Phèdre

Espace Pierre Cardin (Théâtre de la Ville) , Paris

Du 07 au 12 juin 2022
Durée : 2 heures

CLASSIQUE

,

Coups de coeur

,

Tragédie

Après une exceptionnelle traversée du théâtre de Corneille, Brigitte Jaques-Wajeman met en scène Phèdre, la plus célèbre, la plus mystérieuse tragédie de Racine. Une langue sidérante de beauté pour une des plus ardentes tragédies du désir.

Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 12 juin 2022

 

Photos & vidéos

Phèdre

De

Jean Racine

Mise en scène

Brigitte Jaques-Wajeman

Avec

Pascal Bekkar

,

Pauline Bolcato

,

Raphaèle Bouchard

,

Sophie Daull

,

Lucie Digout

,

Kenza Lagnaoui

,

Raphaël Naasz

,

Bertrand Pazos

  • La plus mystérieuse tragédie de Racine

Après une exceptionnelle traversée du théâtre de Corneille, Brigitte Jaques-Wajeman met en scène Phèdre, la plus célèbre, la plus mystérieuse tragédie de Racine. Dans Phèdre, Racine explore l’événement absolu qu’est le surgissement de l’amour. L’amour, monstre naissant, monstre dévorateur ! L’exploration des fantasmes, où l’amour, la haine, la mort ont le même visage, est ici poussée jusqu’aux limites de l’innommable. Le désir est perçu, par ceux qui l’éprouvent, comme une force étrangère qui subvertit les sujets, les rend méconnaissables à eux-mêmes. Un premier, un unique regard, et, tel un alien, il s’introduit dans les corps, s’en empare et les déchire, comme le monstre qui tuera Hippolyte. Racine ose montrer la jouissance dans laquelle les corps sont emportés, et qui bouleverse les protagonistes, parce qu’elle est interdite. Un combat inexorable se joue au cœur de la tragédie entre l’ombre et la lumière. Dans ce monde où l’expression des passions est à la fois empêchée et exaltée, l’aveu est d’autant plus terrible à dire. C’est dans une langue renversante de beauté que Racine écrit cette sublime tragédie du désir.

Brigitte Jaques-Wajeman

  • La presse

« Les amateurs de situations extrêmes, d'amours dévorants, de poésie sulfureuse doivent se précipiter à cette représentation si simple et diaboliquement sophistiquée. » Télérama sortir TT

« La metteure en scène pousse Racine dans ses retranchements en exaltant la noire passion de la reine incestueuse pour son beau-fils Hippolyte jusqu'à l'orgasme. Du bruit, de la fureur, de la transe, de l'outrance... Un classique revisité qui secoue au Théâtre de la Ville. » Les Echos

« Dirigeant à merveille une jeune troupe exceptionnelle, Brigitte Jaques-Wajeman rend toute leur sensualité aux vers dangereux de Racine. » Télérama

« Cette mise en scène nous saisit, nous surprend, nous séduit, nous bouleverse. » Le blog d’Armelle Héliot.

Pourraient aussi vous intéresser

Avis du public : Phèdre

4 Notes

4 avis

1
2
3
4
5

Excellent


(3)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(1)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
Vous pouvez consulter notre politique de modération
UTILES + NOTES + NOTES - RÉCENTS ANCIENS
1
2
3
4
5
Par

Jean G. (2 avis) 23 janvier 2020

Phèdre Mise en scène et interprétation très remarquables. Racine enfin compris , dans une vision à sa mesure. Tous les acteurs sont justes.Beau et sobre décor. Impression de puissance.
1
0
1
2
3
4
5
Par

Philippe S. (2 avis) 13 juin 2022

Excellence!! Magnifique pièce de théâtre... Très belle mise en scène... Excellente Interprétation, dans un ton tragique ni trop ni trop peu, juste comme il faut.... Durant deux heures .... seul petit bemol diction un peu juste parfois de certains comediens ce qui fait rater certains vers et pejore la compréhension du texte .... Son dans la salle un peu juste aussi (à moins que je devienne dur de la feuille.....) Je recommande vivement....
0
0
1
2
3
4
5
Par

anneb (1 avis) 21 mars 2022

Une pièce admirable magnifiquement interprétée ! Une Phèdre dans toute sa dimension, des comédiens talentueux . Cette version mise en scène par Brigitte Jacques Wajran est incontournable !
0
0
1
2
3
4
5
Par

Yves H. (2 avis) 12 janvier 2020

Phèdre surgelée… Des actrices et acteurs ( trop jeunes et sans maturité vocale) avec des voix chevrotantes ( à peine audibles à trente mètres…) ou qui n’ont pas de voix (sauf Thésée et Oenone) …qui ne peuvent s’empêcher à chaque vers de pousser le trémolo comme dans un bon vieux mélodrame du début du cinéma parlant… qui ne savent vraiment pas quoi faire de leurs mains durant toute la pièce… qui se contorsionnent comme des adolescents sans assise et sans aucune confiance… un décor bloquant toute profondeur d’une banalité de mur de hall de gare… un éclairage banal… une Phèdre qui surjoue constamment et qui confond à chaque scène petites pulsions d’entre-cuisses avec l’Amour à mort d’une héroïne tragique… on rigole d’ailleurs souvent dans le public !! et c’est un comble pour LA pièce incarnant le mieux LA Passion (revoir au moins la version de Patrice Chéreau avec Dominique Blanc) … Bref une mise en scène ratée – deux heures d’ennui – dirigée par Brigitte Jacques-Wajeman qui a semble-t-il perdu le feu sacré et qui nous livre une Phèdre bien surgelée…
0
1

Spectacles consultés récemment