Une bête ordinaire

1
2
3
4
5

Déchargeurs , Paris

Du 05 au 30 novembre 2019
Durée : 1 heure

CONTEMPORAIN

Elle a sept ans, des seins comme des mandarines et ne va plus en classe. Elle se cache dans le local à vélos de l’école et manipule un petit de maternelle. C’est une petite fille ordinaire qui fait commerce de sa puberté précoce avec la froideur méthodique d’un homme d’affaires. Elle se soustrait par le mensonge à celle qui se prend pour sa mère, s’invente un père ennemi public n°1 et fugue la nuit sur un manège. Aujourd'hui, elle est devenue une femme et explore sa féminité bousculée.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 20 € au lieu de 31,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Une bête ordinaire

De

Stéphanie Marchais

Mise en scène

Véronique Bellegarde

Avec

Norah Krief

  • Féminité bousculée

Elle a sept ans, des seins comme des mandarines et ne va plus en classe. Elle se cache dans le local à vélos de l’école et manipule un petit de maternelle. C’est une petite fille ordinaire qui fait commerce de sa puberté précoce avec la froideur méthodique d’un homme d’affaires. Elle se soustrait par le mensonge à celle qui se prend pour sa mère, s’invente un père ennemi public n°1 et fugue la nuit sur un manège. Aujourd'hui, elle est devenue une femme et explore sa féminité bousculée.

  • Note d'intention

Une bête ordinaire n'est pas un conte pour enfants et le choix a été fait que « elle » qui nous parle soit une femme. Cette femme devant nous, ouvre la boîte, explore sa féminité bousculée. Elle retraverse son enfance déroutée par cette puberté précoce, avec ses fièvres et ses inquiétudes. C'est aussi un jeu salvateur dont elle s'amuse. Au fil d'une narration dialoguée, elle fait revivre la petite fille restée enfouie en elle et les personnages qui l'ont marquée. On y croise aussi quelques animaux fantastiques et son père inventé, celui qui lui offre une fenêtre d'insurrection et de liberté. Il lui apprend à se défendre. Ce support imaginaire l'aide à construire une image d'elle-même sublimée. Elle en devient plus forte. Sa singularité l'a isolée. Enfant, elle n'a pas compris la brusque métamorphose de son corps et sa mère dépassée ne semblait ne rien voir ni rien entendre. « Elle » retrace le chemin de la petite fille-femme jusqu'à déchiffrer la femme de maintenant, jusqu'à retrouver son intégrité.

Véronique Bellegarde

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Une bête ordinaire

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment