Chapitres de la chute - Saga des Lehman Brothers

Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines , Montigny-le-Bretonneux

Du 17 au 18 janvier 2014
Durée : 3h40 avec entracte

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Splendeur et misère de la banque Lehman Brothers. Une épopée passionnante et sensible où les histoires de l'Amérique, du capitalisme et d'une famille d'immigrés allemands se mêlent en un panorama saisissant. À voir absolument !
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 18 janvier 2014

 

Chapitres de la chute - Saga des Lehman Brothers

De

Stefano Massini

Mise en scène

Arnaud Meunier

Avec

Jean-Charles Clichet

,

Philippe Durand

,

Martin Kipfer

,

Serge Maggiani

,

Stéphane Piveteau

,

René Turquois

Lehman Brothers : gestionnaires. Les autres vieux éclatent de rire : à quel prix ?
La presse
Note d'intention
Entretien avec Arnaud Meunier
La dramaturgie

  • Lehman Brothers : gestionnaires. Les autres vieux éclatent de rire : à quel prix ?

Trois juifs bavarois débarquent en 1844 outre-Atlantique, ils découvrent le rêve américain. Les frères Lehman, Henry, Emmanuel et Mayer, viennent en Alabama vendre du « schmatès », tissu en yiddish. Mais le projet fraternel se transforme en empire bancaire. En 2008, le groupe Lehman Brothers s’effondre, il entraîne dans sa chute les bourses mondiales, et devient l’emblème d’une crise sans précédent. La famille aura assisté à la naissance du chemin de fer, de Wall Street, des beautés de Manhattan et aux dérives du libéralisme effréné.

Success story, Chapitres de la chute traverse le temps, aborde les répétitions ironiques des désastres de l’Histoire, entre la Grande Dépression de 1929 et l’émergence des parieurs traders, bis repetita. La petite affaire des frères Lehman se développe en une extraordinaire saga familiale. L’épopée voyage dans les grandeurs et les décadences de deux siècles d’une civilisation en mouvements incessants, progrès et déchéance.

L’auteur italien Stefano Massini, né en 1975, couronné de succès et de prix, raconte une épopée américaine depuis l’intimité des Lehman. En trois volets, naissance, prospérité et anéantissement, Chapitres de la chute s’impose comme l’autopsie épique d’une catastrophe capitaliste. Ces trois chapitres composent un formidable polar, et mettent l’humain et ses failles au centre d’un système qui paraît aujourd’hui déshumanisé. Arnaud Meunier, directeur du Centre dramatique national de Saint-Étienne, dénouait au Rond-Point Le Problème de François Bégaudeau en 2011. Ici, par ce conte démesuré, il décortique avec son équipe les systèmes effroyables d’un monde qui court à sa perte.

  • La presse

« Le texte de Stefano Massini est drôle, vif, poétique, précis, profond. Son regard posé sur la crise est précieux. Et pour ne rien gâcher, les comédiens sont géniaux. Bref, si vous avez l’occasion, foncez. » Renée Greusard, Rue 89, 13 novembre 2013

« Arnaud Meunier trouve un rythme haletant. Serge Maggiani, en figure patriarcale, est magnifique et les six comédiens nous emmènent tambour battant dans cette dynamique explosive. » Sylviane Bernard-Gresh, Télérama sortir, 30 octobre 2013

« La finesse de l’écriture de Massini, la tension de la mise en scène d’Arnaud Meunier, la qualité de la distribution font de ce feuilleton un spectacle passionnant.» Étienne Sorin, Le Figaro, 4 mai 2016

« C’est une fresque que compose Stefano Massini, dont la réussite tient à un art du détail exceptionnel. Et aussi à l’univers imaginaire et mythique dans lequel baignent les personnages. Mais c’est surtout le remarquable travail effectué par les acteurs qui porte cette Saga des Lehman Brothers. Six acteurs-conteurs, tous des hommes. Dans ce théâtre sans esbroufe, ce sont les mots, la parole, qui font image. » Fabienne Darge, Le Monde, 4 mai 2016

  • Note d'intention

Partant des trois frères juifs bavarois débarquant dans l’Alabama pour vendre du schmatès jusqu’à la création d’un empire, la banque d’investissement multinationale « Lehman Brothers », quatrième banque des Etats-Unis au moment de sa faillite en 2008, la pièce est un feuilleton en trois parties.

Elle va se développer sur plusieurs générations à la manière des Budenbrook de Thomas Mann pour mettre en scène près de deux siècles de capitalisme américain.

C’est un conte moderne écrit par un obsessionnel du détail. Comme dans un bon polar, il manie l’art du suspense et s’amuse du rôle de l’inattendu et du coup du hasard qui fait basculer le destin. Avec un plaisir certain, nous croisons sans cesse la petite (intime et familiale) et la grande Histoire.

  • Entretien avec Arnaud Meunier

Chapitres de la chute : quelle est la chute qui donne son titre à la pièce ? La fin d’un monde ?
Comme pour Titanic, le spectateur viendra voir cette pièce en connaissant la fin : la chute de cette banque d’affaires que peu de gens connaissaient, en France, et qui a pourtant déclenché cette fameuse crise des subprimes aux Etats-Unis entraînant une grave crise économique et financière mondiale telle que l’on n’en avait plus connu depuis 1929. Pas de suspens donc mais une forte gourmandise alimentée par cette saga qui nous fait découvrir et comprendre comment cet empire a été construit patiemment par une famille juive d’origine bavaroise ; comment son histoire a coïncidé avec le développement du capitalisme américain ; comment il en a été acteur et comment il s’est effondré. C’est aussi la fascination exercée par une success story qui peu à peu laisse apparaître des limites et des doutes. Tout empire a une fin, une chute. De manière très fine, Massini travaille toujours au bord du gouffre de son histoire entre équilibre et déséquilibre. La thématique de la chute constitue alors le motif récurrent de la pièce, son leitmotiv.

Comment et en quoi le projet s’est-il imposé à vous ? Quelle rencontre avez-vous faite avec l’auteur ?
Peu de texte m’ont immédiatement happé comme l’a fait Chapitres de la chute. On est saisi comme dans un bon polar. Le rythme de la narration, la précision des faits et des anecdotes, l’ironie amusée que provoque la découverte des hasards qui permettent de faire fortune : tout cela est fascinant. Quand j’ai découvert cette pièce, seul le premier volume était écrit, tout en annonçant une trilogie ! J’ai rencontré alors Stefano Massini et lui ai commandé l’écriture des deux autres parties, convaincu que cette fresque devait se représenter en une soirée. Stefano Massini fait partie de la nouvelle génération d’auteurs italiens qui comprend aussi Fausto Paravidino. Ce sont des post-pasoliniens. Ils cherchent un théâtre en prise avec le réel, le monde d’aujourd’hui, tout en lui conservant une forme très poétique.

C’est une fresque colossale… Le théâtre est-il à même de faire voir et entendre des aventures aussi complexes, grandes et aussi proches du réel ?
Quel autre art que le Théâtre peut aussi bien embrasser un tel projet ? Raconter deux siècles de capitalisme américain à travers l’histoire d’une famille d’émigrés juifs allemands ? « Je veux être un poète de la réalité » disait justement Pier Paolo Pasolini et c’est en cela que cette trilogie est formidable : elle rend humaine et accessible ce qui nous est constamment présenté comme complexe et réservé aux experts économiques. C’est un théâtre fondé sur le plaisir de l’oralité, de la parole, du conteur. Le spectateur n’a qu’à se laisser porter.

Comment organisez-vous le rapport au spectateur dans ce projet si singulier, qui exige une attention et une présence toutes particulières ?
Nous allons chercher un théâtre de l’étonnement à la fois très archaïque puisque fondé sur l’art de l’acteur/narrateur et aussi très ludique en ravivant constamment son écoute, notamment par une scénographie inventive.
Massini s’intéresse plus à 1929 qu’à 2008 en émettant l’hypothèse qu’il y a plus de trouble à sentir les fortes similitudes entre ce que nous vivons actuellement et la grande dépression qu’à décortiquer la faillite de la banque comme la télévision et le cinéma l’ont fait.

Attendez-vous du spectateur qu’il soit engagé ? Ou qu’il s’engage ?
Le théâtre doit ébranler les certitudes, pas asséner des vérités toute faites. Chapitres de la chute ne dénonce pas le capitalisme, il le raconte, le rend sensible, concret, humain. En ce sens, oui, le spectacle peut faire oeuvre d’émancipation. Ce que le spectateur en retiendra est son affaire toute personnelle. Il me semble que le but du théâtre n’est plus de conscientiser les masses mais plutôt d’interroger l’individu, notamment dans son rapport au collectif. L’aider à comprendre que l’action de chacun a une incidence certaine sur nos organisations collectives.

Propos recueillis par Pierre Notte

  • La dramaturgie

Le 15 septembre 2008, la banque d’investissement Lehman Brothers fit faillite, entraînant les bourses mondiales dans sa chute. Le nom de cette entreprise est alors devenu indissociable de la crise économique actuelle. Et sa faillite est devenue le symbole de la crise d’un système entier, un système qui avait fini par échapper à ses créateurs de même qu’il échappe encore aujourd’hui à la compréhension des non-initiés.

Dans Chapitres de la chute, Stefano Massini tente de s’emparer de ce sujet brûlant. Il y parvient d’abord par le biais de l’Histoire. Dans une forme théâtrale qui s’inspire du conte, il retrace l’histoire de Lehman Brothers depuis l’arrivée d’Henry Lehman sur le sol américain en 1844 jusqu’à la vente de l’entreprise familiale en 1984. Il déroule chronologiquement dans un flot narratif au rythme très soutenu la manière dont le magasin de coton d’Henry Lehman s’est peu à peu transformé en banque d’investissement. À travers cette entreprise, il nous fait découvrir l’élaboration empirique du système capitaliste au fil du temps et au gré des évènements de la grande et de la petite Histoire. Toute l’histoire de Lehman Brothers est tendue vers sa fin connue et attendue de tous mais jamais racontée par la pièce. Tout fait sens vers aujourd’hui. Et, d’une certaine manière, cette success story semble déjà contenir en elle-même les moteurs de la chute. Chaque étape de l’ascension de Lehman Brothers est aussi une étape de plus vers sa fin. Mais c’est le spectateur qui mènera sa propre réflexion grâce aux indices, préfigurations et pressentiments de la chute qui jalonnent la pièce.

La force théâtrale et politique de Chapitres de la chute est de remettre l’humain au coeur de l’élaboration d’un système qui, aujourd’hui, nous apparaît dépourvu de visage humain. L’histoire de l’entreprise Lehman Brothers est l’histoire des hommes qui ont présidé à son invention. Par cette saga familiale, on découvre à quel point les relations fraternelles, filiales et amoureuses ont compté dans l’invention de la banque d’investissement. Le récit brosse des portraits précis et imagés des membres de la famille Lehman et donne une place importante à l’intériorité de chaque personnage. Des mythes bibliques aux images cinématographiques, l’imaginaire des Lehman et de leurs époques respectives accompagnent poétiquement ce récit documenté. Et à l’intérieur même du récit, de courts dialogues font surgir ponctuellement les personnages, réincarnant ainsi les figures oubliées derrière les enseignes abstraites des banques d’investissement.

Stefano Massini nous donne des clefs pour réhumaniser une histoire et une crise qui nous dépassent, et il le fait grâce à une forme théâtrale ludique qui oscille entre récit et jeu. Chapitres de la chute se présente comme une vaste matière textuelle à partager selon des choix dramaturgiques et rythmiques, entraînant ainsi de possibles ruptures de jeu pour les comédiens qui passeront du conte à la brève incarnation. Ces ruptures, ce rythme et la musicalité de ce texte participent d’un plaisir partagé avec le spectateur. Cette forme théâtrale est décidément tournée vers le spectateur auquel elle s’adresse directement, impliquant un rapport qui là aussi, peut revêtir une certaine portée politique.

Charlotte Lagrange

Haut de page

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Chapitres de la chute - Saga des Lehman Brothers

5 Notes

5 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(4)

Très bon


(0)

Bon


(1)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Lucien B. (1 avis) 30 mai 2016

Bon récit, mais une fin escamotée. Récit très bien mené, avec un excellent jeu d'acteur; la saga familiale des Lehmann de 1844 aux années 1970 est bien menée , avec de très bonnes évocations du contexte historique. Problème; avec la disparition du dernier héritier (Bob Lehmann) , on semble oublier le contexte de la "révolution libérale" des années 80 (Reagan) et de la dérégulation, et donc les explications de la "chute finale" de 2008.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Corinne T. (3 avis) 28 mai 2016

Chapitres de la chute Saga des Lehman Brothers Raconter l'histoire du capitalisme financier américain au travers de celle d'une famille d'immigrés juifs allemands, les Lehman. Le défi pouvait sembler audacieux Il est totalement réussi Le texte est intéressant et fin, les acteurs qui jouent plusieurs rôles formidables (et comme la pièce est longue nous avons le temps de les apprécier), la mise en scène intéressante Dommage que la dernière ait eu lieu le 29
0
0
1
2
3
4
5
Par

Thierry (24 avis) 23 mai 2016

Chapitres de la chute Malgré les 3h40 que dure la pièce, on ne s'ennuie pas une seconde. C'est passionnant de bout en bout. Le sujet est original et très bien traité, le texte est bien écrit, très facile à suivre et les acteurs sont excellents. Un très bon moment. Courez-y !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Monique K. (3 avis) 19 mai 2016

CHAPITRE DE LA CHUTE Très intéressant - explique très clairement les évolutions et les enjeux financiers et politiques liés au milieu de l'entreprise , de la bourse ... le tout dans une pièce attractive et enlevée
0
0
1
2
3
4
5
Par

François M. (1 avis) 01 mars 2014

Chapitre de la chute Passionnant, enrichissant, une immense leçon pour tous !
0
0

Spectacles consultés récemment