Avis de turbulences 2020 - Soirées partagées

1
2
3
4
5

Etoile du Nord , Paris

Du 28 septembre au 20 octobre 2020

MUSIQUE & DANSE

,

Danse contemporaine

,

Festival

,

Festival Avis de Turbulences

Pour cette nouvelle édition nous voulons vous montrer la richesse et la diversité de la danse. Un espace ouvert à l’exploration pour que la danse vous passionne, vous transporte ou vous dérange, mais qu’elle ne vous laisse surtout pas indifférent.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 19 €,11 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
Consignes sanitaires
Les théâtres appliquent les directives sanitaires. Merci de respecter les gestes barrières, de vous munir d'un masque et de le porter lorsqu'il est exigé.
 

Photos & vidéos

Avis de turbulences 2020 - Soirées partagées

Chorégraphie

Christine Armanger

,

Léa Cazauran

,

Leila Ka

,

Alessia Luna Wyss

,

Samuel Mathieu

,

Nancy Naous

,

Sylvain Riejou

  • L’effervescence de la danse d’aujourd’hui.

Pour cette nouvelle édition nous voulons vous montrer la richesse et la diversité de la danse. Un espace ouvert à l’exploration pour que la danse vous passionne, vous transporte ou vous dérange, mais qu’elle ne vous laisse surtout pas indifférent.

  • Calendrier

2 et 3 octobre : Plateau #2

Je rentre dans le droit chemin (qui comme tu le sais n'existe pas et qui par ailleurs n'est pas droit) de Sylvain Riéjou

Ce spectacle est une conférence vidéo-chorégraphique qui pose la question  : quelle danse nécessite d’être exécutée nu pour faire sens  ? Cette question n’appelant pas de réponse unique, ce solo a pris la forme d’un journal de bord des chemins que j’ai empruntés pour tenter d’apporter la mienne. Il donne à voir la manière dont j’envisage le processus créatif, qui demande inéluctablement de se mettre « à poil ».

Durée  : 1h10

12 et 13 octobre : Plateau partagé #3

GY psy de Léa Cazauran

Une bande de 4 jeunes évolue dans un monde qui ne lui sied pas. Une errance sur la jeunesse, oscillant entre un désir d'accomplissement et l'envie de fuir le monde par la fête. Le symbole de la danse comme une cure de jouvence et une note d'espoir.

Durée  : 45 min

C’est toi qu’on adore de Leïla Ka (Compagnie en résidence longue)

Ils sont deux mais pourraient être cent ou mille. Ensemble, ils s’élancent bancals, malades ou parfois heureux, et s’engagent peut-être pour le meilleur mais probablement pour le pire. Contre eux une adversité que l’on devine mais dont on ne sait rien.

Héros, tour à tour invincibles ou tragiquement vulnérables, ils avancent, résistent, s’effondrent parfois, mais s’évertuent inlassablement à lutter jusqu’à l’épuisement des forces que l’on sent poindre.

C’est toi qu’on adore est un cri d’espoir où le corps exulte ce qu’il a de plus cher, cette pulsion de vie qui nous tient debout.

Durée : 30 minutes

16 et 17 octobre : Plateau partagé #4

Turning Point de Nancy Naous (Création)

Turning Point questionne et détourne les malentendus, ambiguïtés, stéréotypes, métaphores, métamorphoses, fantaisies, préjugés et imaginaire liés aux perceptions de la danse et au mot danse dans le monde arabe.

Frau Troffea de Samuel Mathieu

Été 1518, Strasbourg. Une épidémie dansante mortelle où Frau Troffea, la 1ère victime, est le patient zéro de l'épopée. Partant de ce fait historique troublant, Samuel Mathieu propose à Martin Mauriès un développement d'états de corps pluriels, harmonieux et contradictoires. Un objet politique et sociétal qui interroge l'être femme ou homme sans convenance, sans a priori.

20 octobre : Plateau partagé #5

Dans le cadre du festival Avis de turbulences, L’étoile du nord invite le Festival ZOA, Zone d’occupation artistique

MMDCD performance de Christine Armanger

MMDCD est une tentative de conjurer la mort. MMDCD veut dire 2 900 en chiffres romains. La performeuse compte de 1 à 2 900, 2 900 secondes passées ensemble.

A la gravité du sujet répond l’humour. Il apporte ce qui fera toujours défaut à la mort : le vivant.

Beautiful Alien Object d’Alessia Luna Wyss

Trois femmes bougent aux rythmes dissonants de la Cueca, cette danse ancienne arrivée au Chili. Sa composition est proche de l’écriture d’une danse contemporaine. Tantôt sauvage, tantôt colonisatrice ou révolutionnaire, elle met ici en valeur le métissage.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Avis de turbulences 2020 - Soirées partagées

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment