Citizen Jobs

Le Centquatre (104) , Paris

Du 03 au 15 mars 2015
Durée : 1h15

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

,

Biopic

,

Burlesque

Une pure merveille ! Jean-François Peyret a l’art de prendre le contrepoint du sujet qu’il aborde. Pour parler de Steve Jobs, il choisit « l’abstinence technologique » et réduit le théâtre à sa plus simple expression : un comédien seul sur scène. Facétieux et magistral, Jos Houben était le choix idéal pour se confronter au mythe du milliardaire charismatique.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 15 mars 2015

 

Photos & vidéos

Citizen Jobs

De

Jean-François Peyret

Avec

Jos Houben

Cherchez la pomme. Et observez-là comme un autre Rosebud, cette vraie fausse clef de Citizen Kane. Chez Jean-François Peyret, le J. de Jobs, Steve de son prénom, le défunt guide-gourou d’Apple, fait écho au K. de Charles Foster Kane. Si la créature de Welles incarnait l’Amérique de la presse, Jobs serait sa propre créature, un produit dérivé du numérique.

Dans la pomme de cristal adoptée par Jobs, Peyret a vu se décliner les mythes d’une sainte écriture américaine. Celle de l’accomplissement personnel. Passent le bricoleur dans son garage, le hippie cherchant la vérité en Inde, l’entrepreneur prophétique rebondissant malgré les échecs, le boss colérique, le designer raffiné dopé au Bauhaus, le milliardaire secret.

Celui qu’il nomme tantôt le « Che de la Silicon Valley » et tantôt le « James Dean » manie comme nul autre l’art du marketing. Il est une star du music-hall vidéo-planétaire. Un acteur dosant habilement le suspense des keynotes. De quoi susciter la curiosité d’un autre acteur, Jos Houben, maître de l’art du rire, qui accompagnait déjà Peyret dans cet autre tome de la légende américaine, le Walden de Citizen Thoreau – un texte de référence pour Jobs.

Entre Jos et Jobs, nul risque de confusion, pas l’ombre d’une incarnation projetée dans le flux d’un biopic théâtral, mais l’élaboration d’un geste juste pour une geste nourrie par l’art critique du comédien, la mise en route d’une machine-corps exceptionnelle, qui vient en quelque sorte, prendre l’homme à la pomme par le travers, à l’abordage.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Citizen Jobs

3 Notes

3 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(1)

Bon


(0)

Pas mal


(1)

Peut mieux faire


(1)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Frédéric N. (4 avis) 15 mars 2015

Le spectacle ne tombe pas dans le panneau de la contestation convenue, il nous embarque dans un récit mythologique qui prend le temps de se broder sous nos yeux, avec malice, inventivité et avec quelques instants de grâce...
0
0
1
2
3
4
5
Par

Martine L. (3 avis) 13 mars 2015

Marie Martine vendredi 13 mars C'était d'un ennui mortel ! Quel dommage que Jos Houben se soit aventuré dans cette expérience d'un vide abyssial !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Bernard D. (4 avis) 11 mars 2015

Un spectacle étrange et court. Jos Houben toujours excellent mais je ne suis pas certain d'en savoir davantage sur Steve Jobs...
0
0

Spectacles consultés récemment