Adriana Lecouvreur

1
2
3
4
5

Opéra Bastille , Paris

Du 23 juin au 15 juillet 2015
Durée : 3h30 avec 2 entractes

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Opéra

,

En langue étrangère

,

Tête d'affiche

Conjuguant vérité historique et réalisme tragique, Adriana Lecouvreur n’a depuis sa création cessé d’exposer sur la scène des illusions théâtrales les plus nobles sentiments de la vie réelle. Angela Gheorghiu chante enfin à Paris l’une de ses héroïnes fétiches (en alternance). En italien surtitré.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 15 juillet 2015

 

Photos & vidéos

Adriana Lecouvreur

De

Francesco Ciléa

,

Arturo Colautti

Mise en scène

David McVicar

Direction musicale

Daniel Oren

Avec

Marcelo Alvarez

,

Carlo Bosi

,

Alessandro Corbelli

,

Luciana D'Intino

,

Alexandre Duhamel

,

Carol Garcia

,

Angela Gheorghiu

,

Raul Giménez

,

Mariangela Sicilia

,

Wojtek Smilek

,

Svetla Vassileva

En italien surtitré.

  • Destin tragique

Au XVIIIe siècle, la langue française n’eut pas de plus grande ambassadrice qu’Adrienne Lecouvreur. Souveraine des tragédiennes aux yeux de Voltaire éperdument amoureux, elle libéra les vers de Racine et Corneille de la déclamation chantée imposée par la Comédie-Française au profit d’une émouvante simplicité de ton.

La vérité, agrémentée de passion, avec laquelle elle servit les Classiques, l’accompagna sur le dangereux territoire du jeu amoureux où, dans son rôle de maîtresse du Maréchal de Saxe, elle se piqua à la jalousie de la duchesse de Bouillon. Mystérieusement abandonnée par la vie dans sa trente-huitième année, la légende voulut qu’un bouquet empoisonné, offert par sa rivale, ait subtilisé à cette Melpomène son dernier souffle.

Survivant au xixe siècle grâce à la pièce d’Eugène Scribe, son mythe fut scellé par l’adaptation qu’en fit à l’opéra Francesco Cilèa. Héritier de la tradition romantique italienne, le compositeur calabrais offrit au vérisme musical un de ses plus poignants mélodrames, dans la lignée des compositions de Mascagni, Leoncavallo et Giordano.

Conjuguant vérité historique et réalisme tragique, Adriana Lecouvreur n’a depuis sa création cessé d’exposer sur la scène des illusions théâtrales les plus nobles sentiments de la vie réelle. Angela Gheorghiu chante enfin à Paris l’une de ses héroïnes fétiches.

Le rôle de Adriana Lecouvreur est tenu en alternance par Svetla Vassileva (29 juin, 9, 15 juil) et Angela Gheorghiu.

Par l'Orchestre et le de Choeur de l'Opéra national de Paris.
Livret d'Arturo Colauti d'après Adrienne Lecouvreur, pièce d'Eugène Scribe et Ernest Legouvé.

  • La presse

« Angela Gheorghiu, à 49 ans, a gardé sa jolie silhouette, son timbre moelleux et ses merveilleux pianissimos arachnéens – un fil de soie mordorée, dont elle tisse avec art l’impalpable chatoyant. Mais la diva ne peut compenser, fût-ce par le truchement outrancier du jeu, un manque de projection d’autant plus flagrant que lui fait face le maelström Luciana D’Intino, princesse de Bouillon au timbre profond et au style mordant, à l’aise sur toute la tessiture, tout simplement effrayante. (...) le Maurizio de Marcelo Alvarez [...] s’impose par son naturel et son art de la nuance. (...) Dans la fosse, la fougue de Daniel Oren et son amour immodéré de l’opéra italien ont fait resplendir les Chœurs et l’Orchestre de l’Opéra, donnant à la musique expressive et colorée de Cilea son content de pure émotion et de raffinement. » Marie-Aude Roux, Le Monde, 29 juin 2015

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Adriana Lecouvreur

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment