Barbès Café

1
2
3
4
5

Cabaret Sauvage , Paris

Du 11 au 28 mai 2011
Durée : 2 heures avec entracte

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

Barbès Café est un dîner-spectacle musical qui donne à voir, en plusieurs tableaux, comme autant d’époques, l’histoire des musiques de l’immigration maghrébine en France. Avec chaque soir un invité prestigieux : Souad Massi, Rachid Taha, …
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 28 mai 2011

 

Barbès Café

De

Méziane Azaïche

Mise en scène

Géraldine Bénichou

Avec

Samira Brahmia

,

Amar Chaoui

,

Mamoun Dehane

,

Hafid Djemaï

,

Salah Gaoua

,

Sarah Guem

,

Malik Kerrouch

,

Rafik Korteby

,

Hichem Takaoute

  • Un dîner-spectacle musical qui retrace l'histoire de l'immigration maghrébine en France

Barbès Café est un spectacle musical qui donne à voir, en plusieurs tableaux, comme autant d’époques, l’histoire des musiques de l’immigration maghrébine en France. Des origines, marquées par le blues de l’exil chanté dans les bars de Barbès, à aujourd’hui, où le legs des anciens est défendu par une nouvelle génération d'artistes comme faisant partie du patrimoine musical français.

Chaque soir, un invité prestigieux : Akli D, Emel Mathlouthi, Vigon, Nassima, Djur Djura, Gaada Diwane de Bechar, Souad Massi et plein d’autres...

Distribution en alternance. Le couscous est offert tous les soirs à tous les convives.

  • Le mot de Rabah Mezouane

« L’exil fut leur royaume, l’usine, entre les ordres aboyés par les contremaîtres et le choc des carrosseries, leur gagne-pain, et les bars leur salon de musique. Entre 1930 et 1960, la plupart des chanteurs maghrébins étaient des amateurs travaillant le jour, dans des conditions souvent pénibles, et jouant le soir dans des cafés. De leurs doubles vies ont jailli des chants qui traduisaient les différents « âges » de l’immigration et constituent aujourd’hui une sorte de mémoire collective.

De fait, ces artistes, au statut particulier, ont bercé la solitude des migrants, transmis le patrimoine de la communauté et participé à la construction de nouvelles symboliques. Au fil du temps, le répertoire et ses chantres se sont adaptés à d’autres configurations et ont évolué parallèlement au devenir et à l’histoire de l’immigration sur plus d’un demi-siècle. Ils avaient pour nom Cheikh El Hasnaoui, Slimane Azem, Mohamed Mazouni, H’nifa, Aït Farida, Ourida, Bahia Farah, Hocine Slaoui, Dahmane El Harrachi, Akli Yahiaten, Kamel Hamadi, Mohamed Jamoussi, Missoum, Salah Saâdaoui ou Oukil Amar, et ils vivaient principalement en France, où se sont dessinés les premiers contours de la chanson maghrébine. »

Rabah Mezouane

  • La presse en parle

« Barbès Café a beau traiter d'un sujet d'importance, revenir sur la dure condition du prolétaire émigré et les " événements " d'Algérie, il est gai. D'abord, parce que tout le monde y danse ; que dès que le rythme l'impose, la salle se lève, les femmes nouent des foulards autour des hanches, les enfants sont trépidants.» Véronique Mortaigne, Le Monde

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Barbès Café

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment