Vie et mort de Mère Hollunder

1
2
3
4
5

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 18 septembre au 13 octobre 2019

CONTEMPORAIN

Mère Hollunder est ronde, bonhomme. À son cou, en bandoulière, un appareil photo. Elle fixe au présent les visages qui passent, femmes ou jeunes filles. Elle se raconte à elles. Dans ce solo, portrait d’une dame ordinaire, figure de l’ombre mais femme forte, Jacques Hadjaje rend grâce aux héroïnes sans gloire.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 32,50 €,31,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Vie et mort de Mère Hollunder

De

Jacques Hadjaje

Mise en scène

Jean Bellorini

Avec

Jacques Hadjaje

C'est trop dur d'être une femme, on a perdu le mode d'emploi. Chez elle, ça sent l’eau de Cologne et la poussière. Dans sa robe couleur d’automne, vieux tweed à carreaux clairs, Mère Hollunder est ronde, bonhomme. Autour d’elle, des poules, un magnétophone. À son cou, en bandoulière, un appareil photo. Elle fixe au présent les visages qui passent, exige des sourires de ses modèles, femmes ou jeunes filles. Elle se raconte à elles. Sa vie, son homme, Jacob, et quelques autres, petits mâles dominants qu’elle a croisés. C’est une vie de femme d’un autre temps que Jacques Hadjaje écrit et incarne. La fête d’une femme simple et libre. Malicieuse et revêche, elle a appris à dire « non », trois lettres devenues ses préférées.

Elle transmet sa liberté. En 2014, la troupe de Jean Bellorini, directeur du Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis, présente au Rond-Point Paroles gelées d’après Rabelais, qui remporte deux Molières. Un an plus tôt, la même troupe crée Liliom de Ferenc Molnár, où apparaît Mère Hollunder, second rôle incarné déjà par Jacques Hadjaje. Avec son metteur en scène, le comédien reprend aujourd’hui les habits désuets du personnage pour lui donner vie. Dans ce solo et portrait d’une dame ordinaire, figure de l’ombre mais femme forte, l’écrivain, pédagogue et metteur en scène Jacques Hadjaje rend grâce aux héroïnes sans gloire. À celles qui refusent la complaisance et les sanglots, qui disent « non » sans haine, à l’injustice et à la bêtise des hommes.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Vie et mort de Mère Hollunder

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment