Yerma

du 20 mai au 29 juin 2008
2 heures

Yerma

Un grand classique, charnel et sombre, signé Federico García Lorca. Au Vieux-Colombier, la mise en scène de Vicente Pradal, avec comédiens, musiciens et danseuse, restitue la couleur andalouse et fait vivre des émotions profondes.

"Ventre sec, corps stérile, Yerma. Une femme mariée à un homme de la campagne, Juan, qu’elle n’a pas choisi. Une femme toujours sans enfant après plusieurs années de mariage, et qui ne l’admet pas, le refuse, le crie face à un homme dur, jaloux, courbé sur son travail, ses terres, ses bêtes. Au fur et à mesure que les portes se referment sur Yerma, qu’elle questionne les autres femmes, les jeunes mères, les vieilles, en vain, qu’elle renonce à la fuite, au déshonneur, que ses lendemains se verrouillent, que ses incantations se perdent dans la nuit, montent une lamentation et une colère, résonne dans le vide de son corps un chant obscur et violent.

Federico García Lorca compose avec Yerma en 1934, une tragédie charnelle et sombre, où alternent dialogues et poèmes. L’auteur dénonce en trois actes et six tableaux, le sort étouffant fait à la femme espagnole dans un pays immobilisé par la tradition.

Le voyage à l’intérieur du drame de cette femme, Yerma, plus généralement la question de la féminité, ont donné à Vicente Pradal, musicien, familier de l’œuvre de García Lorca dont il a créé et interprété récemment le Llanto por Ignacio Sánchez Mejías et Romancero Gitano, la portée sur laquelle se déploie la gamme des expressions des personnages de la pièce, toujours en lutte, toujours sincères, tantôt frénétiques, tantôt frivoles, tantôt accablés, tantôt mystérieux.

La rudesse de l’histoire de Yerma et du milieu où elle vit suppose un espace sobre, voire austère et une mise en scène centrée sur l’interprétation du texte, sens et sons confondus. Aussi, comme García Lorca mêle la poésie au théâtre, Vicente Pradal associe-t-il aux comédiens, deux musiciens et une chanteuse qui restituent la couleur andalouse, pour illustrer et faire vivre ces émotions profondes."

Joël Huthwohl

"La voix chantée flamenca, très expressive, éveille en nous des sensations archaïques enfouies et une émotion physiologique d'une grande intensité. (...) Nous essairons d'aller vers le coeur noir, le duende goyesque, de l'Espagne profonde." Vicente Pradal, mars 2008

Le texte de la pièce est traduit de l'espagnol par Denis Laroutis.

Vous avez vu ce spectacle ? Quel est votre avis ?

Note

Excellent

Très bon

Bon

Pas mal

Peut mieux faire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de modération

Informations pratiques

Vieux Colombier - Comédie-Française

21 rue du Vieux-Colombier 75006 Paris

Accès handicapé (sous conditions) Bar Librairie/boutique Restaurant Salle climatisée Vestiaire
  • Métro : Saint-Sulpice à 61 m, Sèvres - Babylone à 258 m
  • Bus : Michel Debré à 23 m, Sèvres - Babylone à 189 m, Saint-Germain-des-Prés à 231 m, Musée du Luxembourg à 349 m
  • Attention Plan Vigipirate en vigueur. Nous vous invitons à vérifier les conditions d'accueil du lieu, surtout si vous prévoyez de venir avec un gros sac.

Calcul d'itinéraires avec Apple Plan et Google Maps

Plan d’accès

Vieux Colombier - Comédie-Française
21 rue du Vieux-Colombier 75006 Paris
Spectacle terminé depuis le dimanche 29 juin 2008

Pourraient aussi vous intéresser

- 28%
Smile

Théâtre de l'Œuvre

Monsieur Motobécane

Petit Saint-Martin

- 20%
Courgette

Tristan Bernard

- 25%
Fin de partie

Théâtre de l'Atelier

La réunification des deux Corées

Théâtre de la Porte Saint-Martin

- 32%
Une histoire d'amour

Splendid Saint Martin

Spectacle terminé depuis le dimanche 29 juin 2008