Boxing Shadows

du 18 février au 10 avril 2024

Boxing Shadows

Une jeune migrante gagne sa vie en volant dans le métro. Un homme d’une quarantaine d’années, bibliothécaire, se fait dérober son portefeuille. Une rencontre improbable qui met aux prises une jeunesse désabusée, cynique, hors la loi, sans-papiers et un ancien boxeur reconverti dans les livres.

Une jeune migrante gagne sa vie en volant dans le métro. Un homme d’une quarantaine d’années, bibliothécaire, se fait dérober son portefeuille. Ils habitent la même rue, le même immeuble. Une rencontre improbable qui met aux prises une jeunesse désabusée, cynique, hors la loi, sans-papiers et un ancien boxeur reconverti dans les livres.

Une histoire d'éducation, de filiation, de transmission : l’homme apprend à la jeune fille la boxe pour qu'elle finisse par trouver les raisons de sa colère et le sens de son combat, le respect de l’autre et le dépassement de soi. Il lui apprend à transformer sa rage grâce à l’apprentissage des règles - celles de la boxe, celles de la société.

Une comédie douce-amère, où le rire alterne avec l’émotion, nous renvoyant à nos failles comme à nos forces.

Un huis-clos onirique accompagné par la présence d’une Voix chantée, de l’autre côté du miroir – entremêlant chant lyrique et musique électro-acoustique.

Sélection d’avis du public

Allez-y ! Par Odile M. - 20 mars 2024 à 23h32

Belle rencontre que celle de ces deux cabossés de la vie remarquablement interprétés par les acteurs. Bravo à la scénographie et à la chanteuse sans visage !

Le théâtre c'est la vue ! Par Armelle R. - 5 mars 2024 à 14h57

Une belle surprise que ce Boxing Shadows. Texte fort porté par une interprétation lumineuse et incarnée. En ressortant, on reste longuement habité par Raymond et Ariane.

Un beau moment d’humanité Par Noemie C. - 5 mars 2024 à 14h32

C’est une histoire déroutante et familière à la fois. Les personnages, portés par des acteurs charismatiques et engagés, interpellent tout de suite. En fait, on en croise des Ariane et des Raymond. Tous les jours, dans la rue, dans le métro, au supermarché, sans prendre le temps de les voir et de leur rendre leur part d’humanité. Ils deviennent des invisibles, des indésirés, et meurent lentement de cette indifférence des temps modernes qui nous ronge tous. La mise en scène est sobre, juste, et donne à ce texte étrange une force et une limpidité qui fait du bien. Un vrai beau moment de spectacle vivant, dont on ressort avec de l’espoir sur le genre humain, et c’est tellement bon à prendre par les temps qui courent!

Surprenant Par Eric L. - 2 mars 2024 à 08h34

Une pièce déroutante qui ose à travers ce fait divers, dans un contexte anxiogène et sclérosé, aborder la mal de vivre. Isabelle Starkier a sû créer une dramaturgie puissante et rythmée pour redonner ses lettres de noblesse à la boxe anglaise et au bonheur de la rencontre de l’autre … celle qui panse ses propres fêlures. Une comédie douce amère où Lila Maski, Clara Starkier et Nicolas Zaaboub-Charrier criant de vérité, campent des personnages qui avancent ensemble sur le fil ( d’Ariane ? ) avec humour et finesse.

Synthèse des avis du public

5,0 / 5

Pour 5 Notes

100%
0%
0%
0%
0%

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

5 5 5
Allez-y ! Par Odile M. (1 avis) - 20 mars 2024 à 23h32

Belle rencontre que celle de ces deux cabossés de la vie remarquablement interprétés par les acteurs. Bravo à la scénographie et à la chanteuse sans visage !

Le théâtre c'est la vue ! Par Armelle R. (1 avis) - 5 mars 2024 à 14h57

Une belle surprise que ce Boxing Shadows. Texte fort porté par une interprétation lumineuse et incarnée. En ressortant, on reste longuement habité par Raymond et Ariane.

Un beau moment d’humanité Par Noemie C. (1 avis) - 5 mars 2024 à 14h32

C’est une histoire déroutante et familière à la fois. Les personnages, portés par des acteurs charismatiques et engagés, interpellent tout de suite. En fait, on en croise des Ariane et des Raymond. Tous les jours, dans la rue, dans le métro, au supermarché, sans prendre le temps de les voir et de leur rendre leur part d’humanité. Ils deviennent des invisibles, des indésirés, et meurent lentement de cette indifférence des temps modernes qui nous ronge tous. La mise en scène est sobre, juste, et donne à ce texte étrange une force et une limpidité qui fait du bien. Un vrai beau moment de spectacle vivant, dont on ressort avec de l’espoir sur le genre humain, et c’est tellement bon à prendre par les temps qui courent!

Surprenant Par Eric L. (1 avis) - 2 mars 2024 à 08h34

Une pièce déroutante qui ose à travers ce fait divers, dans un contexte anxiogène et sclérosé, aborder la mal de vivre. Isabelle Starkier a sû créer une dramaturgie puissante et rythmée pour redonner ses lettres de noblesse à la boxe anglaise et au bonheur de la rencontre de l’autre … celle qui panse ses propres fêlures. Une comédie douce amère où Lila Maski, Clara Starkier et Nicolas Zaaboub-Charrier criant de vérité, campent des personnages qui avancent ensemble sur le fil ( d’Ariane ? ) avec humour et finesse.

Une pièce engagée Par Isabelle S. (1 avis) - 1° mars 2024 à 08h47

Drôle, forte, bouleversante et magnifiquement interprétée. A voir absolument!

Informations pratiques

Manufacture des Abbesses

7 rue Véron 75018 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Montmartre Salle climatisée
  • Métro : Abbesses à 121 m, Pigalle à 263 m
  • Bus : Abbesses à 89 m, Pigalle à 214 m, Blanche à 281 m
Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Manufacture des Abbesses
7 rue Véron 75018 Paris
Spectacle terminé depuis le mercredi 10 avril 2024

Pourraient aussi vous intéresser

Partenaire
Le Montespan

Théâtre Actuel La Bruyère

Edelweiss [France Fascisme]

Points communs - Théâtre des Louvrais

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

Un Tramway nommé Désir

Théâtre des Bouffes Parisiens

- 10%
Big Mother

Théâtre des Béliers Parisiens

Spectacle terminé depuis le mercredi 10 avril 2024