Anarchy, l'harmonie du désordre

1
2
3
4
5

Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine , Vitry sur Seine

Le 08 novembre 2019

MUSIQUE & DANSE

,

Hip-hop

Le spectacle compte 9 danseurs hommes et femmes. Ils sont d’âge, de taille, d’origine, de culture, de sexe, de façon de penser, de façon de danser différentes. Ils ont le talent de proposer une force de troupe malgré leurs intenses singularités. Ils expriment avec ferveur les enjeux de la pièce : le désordre et l’harmonie. À partir de 14 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 13,50 €

Prix tous frais inclus


 

Anarchy, l'harmonie du désordre

Chorégraphie

Pierre Bolo

,

Anabelle Loiseau

Avec

Mackenzi Bergile

,

Andrege Bidiamambu

,

Aida Boudriga

,

Kévin Ferré

,

Patrick Flegeo

,

Salem Mouhajir

,

Clémentine Nirrenold

,

Gabriel Um Tegue

À partir de 14 ans.

Imaginons que tout s’écroule dès le début pour permettre une nouvelle donne : Relancer la machine humaine avec comme seul crédo la spontanéité. Le désordre est planté : le théâtre s’est effrité, les danseurs sont à même le sol, la lumière vacille, tout est évanouï dans les ruines de la musique… La pulse est en reste, une nouvelle société scénique va naître. D’abord avec de nouveaux chemins de corps : chercher une manière différente de se mouvoir, de changer sa verticalité, essayer des appuis même fragiles. Les danseurs vont réapprivoiser l’espace de manière libre, instinctive, parfois tumultueuse : ils vont se déplacer dans une inconduite presque animale, surgir, se heurter, se suivre, jaillir, chuter, rythmés par leur propre élan.

Dans ce fiévreux va et vient, ils vont aspirer à de nouveaux codes humains : se poser la question de la liberté absolue et de l’équilibre social. Comment coexister sans dominer, en tolérant d’autres genres ? Entrer et sortir des ensembles, stopper la cadence ou participer à l’allure des individus évidemment pluriels. La fragilité des corps bruts et massifs, la résistance des formes légères et frêles, vont semer le trouble… L’intime est perturbé mais le choeur groove et balance dans cette cacophonie corporelle.

Le spectacle compte 9 danseurs hommes et femmes. Ils sont d’âge, de taille, d’origine, de culture, de sexe, de façon de penser, de façon de danser différentes. Ils ont le talent de proposer une force de troupe malgré leurs intenses singularités. Ils expriment avec ferveur les enjeux de la pièce : le désordre et l’harmonie. Le décor sera simple et épuré mais significatif. Il ne sera fait que d’éléments légers, pour ponctué le propos de la pièce, qui souligneront une colonne vertébrale : la lumière. Les projecteurs et sources de lumière sont autant présents au plateau que les danseurs. Ils créent de fait une scénographie mettant en valeur l’espace de jeu, l’architecture du lieu de la représentation, le théâtre.

Une signature scénique présente dans les spectacles précédents que nous souhaitons chahuter par d’autres moyens d’accroche et agencement, d’autres focus, d’autres configurations pour échafauder une lumière qui fait sens. La musique est essentielle. Elle sera composée d’éléments forts tels que des percussions, chaotiques ou harmonieuses, des ambiances sonores qui racontent, un air d’opéra pour mettre en distance ce qui se tisse sur scène. Représentative du sujet, d’une époque ou juste d’une inspiration, son muscle sera éminemment lié à l’écriture, au rythme, au désordre du spectacle…

Par la compagnie Chute Libre.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Anarchy, l'harmonie du désordre

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment