Une comète à Cuba

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre du Chaudron , Paris

Du 09 au 29 février 2004

CONTEMPORAIN

Le 11 avril 1910, la comète de Halley traverse le ciel de Cuba. On retrouve les soeurs Alba de La Maison de Bernarda Alba, exilées sur cette terre du bout du monde. Ces "nonnes espagnoles" qui n'ont conjugué toute leur vie que rigueur et sacrifice, se jettent alors à corps et à coeur dans cette folle aventure cubaine. Comment vont-elle vivre cette fin du monde annoncée ?
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 29 février 2004

 

Une comète à Cuba

De

Céline Monsarrat

Mise en scène

Céline Monsarrat

,

Serge Sándor

Avec

Sophie Arthuys

,

Mireille Delcroix

,

Danièle Douet

,

Peter King

,

Stéphanie Mathieu

,

Maïté Monceau

Les sœurs Alba bien vivantes
L'exil à Cuba

Intentions de mise en scène

Les personnages

En ce jour de l'été 1891, tout prend fin pour les cinq filles de Bernarba Alba : Adela, pendue à la poutre, Angustias toujours chaste et les autres soeurs condamnées au célibat.

Mais en vérité, ce n'est pas ainsi que les choses se déroulèrent. Elles arrivent toutes à Cadix, prennent leur billet pour La Havane et accostent un mois plus tard... Imaginez-les qui débarquent à Cuba, où la morale est autre et les tabous de la culture judéo-chrétienne inexistants. Ces deux mondes s'entrechoquent.

Le 11 avril 1910, la comète de Halley traverse le ciel de Cuba. On retrouve les soeurs Alba, exilées sur cette terre du bout du monde. Ces "nonnes espagnoles", qui n'ont conjugué toute leur vie que rigueur et sacrifice, se jettent alors à corps et à coeur dans cette folle aventure cubaine.

Comment vont-elle vivre cette fin du monde annoncée ?

" Personne ne peut connaître sa fin. " F. Garcia Lorca, La Maison de Bernarda Alba

Céline Monsarrat imagine, plus qu’elle ne s’inspire du texte de Reinaldo Arenas La Comète de Halley, une nouvelle qui prolonge l’existence des sœurs Alba, au-delà du sombre destin que leur réservait F.G Lorca, dans La Maison de Bernarda Alba.

Haut de page

Les sœurs Alba, fuyant leur Espagne s’exilent à Cuba. Elles répudient Adela la plus jeune d’entre elles, qui reste seule à la Havane après qu’elle a accouché d’un fils, José. Elles se chargeront de l’éducation de l’enfant et quitteront la capitale pour Cárdenas où elles vivront de leur petit commerce de bonneterie.

Ces vieilles filles dévotes, à la réputation sans tâche vont chaque dimanche à la messe, elles sont comme des nonnes, presque des saintes, le modèle pour toutes les mères de la ville de ce que serait une fille de bonne famille.

Elles se déchirent entre elles pour des mesquineries, des puérilités, mais surtout parce qu’aucune d’elles ne se sent accomplie. Seule Angustias, “ le chef de famille  ” se permet un voyage hebdomadaire à La Havane.

Dans cet univers clos, le Père Rafaël les renvoie dans un monde où tout cet exotisme leur échappe. Lui, le Cubain représente la négritude et bien que religieux, il les encourage à briser les tabous, profitant, ce 11 avril 1910, du passage de la comète de Halley annonciatrice de fin du monde.

Adela rejoindra le clan familial quelques heures avant cette fin du monde annoncée. Elle est épanouie, aime le sexe et l’amour et avec l’aide du Père Rafaël dans ces " dernières minutes de la vie " fera découvrir à ses sœurs le plaisir de la chair.

Mais la fin du monde n’aura pas lieu. La perte de leur virginité leur procurera tant de plaisir qu’elles décideront ensemble d’ouvrir le premier bordel de Cárdenas dont la réputation n’aura rien à envier à ceux de La Havane.

Haut de page

Voici donc la trame de cette pièce drôle et intelligente qui aurait certainement fait rire Lorca qui n’aurait pu imaginer que ses personnages pouvaient autant se dévoyer loin de leur Espagne natale.

C’est avant tout une pièce de femmes et chacune d’elles représente une facette des femmes d’aujourd’hui, les exilées, leur difficulté à “ être ”. C’est aussi cette transposition dans un autre univers qui ne leur ressemble pas, qui donne toute la force et la drôlerie à ce texte dramatique parce que ces femmes sont avant tout des déracinées.

Imaginez-les qui débarquent à Cuba et découvrent un monde où la morale est autre et les tabous de la culture judéo-chrétienne inexistants ! Car la religion du Père Rafaël est issue d’un syncrétisme où l’Afrique résonne avec sensualité et érotisme, rien à voir avec ce catholicisme espagnol puritain dont la culpabilité est la clef de voûte.

Dans la Santeria, les orishas se confondent avec les saints, ils sont puissants, prégnants parce qu’ils sont portés par une ferveur populaire soutenue par la musique et ses danses.

Ces quatre femmes s’affranchissent de leur passé pour entrer dans des lieux interdits où le sexe se partage comme le pain, celui du Christ ou d’un autre.

Je souhaite protéger le drame qui se trame dans les relations entre ces femmes si proches et si différentes, mais je compte aussi introduire dans cette pièce des chants et des danses sur une musique originale avec trois musiciens sur scène, pour bien mettre en valeur le monde qui rôde autour d’elle, cette bête tentaculaire prête à les dévorer et qu’elles fuient comme la peste jusqu’au jour où...

Lorca, Arenas, Monsarrat, des auteurs aux antipodes qui se croisent avec joie le jour où la comète de Halley traverse le ciel de Cuba.

Serge Sándor

Haut de page

Angustias
L'aînée des 5 sœurs Alba, chef de famille depuis la mort de Bernarda. Elle n'est pas du même "lit" que les autres et c'est sa différence… Elle ne croit pas à cette Fin du Monde annoncée.

Magdaléna
D'un tempérament effacé, obéissante à sa sœur aînée. Elle vit en silence et brode en chantonnant…

Amelia
Fervente pratiquante, à l'église chaque jour, elle s'agite pour oublier la monotonie de sa vie. Elle est persuadée de cette Fin prochaine.

Martirio
Espiègle, elle sait comment plaire à Angustias, taquiner Amélia et se faire dorloter par Magdaléna. Elle voudrait croire à ce grand chambardement…

Adéla
On peut imaginer qu'elle a mené une vie un peu dissolue pendant ces vingt dernières année Cette "étoile", c'est le prétexte qui la ramène auprès de ses sœurs…

Rafael
Prêtre de la paroisse de Cardénas, il désespère de la misère de ses paroissiens et pense leur ouvrir les portes du paradis avec l'arrivée de cette Comète.

José (personnage absent)
Fils d'Adéla et de Pépé le Romano. L'arrivée de sa mère va bouleverser sa vie…

Haut de page

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Une comète à Cuba

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment