Cataract Valley

1
2
3
4
5

Théâtre de l'Odéon - Ateliers Berthier , Paris

Du 17 mai au 15 juin 2019
Durée : 2 heures environ

CONTEMPORAIN

À Camp Cataract, mi-camp de vacances mi-sanatorium, la folie n’est jamais très loin... Touchés par ces figures insaisissables, par leur “chaos intérieur” qui “fait écho au grondement des cascades qui les attirent et les fascinent”, Marie Rémond et Thomas Quillardet dressent le portrait sensible de femmes imprévisibles. Jane Bowles n’a publié que trois livres. Ils suffisent à lui valoir l’admiration de ses pairs : son époux, Paul Bowles, mais aussi Tennessee Williams ou Truman Capote.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,50 €,23,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Cataract Valley

Adaptation

Thomas Quillardet

,

Marie Rémond

Mise en scène

Thomas Quillardet

,

Marie Rémond

Avec

Caroline Arrouas

,

Caroline Darchen

,

Laurent Menoret

,

Marie Rémond

  • Portrait sensible de femmes imprévisibles

Elle a incarné André Agassi sur scène. À la Colline, elle a rendu la parole à Barbara Loden, la femme d’Elia Kazan. Avec Sébastien Pouderoux, elle a réinventé à la Comédie-Française une mémorable séance d’enregistrement de Bob Dylan. Marie Rémond a décidément un sens très sûr des singularités américaines. Cette fois-ci, elle s’intéresse à Jane Bowles.

De son vivant, celle-ci n’a publié que trois livres. Ils suffisent à lui valoir l’admiration de ses pairs : son époux, Paul Bowles, mais aussi Tennessee Williams ou Truman Capote. Son humour énigmatique a la grâce des ponts jetés sur les abîmes. Ses intrigues reposent sur des non-dits, des secrets, des désirs mal compris ou à demi inavouables. Ses personnages de femmes, “incapables de s’acclimater au monde qu’on leur propose”, livrées au flux tourbillonnant de leurs émotions, se heurtent à des choix minuscules qui semblent décider du restant de leur existence tout en étant invisibles du dehors.

Pourquoi Harriet manipule-t-elle les sentiments de Beryl, “serveuse blonde et courtaude au regard têtu” ? Pourquoi sa jeune sœur, Sadie, vient-elle lui rendre une visite inopinée ? À Camp Cataract, mi-camp de vacances mi-sanatorium, la folie n’est jamais très loin... Touchés par ces figures insaisissables, par leur “chaos intérieur” qui “fait écho au grondement des cascades qui les attirent et les fascinent”, Marie Rémond et Thomas Quillardet dresseront le portrait sensible de femmes imprévisibles.

« Elle ne pouvait pas se servir du marteau et des clous déjà existants. Il fallait absolument qu’elle fabrique son propre marteau et tous les clous. » Paul Bowles, à propos de Jane Bowles

Traduction Claude-Nathalie Thomas.

  • La presse

« A la manière d'impressionnistes, les co-metteurs en scène instillent, par petites touches, cette mystérieuse folie qui jaillit peu à peu des entrailles du camp et des esprits des personnages, et fait douter de la matérialité des événements. Tous deux ont bien compris que la plume de Jane Bowles repose sur une écriture en trompe-l'oeil où les non-dits ont bien plus d'importance que la maigre intrigue de façade. (...) Loin de tout psychologisme pataud, les comédiens, accompagnés par une voix off, servent de guides dans ces chemins tortueux sublimés par la scénographie de Mathieu Lorry Dupuy. De cette balade (...), on ressort aussi déboussolé que séduit par la singularité théâtrale. » Vincent Bouquet, Les Echos, 16 octobre 2018

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Cataract Valley

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment