(Mon) Copperfield

du 15 au 25 mai 2008

(Mon) Copperfield

CLASSIQUE Terminé

Dominique Sarrazin nous propose avec son adaptation de David Copperfield de Charles Dickens, une œuvre qui attire par sa fantaisie, son extravagance et la généreuse humanité, croquée avec humour et tendresse, qui perce sous la satire la plus mordante.

On connaît le talent de Dominique Sarrazin, infatigable animateur lillois du Théâtre de la Verrière, pour adapter à la scène des œuvres romanesques fleuves, surtout quand il s’agit de littérature anglaise, et à faire se croiser sur un plateau des dizaines de caractères hauts en couleurs.

C’est ce qu’il nous propose avec David Copperfield de Charles Dickens, une œuvre qui l’attire par sa fantaisie, son extravagance et la généreuse humanité, croquée avec humour et tendresse, qui perce sous la satire la plus mordante.

  • Physiologie d’une société

Les personnages de David Copperfield (une trentaine au bas mot), aux patronymes étrangers, étranges pour moi depuis l’enfance, me sont une famille. Entre tous : Pegotty la servante (rousse ?) dont je rêvais enfant, comme David, de « becqueter comme un oiseau les bras rouges et durs »; le monstrueux, hilarant, « falstaffien », « beckettien », Mr Micawber, gigantesque « loser », surencombré d’une famille affamée mais qui, clown, camelot, persiste à « durer »; et le psychopathe Uriah Heep, et Mr Dick prenant sa tête pour celle de Charles I er (décapité en 1649), ânes envahisseurs de la tante Trottwood, et la petite Emily, amour d’enfant, enfance de l’amour, et les impitoyables et victoriens Murdstone, et le « byronien » Steerforth...

J’arrête là – à eux d’envahir la scène...

L’univers de Dickens est impitoyable mais les puissants y sont pitoyables. Il accorde les « privilèges » du grotesque, de la démesure, aux salauds comme aux victimes. Point de « psychologisme » chez lui. Tout est affaire de géographie, de physiologie et de météorologie.

Dickens était spasmophile, « visiteur » de prisons, voyageur, dactylographe réputé, embourgeoisé sans être rentier, hyperactif, mondialement célébré, hanté par le crime social, admirateur de la Révolution Française et... très anglais, donc, très théâtral écrivain ! On sait que Dickens idolâtrait le théâtre : ami du grand acteur Mac Ready, il fut spectateur passionné, producteur, auteur, comédien, génial lecteur public de ses œuvres...

Enfin, ce que Dickens dit de son lecteur, qu’il est « un puissant personnage », j’aimerais l’appliquer au spectateur.

Dominique Sarrazin

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Théâtre du Nord - Idéal à Tourcoing

19, rue des Champs 59200 Tourcoing

Accès handicapé (sous conditions) Bar
Spectacle terminé depuis le dimanche 25 mai 2008

Pourraient aussi vous intéresser

- 27%
Le revizor

Théâtre le Ranelagh

- 29%
Gargantua

Théâtre de Poche-Montparnasse

- 15%
Illusions perdues

Théâtre de l'Atelier

- 11%
Comme il vous plaira

Théâtre Hébertot

Le neveu de Rameau

Cartoucherie - Théâtre de l'Epée de Bois

Spectacle terminé depuis le dimanche 25 mai 2008