Durée d'exposition

1
2
3
4
5

Théâtre de la Commune , Aubervilliers

Du 10 au 13 novembre 2021
Durée : 1h20

CONTEMPORAIN

,

Festival d'Automne à Paris

Animal Architecte s’inspire de la photographie argentique, de son vocabulaire, du type de présence au monde qu’elle suppose. La pièce élabore un jeu à la fois enfantin et méthodique, mais surtout attentif aux moments que la séance théâtrale offre en partage. Suivant pas à pas le déroulé d’un manuel de photographie – régler, cadrer, déclencher, révéler … –, les deux acteurs tentent de traduire chaque étape technique en geste théâtral ou performatif.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 11 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide pour les personnes de plus de 18 ans (inclus). À partir du 30 septembre 2021 le pass sera exigé pour les adolescents de 12 à 17 ans. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

Photos & vidéos

Durée d'exposition

Mise en scène

Camille Dagen

,

Emma Depoid

Avec

Thomas Mardell

,

Hélène Morelli

Au départ un trou, un manque. L’impression d’être absent au réel, étranger aux autres, comme séparé du monde. Où est passée « la vraie vie » ? Faut-il renoncer à l’idée d’un temps pleinement vécu ? Durée d’exposition nous invite au processus inverse : tenter de se rallier ou re-lier au temps présent, aux possibilités et accidents qu’il contient – le désir d’une existence véritable suivra peut-être.

Animal Architecte s’inspire de la photographie argentique, de son vocabulaire, du type de présence au monde qu’elle suppose. La pièce élabore un jeu à la fois enfantin et méthodique, mais surtout attentif aux moments que la séance théâtrale offre en partage. Suivant pas à pas le déroulé d’un manuel de photographie – régler, cadrer, déclencher, révéler … –, les deux acteurs tentent de traduire chaque étape technique en geste théâtral ou performatif. Onze séquences se déposent ainsi en nous comme autant d’expériences, nettes ou fugaces, comme les cristaux d’un souvenir en train de se constituer. Peu à peu se dessine un parcours, peut-être une éclaircie. De Bérénice à Baisers volés, du dispositif sonore à la description du lieu, l’expérience – de l’amoureux et/ou du spectateur –aura, au sortir de la représentation, convoqué le spectre de la séparation pour mieux le conjurer.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Durée d'exposition

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment