Ce qui s'appelle encore peau

1
2
3
4
5

Théâtre de Châtillon , Châtillon

Le 17 décembre 2021
Durée : 1h10 environ

MUSIQUE & DANSE

,

Danse contemporaine

La Compagnie Jeanne Simone explore habituellement les corps dans leur relation à l’espace public pour interroger la fragilité, l’appétit, l’éclat de l’être dans ses espaces quotidiens.

Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 14,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires actuelles qui comprennent la présentation à l'entrée en salle d'un pass sanitaire valide pour les personnes de plus de 12 ans. Merci de respecter les gestes barrières et de vous munir d’un masque dont le port est obligatoire.
 

Photos & vidéos

Ce qui s'appelle encore peau

De

Céline Kerrec

,

Camille Perrin

,

Anne-Laure Pigache

,

Laure Terrier

Chorégraphie

Laure Terrier

Avec

Céline Kerrec

,

Camille Perrin

,

Anne-Laure Pigache

,

Laure Terrier

Sous tes vêtements t'es nu. Dès ta peau, tu es. Au-delà de ta peau : le reste du monde. A l'endroit de ta peau : comment le monde te touche, comment tu touches le monde.

Ils et elles sont cinq et font groupe de leur individualité. Joyeusement, sensuellement, anatomiquement, ils et elles font l'expérience d'être un corps contenu dans une enveloppe, de se frotter à la relation, tac- tiles et animés de leur animale sensorialité.

Ce qui s’appelle encore peau observe ces cinq-là qui s'attardent sur leur peau et ce qui les touche, ces cinq qui touchent, s'avèrent touchés et touchants, font récit, composent et décomposent, depuis l'épiderme, une partition de possibles relations au(x) vivant(s). Il se peut que percevoir soit plus politique qu’on ne le pense.

La Compagnie Jeanne Simone explore habituellement les corps dans leur relation à l’espace public pour interroger la fragilité, l’appétit, l’éclat de l’être dans ses espaces quotidiens.

Avec cette nouvelle création, elle investit la salle à l’écoute des bruissements du monde, caisse de résonance des souffles du dehors. Enlever l’appui du réel, des passants, du contexte qu’apporte le jeu dans l’espace urbain, et inventer comment les faire apparaître à travers le corps de ces êtres sur scène, dans le silence et dans les creux de l’espace vide.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Ce qui s'appelle encore peau

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment