Sans objet

1
2
3
4
5

Théâtre Jean Arp , Clamart

Le 27 mars 2018
Durée : 1h10

CONTEMPORAIN

,

Cirque

,

Coups de coeur

,

Familial

Confrontant deux danseurs et acrobates pleins d’énergie aux ressources inépuisables d’un robot, Aurélien Bory dévoile un monde où les rapports de force ne sont plus ceux qu’on croit. Ancien jongleur, le metteur en scène fait valser les idées et les laisse se suspendre en l’air, jusqu’à ce qu’elles ne retombent jamais là où on les attend. Dans ce spectacle mouvementé et troublant, c’est l’idée même de modernité qui se trouve mise sens dessus dessous.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 15,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Sans objet

De

Aurélien Bory

Mise en scène

Aurélien Bory

Avec

Pierre Cartonnet

,

Nicolas Lourdelle

  • L'homme et la machine

Aurélien Bory invente des univers théâtraux où les arts de la scène flirtent avec la science, les mathématiques et la géométrie : Plan B, Plus ou moins l’infini, Les Sept planches de la ruse…, autant de rêveries poétiques sur l’espace et la lumière, qui mêlent danse, théâtre, acrobatie et arts visuels. Sans objet est une pièce pour deux acteurs et un robot industriel. La magie se construit autour du dialogue entre le « mécanique » et le « vivant ». Qu’ont à se dire l’homme et la machine, en dehors des tâches qui les occupent habituellement ? Sorti de son contexte industriel, le robot devient inutile. Et si dans sa fonction perdue, il nous rappelait la nature de l’art : être absolument sans objet ?

  • Note d'intention

Au point de départ d’un spectacle je cherche toujours à répondre à deux questions : « De quoi s’agit-il ? Et à quoi bon ? » Dans le même temps j’imagine l’espace scénique. La scénographie a toujours été centrale dans mes spectacles. Elle n’a pas une fonction décorative, mais une fonction d’action. Elle agit sur l’acteur, et réciproquement. La scène n’est-elle pas l’art de l’espace ?

Avec Sans objet j’ai voulu introduire sur scène un robot industriel ayant la force de déplacer des éléments de décor aussi bien que des acteurs. La machine devient un protagoniste à part entière. Il s’agit d’un bras articulé, mécanique. On va l’utiliser comme une « marionnette » – un être 100 % technologique – dans son dialogue avec un homme contemporain ordinaire. Ces personnages sont obligés de cohabiter sur scène, dans l’impossibilité de s’ignorer. C’est comme si l’homme d’aujourd’hui était composé de deux facettes : il est encore du côté de l’humain, mais de plus en plus dans la technologie. Ce rapport entre l’homme et la machine est en pleine évolution. Il ne s’agit pas de le juger, mais de le constater. Le robot est arrivé dans le monde industriel dans les années 70 ; l’idée est de l’extraire de son milieu en le plaçant sur scène. Ainsi, bascule-t-il dans le champ de l’art, de l’inutilité. Il devient « sans objet », acteur.

De tout temps on a tenté de franchir la frontière du vivant et du non vivant au travers de l’imaginaire : ainsi en est-il des objets auxquels on prête une âme, du mythe de la statue qui s’anime, ou encore de bien des ressorts de la science fiction...

Aurélien Bory

Par la cie 111.

  • La presse

« Aurélien Bory a le don de muer de simples reflets en jubilatoire dispositif multimédia aux accents cinématographiques, ou de révéler d’inouïes qualités sculpturales, visuelles ou sonores chez une bête bâche en plastique noir. Très applaudi, le spectacle vaut assurément le détour. » Emmanuelle Jardonnet, Le Monde, 16 juillet 2015

« Le spectacle ne laisse pas de surprendre tant les partenaires font assaut d’astuce, de précision et d’invention. (...) Cette rencontre entre l’art et la machine laisse pantois. » Annie Chénieux, JDD, 10 juillet 2015

Avis du public : Sans objet

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment