Vipère au Poing

Théâtre le Ranelagh , Paris

Du 12 septembre 2018 au 13 janvier 2019
Durée : 1h15

CONTEMPORAIN

,

A ne pas manquer

,

Ados

,

Coups de coeur

,

Familial

L'un des plus grands romans de la littérature française pour la première fois au théâtre : un seul en scène violent et drôle à l'écriture aiguisée. Aurélien Houver est exceptionnel, il manie cette langue avec une dextérité remarquable, campant tous les personnages avec la même aisance. Un comédien à suivre de très près, un spectacle à voir de toute urgence !
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 11 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Photos & vidéos

Vipère au Poing

De

Hervé Bazin

Adaptation

Aurélien Houver

Mise en scène

Victoria Ribeiro

Avec

Aurélien Houver

A partir de 12 ans.

  • Pour la première fois au théâtre

Jean, dit Brasse-Bouillon, mène avec ses frères une guerre sans merci contre leur mère, une femme impitoyable et cruelle qu’ils ont surnommée Folcoche.

Un témoignage vital et incendiaire qui dynamite les conventions traditionnelles de la relation parents-enfants. Entre fiction et autobiographie, Hervé Bazin dresse le portrait d'une famille détestable et attachante bravée par le cri de révolte d'un enfant. « La haine, beaucoup plus encore que l'amour, ça occupe. »

  • La presse

« Excellent Aurélien Houver. Ce jeune comédien à forte présence interprète en un récit fluide l'adaptation qu'il a faite avec Victoria Ribeiro qui le met en scène (...) on est impressionné par la qualité de leur travail, aussi probe que sobre. » Figaroscope ♥♥♥♥

« C’est drôle, émouvant et terriblement violent aussi. » ELLE

« Étonnant ! beaucoup de probité et d'émotion. » France Inter - Le Masque et la Plume

« Le public est sous le charme... à découvrir pour un comédien vraiment hors pair : Aurélien Houver. » On sort ou pas

« Une performance remarquable en tous points. » Lextimes

  • Note d'intention

Vipère au poing est un roman de guerre. Ce n'est pas seulement l'histoire de la violence d'un parent envers ses enfants, comme il en existe d'autres, mais bel et bien celle d'un combat acharné entre une mère et son fils, comme il en existe peu. Sanglante partie d'échecs, le roman de Bazin fait des membres d'une même famille des ennemis mortels.

En mêlant violence de l'intime et humour noir, l'auteur bannit le pathétique et fait de la relation entre Folcoche et Brasse-Bouillon la colonne vertébrale de Vipère au poing. C'est ce qui nous a touchés et que nous avons voulu placer au coeur de notre adaptation : l'énergie cathartique de ce personnage opprimé, violent envers son oppresseur, qui raconte son histoire avec une dimension épique et excessive qu'il assume pleinement.

Le roman se présente comme le témoignage de Brasse-Bouillon, qui partage son histoire en
s'adressant directement au lecteur : ce récit, et la langue nerveuse et vivante que Bazin utilise pour le faire entendre, se prêtent naturellement à l'oralité d'un plateau de théâtre et à la présence d'un public.

La structure narrative invite également à l'adaptation théâtrale : ce n'est pas seulement l'histoire de l'enfance de Brasse-Bouillon qui est racontée, mais celle du personnage lui-même, devenu adulte, qui raconte cette enfance. Avec honnêteté et sans pudeur, le narrateur revient sur les événements avec un recul souvent sarcastique qui n'épargne personne, lui compris.

Il nous a paru évident que ce témoignage doive être porté au plateau par un acteur seul, alternant un jeu en immersion où il incarne les différents personnages et une adresse directe au public. À la découverte du texte, la dimension autobiographique de Vipère au poing a provoqué chez nous une émotion et une identification particulièrement puissantes, avec le questionnement : que ferions-nous à la place de ces personnages ? Parce qu'on sent la vérité derrière la fiction, l'histoire de Brasse-Bouillon et de son combat contre sa mère nous a interpelés dans sa valeur universelle, faisant du héros une incarnation de la résistance à l'oppression.

En allant à l'encontre de l'institution traditionnelle de l'amour filial et maternel, notre spectacle amène aussi à s'interroger sur le passage à l'âge adulte, et l'influence des parents dans la construction de l'identité. Au travers du récit individuel d'une enfance et d'une éducation, il permet ainsi une remise en question globale des rapports entre adultes et enfants.

  • A propos de l'oeuvre

Quand, le 19 janvier 1948, un inconnu de 36 ans du nom de Jean-Pierre Hervé-Bazin dépose chez l'éditeur Grasset le manuscrit d'un roman intitulé Vipère au poing, personne ne s'imagine que, quelques mois plus tard, ledit roman défrayera la chronique littéraire et se vendra finalement à plusieurs millions d'exemplaires. Son auteur lui-même, qui prendra le nom de plume d'Hervé Bazin, est loin de s'en douter : comme le dira son biographe Jean Anglade, « L'auteur de Vipère au poing était un homme inconnu, solitaire, abandonné de toute sa famille, qui avait écrit son roman dans un taudis, après avoir vendu pour vivre des chaussettes et des cravates ».

Et pourtant, le lendemain du dépôt, à 15h30, il est prié par télégramme de téléphoner chez Grasset. Le jour suivant, il signe officiellement un contrat avec la maison d'édition : sans doute la décision éditoriale la plus rapide de la littérature française.

Ce roman, que son auteur affirme n'avoir « pas plus calculé qu'un coup de poing », provoque dès sa sortie remous et indignation dans la sphère littéraire française. Bazin, qu'on entoure rapidement d'une légende d'écrivain féroce, voire même diabolique, se verra refuser le prix Goncourt pour Vipère au poing sur véto de Colette, scandalisée qu'on puisse parler ainsi d'une mère. Pourtant, quelques années plus tard, il intègrera lui-même la prestigieuse académie, jusqu'à la présider et participer notamment à la création du Prix Goncourt des Lycéens.

Quelle part d'autobiographie dans Vipère au poing ? « Disons vingt-cinq pour cent », répond Bazin en 1962. Pourtant, le doute est permis, et l'auteur lui-même brouille les pistes. Lorsqu'on met en parallèle le roman et les données biographiques, la quantité d'éléments identiques est frappante : prénoms à peine voire non modifiés, cadre spatio-temporel respecté, chronologie familiale... En dehors même du roman, entre ce que Bazin dit et ce qu'il laisse dire, son attitude contradictoire entretient le mystère. C'est justement dans cette alchimie mêlant fiction et réalité, quelle qu'en soit la proportion, que naissent le sens aigu du détail, la finesse du portrait des personnages, la saveur particulière des situations qui confèrent à l'oeuvre le caractère unique qui l'a rendue célèbre.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Vipère au Poing

12 Notes

12 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(10)

Très bon


(2)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Claire H. (1 avis) 07 octobre 2018

Très belle adaptation, un décor poétique parfaitement adapté à l'énergie folle du comédien Aurélien Houver qui parvient avec brio à nous faire entrer dans l'univers terrible de Brasse-Bouillon.
1
0
1
2
3
4
5
Par

Elisabeth S. (15 avis) 15 décembre 2018

VIPERE AU POING Une vraie performance, on est dedans , on voit tous les personnages à travers cet acteur exceptionnel . Courrez y , pour adultes , adolescents et enfants
0
0
1
2
3
4
5
Par

Françoise P. (5 avis) 09 décembre 2018

Vipère au poing Monologue extraordinaire à plusieurs voix. L’acteur nous tient en haleine pendant une heure et demie. Inoubliable !!!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Agnès P. (2 avis) 09 décembre 2018

Excellent Un texte magnifique porté par un acteur qui donne tout sur scène !!!! Allez-y !!!!
0
0
1
2
3
4
5
Par

Vannina B. (5 avis) 26 novembre 2018

Bravo Aurelien Houver, veritable performance et artistique et physique pour ce rôle! Une oeuvre que nous connaissons tous . A voir en famille..
0
0
1
2
3
4
5
Par

Ginette M. (1 avis) 25 novembre 2018

Superbe représentation Aurélien Houver est magnifique. Avec une diction impeccable qui m'a permis, moi qui suis malentendante, de comprendre le texte dans son entier ! Belle performance ! Et moi qui ne suis plus très jeune, ce formidable acteur m'a permis de revivre la lecture de cet ouvrage d’Hervé Bazin que j'ai lu mais il y a déjà quelques années ! Merci à lui.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Anne L. (1 avis) 17 novembre 2018

Très au point Plaisir de retrouver un texte fidèlement et magistralement rendu. Un brasse-bouillon qui emporte tout sur son passage et fait revivre la langue. Une mise en scène qui le livre entièrement à l'avidité complice du spectateur.Très réussi.
0
0
1
2
3
4
5
Par

Omayma A. (1 avis) 08 novembre 2018

Super Pour tout vous dire, je vais y aller pour la deuxièmes fois. On a applaudi debouts et très longtemps. Merci ♡
0
0
1
2
3
4
5
Par

Claudine G. (2 avis) 29 octobre 2018

Vipère au poing Remarquable interprétation et adaptation Aurélien Houver est déjà un grand acteur et il peut tout jouer Et puis nous faire savourer un texte sans rien perdre des nuances de la langue française est exceptionnel Merci pour cette soirée appréciée de trois générations mère, grand-mère et petite fille
0
0
1
2
3
4
5
Par

Alain C. (38 avis) 20 octobre 2018

Superbe moment de scène.....C'est fantastique!!!! Quelle merveilleuse rencontre entre Aurélien HUVER et ce superbe texte d'Hervé BAZIN . Adaptation parfaite de Victorio RIBEIRO . Un grand coup de coeur pour des retrouvailles qui redonnent vie au texte de Bazin avec ces sacrés personnages ....remuants . C'est fantastique de voir Aurélien faire vivre chacun des personnages avec sa voix et sa personnalité propre . On est surpris par ce défi de scène permanent . Les spectateurs réagissent totalement à toutes ces scènes à la fois drôle , cruelle et touchante . En tout cas ce texte devenu vocal est une réussite et l'adaptation est parfaite . A voir absolument .Ces jeunes sont doués ...Bien du talent!!!!!
0
0
+ d'avis

Spectacles consultés récemment