Un Marie-Salope, rafiot pour odyssée ciel terre mer

1
2
3
4
5

Théâtre de l'Aquarium - La vie brève , Paris

Du 09 mars au 10 avril 2011
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

Ce long poème dramatique essaie de retrouver ce qu'un ancien spectacle, Chantier Naval, avait quitté : il y a longtemps, Claude a quitté sa famille et sa Charente-Maritime natale pour réinventer sa vie au Canada. Las, il voudrait revenir, essaie, n’y parvient pas, repart encore, revient, comme poursuivi toujours par quelque malédiction… Une très belle interprétation qui nous entraîne dans une odyssée intérieure poétique.
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 10 avril 2011

 

Photos & vidéos

Un Marie-Salope, rafiot pour odyssée ciel terre mer

De

Jean-Paul Quéinnec

Mise en scène

Antoine Caubet

Avec

Cécile Cholet

,

Christian Jéhanin

  • Une épopée contemporaine

Nerveuse, joyeuse, vive, l’écriture de Quéinnec trace les contours d’une épopée contemporaine : il y a longtemps, Claude a quitté sa famille et sa Charente-Maritime natale pour réinventer sa vie au Canada. Las, il voudrait revenir, essaie, n’y parvient pas, repart encore, revient, comme poursuivi toujours par quelque malédiction, par quelque effroi… Son destin redouble celui des peuples déplacés, clandestins, dont les épreuves pèsent sur lui comme une culpabilité.

Raymonde (enfant, soeur, femme, ange… ) l’accompagne, le soutient, le raconte, le presse de revenir vers nous. La neige des grands espaces canadiens, le froid, la mer et le ciel recouvrent, engloutissent les traces de cet Ulysse moderne : quelle empreinte, quelle photographie, quelle chanson, quelle lettre, quel enfant laissera-t-il ?

Un mari salope de Jean-Paul Quéinnec est publié aux éditions Quartett.

  • Note du metteur en scène

 " En tournée à Marseille avec un de nos spectacles en mars 2002, je demande au Théâtre des Bernardines de me donner les textes qu’ils reçoivent et, ceux-ci éparpillés sur le lit de l’hôtel, je m’embarque dans de nombreuses histoires… Jusqu’à ce que le début d’un texte me fasse sursauter : 3 pages d’onomatopées ou de simples mots, un par vers, qui s’égrènent lentement, doucement sur la page. Puis un flot de parole, fluide, puissant, 4 chapitres, pas de personnage, pas de dialogue, pas de ponctuation, pas de structure dramatique évidente, et pourtant je suis pris par mille sensations de plateau : images, mouvements, grains de peau, voix féminines puis masculines qui racontent l’origine, les origines d’un (plusieurs ?) êtres, entre terre et mer, vase et ciel, jeux et cris. C’est Île d’Elle, beau titre qui deviendra (je le regretterai) La Mi-Temps de Jean-Paul Quéinnec, que nous créerons en 2004.

Entre cette première lecture et la création du texte, je me souviens : les innombrables conversations avec les acteurs qui se saisissent des sensations travaillées par le texte, les biographies de chacun qui viennent se reconnaître dans les rythmes des mots, les images souvent enfantines proposées, l’épouvantable difficulté de l’apprentissage du texte, toujours fait de retours, circonvolutions, répétitions, sauts arbitraires à première lecture… Et quelque chose de tout à fait précieux advient : ce texte qui semblait si étrange, personnel, renvoyant aux énigmes et aux obscurités qui constituent l’identité d’un être, finit par résonner au plus intime, le nôtre comme celui du spectateur, librement, joyeusement. C’est la première fois que je travaille avec un auteur « vivant », comme on dit bêtement. Et vivant, Jean-Paul l’est ! Vif, présent et disponible, il laisse cependant toute latitude, toute liberté d’appropriation de ses textes, toujours gourmand et curieux du théâtre qui va en sortir.

Jean-Paul, et c’est une constante chez lui, part du proche, de sa famille, de La Rochelle, d’une activité (le chantier naval), d’un quartier (La Pallice), d’un élément (la mer bien sûr). En 2006, je crée Chantier Naval, qui construit une légende, celle de la fin du chantier naval à travers le sabordage d’un pétrolier par ceux-là mêmes qui l’ont construit jusqu’à l’émigration des femmes, épouses, tantes, cousines de ces ouvriers noyés, jusqu’au Canada. Si quelque chose meurt (le chantier naval et son monde de métiers), alors autre chose naît (les femmes qui existent comme une page blanche à écrire sur les neiges du Canada), avec vigueur, puissance et confiance. Fin d’un monde, libération des linéaments d’un autre, dont on ne sait rien, sinon qu’il faut le vivre, ensemble l’inventer.

Opus suivant, chant supplémentaire, Un Marie-Salope essaie de retrouver ce que Chantier Naval avait quitté : il y a longtemps, Claude a quitté sa famille et sa Charente-Maritime natale pour réinventer sa vie au Canada. Las, il voudrait revenir, essaie, n’y parvient pas, repart encore, revient, comme poursuivi toujours par quelque malédiction, par quelque effroi… Son destin redouble celui des peuples déplacés, clandestins, dont les épreuves pèsent sur lui comme une culpabilité.

Raymonde (enfant, soeur, femme, ange…) l’accompagne, le soutient, le raconte, le presse de revenir vers nous. La neige desgrands espaces canadiens, le froid, la mer et le ciel recouvrent, engloutissent les traces de cet Ulysse moderne : quelle empreinte, quelle photographie, quelle chanson, quelle lettre, quel enfant laissera-t-il ?

Long poème dramatique, l’écriture de Jean-Paul Quéinnec n’existe qu’en attente des voix qui vont dire, raconter, chanter, éructer ces mots, longs passages enivrants qui font exister les personnages dans le dire des désirs et des peurs bien plus que par leur psychologie ou leur condition sociale sur lesquelles on ne s’arrête pas. Figures de papier, ils n’existent que par leur parole, leur corps étant respiration, poumons, côtes, jambes soutenant le ventre qui vit. Nervosité du verbe, longueur du souffle, concret des images, plénitude des sensations travaillées, l’acteur n’est pas tant en position d’explorer un « je » que de participer, corps jeté au monde, au souffle du chant. Et ce n’est pas pour autant devenir seulement voix de ce chant, car très vite la parole trace les contours d’une très forte intimité, comme par un retour vers un coeur battant, tout petit, tout proche : notre humanité. L’écriture de Jean-Paul dessine ce mouvement vers le très large, les nuées, et en retour éclaire le petit, la vie minuscule qui bat. " 

Antoine Caubet

  • La presse en parle

 " Dirigés par Antoine Caubet, Cécile Cholet et Christian Jéhanin livrent une interprétation bouleversante. De la petite fille à la vieille dame seule, Cécile Cholet est juste dans ses moindres détails, les postures, l'inflexion des voix, l'éclair dans les yeux. Elle joue une partie brillante avec Christian Jéhanin. Celui-ci est ce vieil enfant qui ploie sous un fardeau trop lourd, celui de l'héritage et de la mémoire, auxquels il est impossible de se soustraire. Un homme qui fut bon, devenu coupable pour toujours. Un spectacle exigeant qui, lentement, par ressacs, fait son chemin... vous éloigne des eaux calmes. " Froggydelight

 " L’écriture de Quéinnec n’est pas didactique, mais au contraire onirique. Les comédiens portent les mots du poète, les font entendre et résonner de manière forte, vivante et inquiétante. "  Visioscène

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Un Marie-Salope, rafiot pour odyssée ciel terre mer

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment