Don Giovanni

1
2
3
4
5

Opéra Bastille , Paris

Du 12 septembre au 18 octobre 2015
Durée : 3h40 avec un entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Opéra

,

En langue étrangère

S'appropriant le temps musical jusqu’à disséquer le moindre récitatif au scalpel, le cinéaste Michael Haneke projette la rage de vivre du dissoluto dans l'ici et maintenant d'un huis clos implacable, circonscrit au dernier étage d’une tour de La Défense. L'Opéra de Paris reprend cette production pour la dernière fois. Avec Karine Deshayes. En langue italienne.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 18 octobre 2015

 

Photos & vidéos

Don Giovanni

De

Wolfgang Amadeus Mozart

Mise en scène

Michael Haneke

Direction musicale

Patrick Lange

,

Marius Stieghorst

Avec

Alessio Arduini

,

Gaëlle Arquez

,

Maria Bengtsson

,

Karine Deshayes

,

Matthew Polenzani

,

Fernando Rado

,

Artur Rucinski

,

Nadine Sierra

,

Alexander Tsymbalyuk

En langue italienne. Surtitrage en français et en anglais.

« Laisser les femmes ? Insensé ! Laisser les femmes ! Sais-tu que pour moi elles sont plus nécessaires que le pain que je mange, que l’air que je respire ! » - Don Giovanni, Acte II, scène 1

Le mythe comme une page blanche, à réécrire sans cesse ; c’est un palimpseste. Celui de Don Giovanni superpose le personnage, né en 1630 sous la plume de Tirso de Molina, dans El burlador de Sevilla, le dramma giocoso de Mozart et Da Ponte, créé à Prague en 1787, et la vie du compositeur, elle aussi auréolée du statut de légende. L’acharnement herméneutique auquel tous trois sont soumis depuis plus de deux siècles n’a cependant pas eu raison d’un élan vital irrépressible, ni épuisé les énigmes posées par l’opéra des opéras.

Dans sa première mise en scène lyrique, créée au Palais Garnier le jour même du deux cent cinquantième anniversaire de la naissance de Mozart – date symbolique, qui lui donnait valeur de manifeste –, Michael Haneke faisait table rase des fantasmes romantiques propagés par la nouvelle d’E.T.A. Hoffmann, pour mettre à nu des êtres dévorés, qui par le désir, qui par le calcul. S’appropriant le temps musical jusqu’à disséquer le moindre récitatif au scalpel, le cinéaste projetait la rage de vivre du dissoluto dans l’ici et maintenant d’un huis clos implacable, circonscrit au dernier étage d’une tour de La Défense.

Dans un monde où Dieu est mort, où les statues ne parlent plus, le châtiment ne pouvait plus s’abattre par la main glacée du Commandeur, mais arborait le masque de la vengeance des membres de l’équipe de nettoyage, victimes devenues bourreaux. L’Opéra de Paris reprend cette production pour la dernière fois.

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris
Décors  : Christoph Kanter
Costumes : Annette Beaufaÿs
Lumières : André Diot
Chef des Choeurs : José Luis Basso
Direction musicale : Patrick Lange ou Marius Stieghorst (6, 11, 16, 18 oct.)
Distribution en alternance : Zerlina tenu par Nadine Sierra du 12 au 26 septembre, Gaëlle Arquez du 29 septembre au 18 octobre

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Don Giovanni

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment