Désobéir - Le monde était dans cet ordre-là quand nous l’avons trouvé

1
2
3
4
5

Colombier , Bagnolet

Du 08 au 21 janvier 2018
Durée : 1h10

CONTEMPORAIN

,

Documentaire

,

Pièce d'actualité

Entre les impensés de l’histoire, les impayés des aïeux, les luttes des années 70, trois acteurs mis en scène par Anne Monfort tentent d’organiser un peu de pensée, croisant matériaux documentaires et le récit autofictionnel de Mathieu Riboulet Entre les deux il n’y a rien.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 21 janvier 2018

 

Photos & vidéos

Désobéir - Le monde était dans cet ordre-là quand nous l’avons trouvé

De

Mathieu Riboulet

Mise en scène

Anne Monfort

Avec

Katell Daunis

,

Pearl Manifold

,

Jean-Baptiste Verquin

  • On rêve à s’aimer, à inventer autre chose, à construire

2015. Comme de nombreuses personnes, je signe la pétition de soutien à Rob Lawrie, qui a tenté de sauver une petite fille de la jungle de Calais. On parle de délit de solidarité, les cas se multiplient, finalement Lawrie est condamné pour non-respect du code de la route. Comme beaucoup de mes concitoyens, je m’interroge, intimement, sur notre vivre-ensemble, sur les lois mal faites, qu’on n’a pas envie de respecter.

Que s’est-il passé, à quel moment n’a-t-on pas bien regardé, quand l’Europe a-t-elle échoué à se construire, s’est-elle avérée incapable de respecter les droits humains qu’elle avait formulés ?

En relisant Henry David Thoreau, le premier théoricien de la désobéissance civile, en compulsant les textes philosophiques ou journalistiques mettant en jeu cette question, je pense, au départ très intuitivement, aux films de Jacques Rivette et à Entre les deux il n’y a rien de Mathieu Riboulet. Et je me dis que oui, « ça commence toujours avant », que le texte Entre les deux il n’y a rien évoque les années 70 mais parle surtout tellement d’aujourd’hui, de ces époques bloquées où le monde vacille, se déplace sur son axe pour aller un peu plus vers la droite et où l’on meurt d’envie d’en découdre, et que le projet, littéraire, de Riboulet recoupe mon projet, lui, d’écriture de plateau. Au sens où, plus que jamais, il me semble nécessaire de parler du monde, de ses urgences, du politique, et de trouver une forme poétique et picturale pour en parler, de confronter la violence du réel d’aujourd’hui à une tentative physique et charnelle d’« organiser un peu de pensée ».

Ainsi s’entrelacent au plateau l’adaptation stricte du récit autofictionnel de Mathieu Riboulet, porté par trois voix ; la reconstitution documentaire du procès de Rob Lawrie ; des situations d’improvisation autour de la désobéissance et de la communauté puisées dans les films de Rivette qui traitent souvent d’une communauté secrète, les films où les philosophes Sandra Laugier et Stanley Cavell voient le lien entre (dés)obéissance civile et comédies du remariage, des situations de jeu où l’on fait ou non confiance à l’autre…

Les trois acteurs/personnages prennent en charge tour à tour la reconstitution documentaire du procès, une prise de parole intime, personnelle, puis vont tenter, tel Henry David Thoreau, de se retirer d'un monde qui ne leur convient plus. Que pourrait être cette communauté de désobéissants où l’on établit des principes, les enfreint, où les réseaux d’alliance changent ? On s’interroge sur ce « nous » qu’on voudrait créer hors de l’état pour inventer peut être paradoxalement ensemble un état plus juste. A intervalles réguliers, revient un motif « on joue ? », donnant lieu à différents types de jeu, sur les dates, les prénoms, sur des jeux dont on a oublié les règles.

On rêve à s’aimer, à inventer autre chose, à construire… « Que faire de tous ces morts, où vivre, comment s’aimer ? »

Par la Compagnie Day-for-night. Écriture de plateau d’après Entre les deux il n’y a rien (éditions Verdier) de Mathieu Riboulet.

  • La presse

« Entre paroles intimes, contrepoints poétiques et récits de notre époque, Katell Daunis, Pearl Manifold et Jean-Baptiste Verquin nous interrogent sur la notion d'insoumission. Et donnent vie au projet de théâtre auquel la metteure en scène Anne Monfort travaille depuis bientôt 18 ans. » La Terrasse

« Le résultat aurait pu être manichéen et larmoyant. C'est tout le contraire : intense, captivant, complexe, féroce, et parfois drôle. » Le Canard enchaîné

« Incarner ces écrits que l’auteur [Mathieu Riboulet] a laissé comme en open source à la metteuse en scène [Anne Monfort], intégrer l’actualité au fil des jours sur le plateau, redonner une chaire au procès de Rob Lawrie, c’est tout cela ensemble qui permet un théâtre de la question à juste distance avec le présent. » France Culture

« Après l’incandescent Morgane Poulette, Anne Monfort revient avec un autre texte brûlant et poétique. Désobéir fait le constat des tragédies humaines que connaît l’époque, et interroge, avec une parole poétique et des images fortes, la faillite de la collectivité européenne à produire une réponse à hauteur des enjeux. […] La pièce frappe juste, servie par trois acteurs bouillonnants de la rage de porter le texte. Une belle réussite. » Toutelaculture.com

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Désobéir - Le monde était dans cet ordre-là quand nous l’avons trouvé

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment