Pierre Pontvianne - Janet on the roof

1
2
3
4
5

Théâtre de la Commune , Aubervilliers

Du 15 au 16 juin 2019
Durée : 50 minutes

MUSIQUE & DANSE

,

Danse contemporaine

,

Rencontres Chorégraphiques de Seine-St-Denis

À travers ce solo, le chorégraphe Pierre Pontvianne développe une danse à la fois mouvante et picturale, où les glissements imperceptibles des postures et les revirements intenses d’énergie témoignent des bascules que notre monde traverse.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 15,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Pierre Pontvianne - Janet on the roof

Chorégraphie

Pierre Pontvianne

Avec

Marthe Krummenacher

Pierre Pontvianne avait déjà travaillé avec Marthe Krummenacher pour le duo Motifs. Il lui offre cette fois un solo dans lequel se déploient la précision et la force du chorégraphe ainsi que l'intensité, la technique et la sensibilité de son interprète.

Tout commence par un corps habillé de bleu qui apparaît face au public, immédiatement suivi du bruit d'une balle et de celui d'une douille qui tombe. Marthe Krummenacher entre en action, une action lente se déployant sur des notes égrenées au piano, et cache d'emblée son visage de ses cheveux. Cette collusion de la violence qui surgit et parfois même interrompt le déroulement de la pièce, plongeant la scène dans le noir, et de la danse qui se poursuit, immuable, étirant le temps, sera reconduite tout au long de JANET ON THE ROOF, jouant ainsi de ruptures franches qui opèrent des césures dans le fil continu du mouvement mais qui n'empêchent pourtant pas sa poursuite inexorable. Comme si cet entêtement dans le geste, qui se déplace et glisse sans cesse imperceptiblement, était le plus bel acte de résistance face à la brutalité qui guette, à la terreur qui peut faire à tout moment irruption.

JANET ON THE ROOF emmène à la fois dans un lointain intérieur, et dans un espace dans lequel il faut lutter, poings serrés, dos lumineux et tendu faisant front, têtu, comme la carapace d'un insecte. « Notre monde traverse des bascules puissantes bien que parfois imperceptibles. Je crois que la danse peut en témoigner. », dit Pierre Pontvianne. Et effectivement, le corps de Marthe Krummenacher, en tension, travaille la limite, à la fois en lutte et étrangement serein.

Hypnotique, épuré, ce solo affirme la puissance et la poésie de la danse face au chaos du monde.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Pierre Pontvianne - Janet on the roof

0 Note

0 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS

Spectacles consultés récemment