre... »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Marie B. 06 août 2017

    Un bon moment de théâtre. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Hervé B. 02 août 2017

    Bravo Un spectacle d'une très grande qualité. Un vrai bonheur. on en redemande!!! »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • + d'avis

    Spectacles consultés récemment