Adultères

1
2
3
4
5

Théâtre de l'Atelier , Paris

Du 07 septembre 2006 au 06 janvier 2007

CONTEMPORAIN

,

Coups de coeur

Woody Allen brûle les planches ! Avec ses trois pièces, il met en scène les états d’âmes de la bourgeoisie new-yorkaise. Infidèles et trompeurs, ses personnages aussi chic à la ville que lâches dans l’intimité de leurs luxueux appartements se trouvent confrontés à la révélation de leurs plus troublants secrets. Adultères, mensonges et autres trahisons domestiques, Woody Allen s’attaque à la complexité des rapports humains à travers des dialogues drôlissimes et des situations aussi absurdes que cauchemardesques.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 06 janvier 2007

 

Adultères

De

Woody Allen

Mise en scène

Benoît Lavigne

Avec

Pascale Arbillot

,

Pierre Cassignard

,

Dominique Daguier

,

Fabrice de la Villehervé

,

Xavier Gallais

,

Valérie Karsenti

,

Eglantine Rembauville

,

Bernard Yerlès

Un triptyque Allennien
New-York - Manhattan…
La presse

  • Un triptyque Allennien

Woody Allen brûle les planches ! Avec ses trois pièces, il met en scène les états d’âmes de la bourgeoisie new-yorkaise. Infidèles et trompeurs, ses personnages aussi chic à la ville que lâches dans l’intimité de leurs luxueux appartements se trouvent confrontés à la révélation de leurs plus troublants secrets. Adultères, mensonges et autres trahisons domestiques, Woody Allen s’attaque à la complexité des rapports humains à travers des dialogues drôlissimes et des situations aussi absurdes que cauchemardesques.

Adultères est édité aux Editions 10-18, traduction de Jean-Pierre Richard.

Calendrier général :
Du jeudi au dimanche à 19h : Riverside Drive
Du mardi au samedi à 21h, samedi et dimanche à 16h : Central Park West et Old Saybrook.

Haut de page

  • New-York - Manhattan…

C’est la ville qu’il préfère. En noir et blanc, en technicolor, elle respire et vibre au rythme de Gershwin. New-York, c’est sa ville, son amour. Il l’écrit, la filme, la rêve, violente et fascinante, entraînante etémouvante. Elle est au coeur de son oeuvre.

New-Yorkais instruits et angoissés, appartenant à un milieu privilégié, comme lui, tous ses personnages vivent dans d’incroyables névroses. Il les observe, les analyse, les recrée. Avec un humour teinté de désespoir, il imagine ses concitoyens, il en rit et s’en émeut. C’est la seule chose qu’il dit connaître. C’est son inspiration, sa création. Artiste génial, il nous fait rire et pleurer. Il accompagne nos vies, interpellant à chaque fois une part de nous-mêmes.

Adultères, c’est trois pièces en un acte, trois extraits de vie. Tout ce qui fait l’univers Allennien est ici mis en scène - l’adultère, l’amour et le sexe, Dieu et la mort, la philosophie et la psychanalyse, l’écriture et les écrivains, la création et le sens de la vie, la tragédie et la comédie. Tout y est. Mais tout n’est que divertissement. On part de la réalité. Tout semble réaliste. Et soudain, tout vole en éclat, les conventions, le langage, la normalité et l’humain. Tout explose. C’est une construction théâtrale diabolique. Une mécanique étourdissante qui s’empare du plateau. Farce et drame s’entremêlent.

Ses personnages sont simplement humains. Ils souffrent, triomphent, se perdent, se retrouvent, toujours ils se débattent avec leurs émotions, leurs peurs et leurs désirs. Ils vivent. En cela ils nous ressemblent. Car ils sont ridicules, pitoyables, menteurs et lâches, rêveurs et désespérés, lyriques et frustrés mais ce sont surtout de grands amoureux.

Benoît Lavigne

Haut de page

  • La presse

"C’est de l’excellent Woody Allen, incisif, cru, mené tambour battant par un quintette d’acteurs épatants. (...) Deux hommes, trois femmes rivalisent d’ardeur entre infidélités, mensonges, trahisons, dans un appartement sens dessus dessous provoqué par Phyllys apprenant la liaison de Sam, son mari, avec Carole, sa meilleure amie. De ce canevas vieux comme le monde, Woody Allen crée du vif, de l’inattendu. On rit franchement aux chassés-croisés de tous ces personnages frénétiques, au discours rapide comme l’éclair, gaiement désespéré. Et quand le coup de feu final part, on atteint le summum de l’absurde. (...) Une variation pleine de fantaisie sur le thème du mirage. La vie n’est-elle pas un songe ? L’art de Woody Allen s’expose ici, sans chichi, mis en scène et joué avec punch." Marion Thébaud, Le Figaro, 19 septembre 2006

Haut de page

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Adultères

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment